Accueil

Mis en avant

En France, l’instruction en famille est légale.
L’école n’est pas obligatoire.

poissons

Bienvenue sur le site de l’association

L’instruction en famille sous toutes ses formes :
apprendre autrement, apprentissage autonome, apprentissages formels, apprentissages informels, école à la maison, homeschooling, IEF, instruction à la maison, instruction hors école, instruction parentale, unschooling, …

Quand la ministre confond consultation et information partielle

  • un complément d’informations sur les faits et les chiffres annoncés par le ministère concernant l’article 14 bis du projet de loi égalité et citoyenneté.
  • un rendez-vous avant le passage du projet de loi « Égalité et citoyenneté » devant l’Assemblée nationale afin de l’éclairer sur les raisons données par les familles qui contactent les associations
Nous avons reçu le 3 août 2016, un courrier de sa cheffe de cabinet. Le ministère semble considérer qu’il nous a consultés le 26 mai dernier, sans même nous avoir fourni les textes du projet de loi et du décret. 

Lire la suite

Rencontre d’Automne 2016-La Taillade- (47)

Du 02 au 09 (voire 11) novembre, au centre de loisirs La Taillade à côtés de Casteljaloux
Pour toute info ou réservation : contacter par mail laurie.gjAROBASEgmail.com

LOGEMENTS – tarifs pour 7 nuits (voir descriptifs sur le site http://www.la-taillade.com/ )  : Ceux qui voudraient rester jusqu’au 10 n’auront qu’une nuit supplémentaire à rajouter (calcul au prorata), la seconde étant gratuite
6 gites T4 (8 places : 3 chambres) 380€ (donc 127€ la chambre) (Possibilité de rajouter des lits d’appoint supplémentaires)
3 yourtes (4-6 places : 2 chambres) 330€
2 mobilhomes (5 places : 2 chambres) 280€
1 mobilhome (8 places : 3 chambres) 340€
6 landettes (6 places, genre dortoir) 205€ : avec électricité et chauffage, mais sans cuisine. Sanitaires proches.
5 chalets (4 places) 270€

AIRE DE CAMPING (tente, caravane, camion, camping car,…) :
Emplacement 5€/nuit ==> Possibilité officielle de partager le prix d’un emplacement pour 2 familles
A rajouter : adulte 4€/nuit, enfant (à partir de 9 ans) 3€/nuit, électricité 3.50€/nuit
tout comme les gites : 9ème nuit offerte également

Taxe de séjour/nuit/pers. +13 ans de 0.42€ à 0.52€ selon le type de logement



Le site est perdu au milieu des bois à 5 km de Casteljaloux (supermarchés, petit magasin bio,…) ville la plus proche, 30 mn de Marmande (gare la plus proche) et 3 km du lac de Casteljaloux.
Le village met à notre disposition, une grande yourte et un grand barnum (grande tente) pour nous réunir : les logements qui nous sont réservés ne sont pas très éloignés. Au centre du village de vacances, un snack avec des prix assez raisonnables (café 1€, frites 2€, pizzas à partir de 5€,…) Possibilité d’une restauration sur place par le centre de vacances : 12€/repas.
Un groupe de résidents est là à l’année, ce sont des adultes en difficulté, handicapés. Les gites sont plutôt spacieux car adaptés à l’accueil d’handicapés en fauteuils roulants.

Allocation de rentrée scolaire

L’allocation de rentrée scolaire (Ars), instituée en 1974, est versée aux familles dont les enfants sont instruits dans les établissements d’enseignement, y compris l’enseignement à distance. Les enfants instruits par leurs parents ne bénéficient toujours pas de cette allocation, alors que l’État reconnaît depuis 1882 que ce choix éducatif respecte le droit à l’instruction des enfants.

Le droit à l’Ars sans discrimination de mode d’instruction est une revendication de Led’a, Cise et Laia depuis de nombreuses années.

Lire la suite

Le ministère répondra-t-il à nos questions ?

