Accueil

Mis en avant

En France, l’instruction en famille est légale.
L’école n’est pas obligatoire.

poissons

Bienvenue sur le site de l’association

L’instruction en famille sous toutes ses formes :
apprendre autrement, apprentissage autonome, apprentissages formels, apprentissages informels, école à la maison, homeschooling, IEF, instruction à la maison, instruction hors école, instruction parentale, unschooling, …

Non au projet de loi Blanquer !

Non au projet de loi Blanquer !

Les associations Les Enfants d’Abord (LED’A) et Libres d’Apprendre et d’Instruire Autrement (LAIA) sont opposées à la volonté du gouvernement de faire voter la loi « Pour une école de la confiance », déposée au bureau de l’Assemblée Nationale pour être votée en procédure accélérée (rapporteures Mme  Lang et Mme Charvier).

Alors même que nous assistons en ce moment à un mouvement citoyen de défiance vis-à-vis des politiques et de leurs modes de prise de décision, il nous paraît important de dénoncer le recours systématique à la procédure accélérée dans un domaine majeur de la vie de nos concitoyens.

Le ministère de l’Éducation nationale, dans son exposé des motifs, précise que cette loi a pour objectif « l’obligation d’instruction pour tous les enfants de France dès l’âge de trois ans ».  Cette modification des dispositions de l’article L. 131-1 du code de l’éducation va considérablement impacter celles et ceux qui choisissent l’Instruction En Famille. Les associations Les Enfants d’Abord et Libres d’Apprendre et d’Instruire Autrement respectent le choix de tout parent en matière d’instruction et souhaite que ce choix puisse être mis en œuvre. Cependant, la liberté des familles ayant opté pour l’instruction hors école sera entravée avec cette loi qui veut instaurer un contrôle dès trois ans en référence au Socle Commun de Connaissances, de Compétences et de Culture, sous couvert de lutte contre les inégalités. Argument mensonger, mais plus grave, qui fait fi des conséquences psychologiques, émotionnelles de tels contrôles par des inspecteurs de l’Éducation nationale, non formés au développement psycho-affectif des enfants.
Par ailleurs, l’association attire l’attention sur le renforcement des contrôles induit par ce texte : en effet, celui-ci renforce considérablement les pouvoirs de l’Éducation nationale (EN) en accordant à celle-ci le droit de procéder à une injonction de scolarisation après deux refus légitimes. Nous attirons l’attention de toutes et tous sur le gouffre qui existe entre la vision normée de l’instruction par l’EN et celles des responsables légaux assumant l’instruction d’un enfant. La vérification de l’instruction est souvent un moment difficile tant pour le personnel de l’Éducation nationale que pour les familles (enfants comme parents). Le personnel de l’Éducation nationale vit souvent le choix de l’instruction en famille comme une défiance vis-à-vis de cette institution et cela impacte leur positionnement, qui est rarement neutre. Nous constatons régulièrement que des contrôles négatifs sont uniquement basés sur des querelles ou des divergences pédagogiques niant que la réalité de la vérification doit uniquement s’assurer de la progression de l’enseignement, de son objectif qui doit permettre l’acquisition du socle et de sa conformité au droit de l’enfant à l’instruction. Désormais, toute latitude est donnée à l’administration pour scolariser les enfants si sa vision n’est pas respectée. Cette modalité répond à une décision du Conseil d’État (C.E., 13 janvier 2014, n° 370323), alors que le ministère de l’Éducation nationale a déjà trouvé une solution à ce cas particulier qui ne relevait pas de l’instruction en famille. Le gouvernement fait ici de l’exception la règle, et utilise des arguties juridiques pour pénaliser toutes les familles dans leur liberté d’instruction.

Nous constatons que le Conseil d’État, dans son avis sur la loi, justifie celle-ci au regard des écoles de fait, qui ne relèvent pas de l’instruction en famille. C’est un argument fallacieux, déjà mis en avant pour justifier les mesures répressives vis-à-vis de l’instruction en famille. Il existe déjà un article de loi concernant ces situations : article  L441-4  du  code  de  l’éducation. Il est inutile de rajouter une mesure supplémentaire qui pénalise violemment l’instruction en famille.
Les associations LED’A et LAIA sont opposées à ce projet de loi. Elles appellent tous leurs adhérents et les personnes concernées à solliciter députés, sénateurs, médias et à organiser des événements pour sensibiliser l’opinion publique pour que le projet de loi ne soit pas voté.

Rencontre au camping « Les Naïades » à Chatel Chehery du lundi 3 juin au lundi 10 juin 2019

Rencontre au camping « Les Naïades » à Chatel Chehery du lundi 3 juin au lundi 10 juin 2019

Le Camping « Les Naïades », à Chatel Chehery, se situe dans un petit village des Ardennes, dans une zone rurale, au cœur de la forêt d’Argonne dans un environnement naturel et boisé.
Le camping, classé 3 étoiles, dispose de 100 emplacements, dont 18 chalets, sur plus de 3 hectares.
Sur place, une piscine, un étang de pêche, une rivière.

Le camping dispose d’une petite épicerie assez garnie. Le supermarché le plus proche, carrefour market, est à 10 min à Varennes en Argonne. Un Leclerc se trouve à 30 min à Vouziers et un magasin Bio « La maison de tante Bio » à 45 min à Verdun.

Pour les transports en commun, la gare la plus proche est Verdun, arrangeons nous, ensuite, ensemble pour les navettes gare-camping !

Le camping est équipé d’une grande salle où nous pourrons nous retrouver, de vélos en location, d’un bloc sanitaire rénové, machines à laver, aire de jeux, 2 tables de ping-pong, une grande pâture de 3 ha ½.

Site internet : www.camping-les-naiades.com
Céline prend vos réservations dès maintenant.

A titre indicatif :

1 adulte : 9€ / nuit
1 adulte ou enfant de plus de 7 ans supplémentaire : 3,50€ / nuit
enfant de -de 7 ans : 2€ / nuit
électricité : 5€ / nuit / emplacement
animaux : 3€ / nuit

Les mobil’home varient de 190€ à 300€ / semaine.

Vous pouvez réserver par mail : contact@camping-les-naiades.com
par téléphone : 06 72 94 30 11

30% d’ahres vous seront demandés à la réservation puis le solde à votre arrivée.

Pour les locations de chalets, une caution de 200€ vous sera demandée à votre arrivée, ainsi qu’une caution de 50€ pour la propreté, toutes deux restituées après état des lieux, lors de votre départ.

Les règlements peuvent se faire par chèque, carte bancaire, chèque vacances ou espèce.
Les frais de dossiers nous sont offerts, hors Vacaf.

VACAF :
Le camping accepte les bons Vacaf. La semaine est hors période vacances scolaires, attention à avoir la dérogation. Si vous pouvez les obtenir, lors de votre réservation munissez vous de votre n° d’allocation et du code postal de votre lieu de résidence.

Mission flash sur la déscolarisation

Le 10 juillet, Joël Nayet et Gwenaële Spenlé ont représenté LED’A qui avait demandé à être auditionnée par la mission flash sur la déscolarisation composée des députées Anne Brugnera et George Pau-Langevin. Deux représentantes de l’association UNIE étaient également présentes. Nous avions au préalable envoyé un courrier pour présenter notre vision de l’IEF basée sur l’intérêt de l’enfant et les difficultés rencontrées par les familles.

Pour vous tenir informés, vous trouverez ci-dessous un compte rendu de cette audition, puis des liens vers leur communication du 18 juillet devant la commission des affaires culturelles et de l’éducation (vidéo et pdf), pour finir par une analyse de leurs préconisations.

Compte rendu de notre audition :

Les députées ont introduit l’entretien par un propos qui laisse craindre un certain manque d’ouverture d’esprit quant aux apprentissages informels. Elles ont en effet expliqué que leur mission ne concernait pas vraiment l’instruction en famille, mais les cas où aucune instruction n’est donnée à un enfant : c’est ça qu’elles entendent par « déscolarisation ». C’est assez inquiétant, car cette manière d’aborder le sujet fait a priori l’impasse sur un point crucial du débat : qu’est-ce qu’une instruction satisfaisante pour un enfant ?

Ce biais méthodologique est d’autant plus flagrant qu’elles concentrent leur attention principalement sur l’enquête du maire. Nous leur avons indiqué que c’est bien le contrôle pédagogique qui pose le plus de problèmes… Nous avons fait état des principaux problèmes rencontrés. Les députées ont soumis l’idée d’établir une grille standardisée pour la conduite des contrôles. Nous leur avons expliqué que ça serait totalement inadapté, car les choix pédagogiques et les progressions étant bien trop variables, nos enfants ne rentreraient jamais dans les cases.

Elles ont beaucoup insisté sur la question de la socialisation des enfants. À ce propos, elles ont évoqué l’intérêt qu’elles voyaient à ce que le contrôle pédagogique se déroule hors domicile avec d’autres enfants pour « vérifier qu’il sait vivre en groupe » (°_°). Nous avons marqué notre désaccord avec cette proposition et souligné l’importance de trouver un accord avec la famille. Elles ont par contre été réceptives à l’idée que les enfants en IEF puissent participer aux sorties culturelles en journée souvent réservées aux scolaires, avoir les tarifs préférentiels réservés aux écoles, participer à l’UNSS… À ce sujet, un lobbying a posteriori pourrait être fait pour demander à nouveau à bénéficier de l’ARS.