Action Sénat en vue de la suppression de l'article 14 is du projet de loi Egalité et Citoyenneté 2016Audition de M. Kanner par la Commission spéciale du Sénat le 27 juillet

M. Lenoir, président de la commission spéciale, a évoqué le courrier que nous avions envoyé aux membres de la commission spéciale à l’occasion de l‘audition de M. Kanner du 27 juillet :
« Enfin, concernant l’article 14 bis, j’ai reçu hier un long courrier de l’Association Les Enfants d’abord, qui défend la liberté de l’instruction ; elle attire notre attention sur le problème de l’instruction en famille. Le courrier a également été reçu par la ministre de l’éducation.
Monsieur le ministre, nous en sommes conscients, vous ne pourrez vraisemblablement pas répondre à toutes les questions aujourd’hui, mais les compléments que vous nous ferez éventuellement parvenir ultérieurement seront portés à la connaissance de l’ensemble des membres de la commission spéciale et pris en compte comme autant d’éléments du débat. »

Lire la suite

Qu’est-ce qu’une loi et un décret ? Comment sont-ils validés ?

 Mise à jour du 2 août 2016
Site de référence : Légifrance

La loi est « l’expression de la volonté générale »

Elle  incarne la souveraineté exercée par les représentants du peuple et limite la liberté au sens de l’article 4 des droits de l’homme et du citoyen de 1789

« La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi, l’exercice des droits naturels de chaque homme n’a de bornes que celles qui assurent aux autres Membres de la Société la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la Loi. »

La Ve République restreint les domaines d’intervention de la loi à ceux énumérés par l’article 34 de la Constitution, les autres matières relevant du pouvoir réglementaire, c’est-à-dire de l’exécutif. Lire la suite

Nous avons alerté le Défenseur des droits

Dans le cadre du Collectif pour la Liberté de l’Instruction (CPLI), nous avons saisi M. Jacques Toubon, Défenseur des droit et Geneviève Avenard, Défenseure des enfants début juillet.
Monsieur Toubon s’apprêtait à être auditionné par la commission spéciale « Egalité et citoyenneté » du Sénat. Nous souhaitions lui faire part de nos inquiétudes concernant l’article 14 bis.
C’est un travail de fond, car saisir le Défenseur des droits ne se fait pas dans l’urgence.
Lire notre courrier.
Voir la vidéo de l’audition de M. Toubon par la commission spéciale (69 minutes).
Lire la retranscription de cette audition.

Enfance en danger ? Les moyens d’action existent !

Ressource - suppression 14bis Egalité et citoyennetéÀ la fin de la discussion en commission spéciale « Égalité et citoyenneté » de l’Assemblée nationale, Mme Valérie Corre et M. Razzy Hammadi, rapporteurs de la commission spéciale, ont évoqué les rares situations dans lesquelles les services de l’Éducation nationale seraient démunis et privés d’action face à des familles qui n’ouvriraient pas leurs portes et refuseraient  tout contrôle1. Cet argument a été repris lors des débats à l’Assemblée nationale : « On est parfois dans des situations d’enfance en danger. »2

Nous ne pouvons que souscrire à leur intention de protéger les enfants de la République. Pourtant, cette présentation n’est pas objective et occulte totalement les moyens d’actions administratifs et judiciaires dont dispose déjà l’État en cas de soupçon d’enfance en danger. Lire la suite

La table ronde au Sénat a été reportée en septembre

Action Sénat en vue de la suppression de l'article 14 is du projet de loi Egalité et Citoyenneté 2016La rapporteure du projet de loi Égalité et Citoyenneté a eu un empêchement de dernière minute. Le rendez-vous prévu avec elle le jeudi 21 juillet au Sénat a été reporté début septembre.

La mobilisation auprès des sénateurs de votre région reste importante. Les sénateurs peuvent déposer des amendements jusqu’au 8 septembre. La commission spéciale se réunira à partir du 13 septembre pour les examiner et proposer le texte pour la séance au sénat. Les sénateurs pourront encore déposer des amendements à ce texte avant le 22 septembre. Lire la suite

Un pas vers plus de respect des enfants

Le travail en vue de la suppression de l’article 14 bis du projet de loi « Égalité et citoyenneté » nous occupe beaucoup.
Saluons tout de même, dans le même projet de loi, le vote de l’article 68 visant à intégrer dans notre droit, la notion de violence éducative ordinaire, en complétant la définition de l’autorité parentale dans l’article 371‑1 du code civil.
L’article est certes moindre que ce qu’il aurait pu être, mais nous espérons qu’il sera également voté au Sénat, car ce serait déjà un premier pas vers plus de respect des enfants et une société globalement moins violente.