Les députées étaient inquiètes de la difficulté que les enfants en IEF pouvaient avoir pour réintégrer le système scolaire. Nous les avons rassurées et avons plutôt orienté leur réflexion sur l’accès aux études supérieures et la rigidité du système français comparé à d’autres pays.

Comme elles nous demandaient un avis sur le CNED, nous avons évoqué les difficultés d’accès à l’inscription réglementée, parfois même pour des situations qui entrent dans les critères. Alors que d’autres familles se les voient proposer avec insistance, bien qu’elles n’en veuillent pas, juste parce que leurs choix pédagogiques ne conviennent pas aux personnes chargées de la vérification de l’instruction.

Communication de la mission flash sur la déscolarisation :

Le mercredi 18 juillet, mesdames Brugnera et Pau-Langevin ont effectué leur communication. Vous pouvez regarder la vidéo avec les questions http://videos.assemblee-nationale.fr/video.6413891_5b4ef15f5e786.commission-des-affaires-culturelles–communication-de-la-mission-flash-sur-la-descolarisation-18-juillet-2018 ou lire leur rapport http://www2.assemblee-nationale.fr/static/15/commissions/CAffCult/Communication%20Mission%20Flash.pdf

Leur argumentation et leurs propositions comportent de notre point de vue plusieurs aberrations qui montrent soit qu’elles n’ont rien compris à nos propos, soit qu’elles les déforment volontairement pour manipuler l’opinion.
Dans leur argumentation, par exemple, madame Pau-Langevin dit « les parents qui choisissent d’apprendre à lire à leurs enfants à 10 ans », alors que nous avons défendu la possibilité pour un enfant d’apprendre à lire à 10 ans si IL est intéressé à ce moment-là et pas avant, car avant il s’intéressait à d’autres choses, expliquant qu’en IEF ne pas savoir lire à 6/7 ans n’est pas un frein aux apprentissages comme ça le serait à l’école. Ça n’a rien à voir, c’est pour le respect des enfants qu’on demande la sauvegarde de la liberté de progression.

Commentaires sur les propositions :

– chasse aux non déclarés (pages 26 à 28 de la communication)
Nous avons beau avoir expliqué que la raison que nous connaissions de non-déclaration était que les enfants ne sont pas respectés lors des contrôles ou de leurs suites, elles préconisent du flicage : croisement de fichiers, base de données, numéro INE pour permettre un suivi tout le long de la scolarité obligatoire (l’instruction en famille est une modalité de scolarité au sens de la loi) et des modalités de contrôle encore plus irrespectueuses.

– date limite pour la déclaration (page 28 de la communication)
Nous pensons que c’est en réaction aux quelques familles qui, ayant fait leur déclaration suite à un arrêt de l’école en cours d’année, refont leur déclaration à la date anniversaire de la première et non à la rentrée. Attention tout de même à ce que ça ne se transforme pas en impossibilité d’arrêter l’école en cours d’année.

– amélioration de l’enquête de la mairie (pages 28 à 30 de la communication)

Question sur la socialisation et l’alimentation : y aurait-il une attente légale en ce domaine ?
La santé est déjà dans l’objet de l’enquête si elle interfère sur l’instruction.

– formalisme des contrôles réalisés par l’EN (pages 30 à 32 de la communication)
« Des évaluations scolaires, identiques nationalement pour les enfants d’un même âge, pourraient être mises en œuvre. » Ça serait totalement contraire à la liberté pédagogique.

Heureusement, quelques points positifs tout de même : accès à certains cours à la carte, ARS, faciliter la réintégration à l’école, améliorer l’information et la communication.

Des actions seront probablement mises en place s’il y a des personnes pour les prendre en charge.

Compte rendu du rendez-vous au ministère et appel à rapports ou courriers contenant des abus

Ce compte rendu et cet appel peuvent être diffusés dans les réseaux ief.

Le 6 juin dernier, 2 représentants de LED’A et 2 de LAIA ont été reçus au ministère par madame Anor, conseillère spéciale du Ministre sur l’instruction en famille, en présence de madame Lionet de la DGSCO.
Notre demande d’absence de vérification de l’instruction dès 3 ans, ou a minima d’absence d’évaluation de l’enfant semble totalement irrecevable. Madame Anor insiste sur le fait que toute obligation doit faire l’objet d’une vérification, précise que les modalités restent à définir et que les inspecteurs vont désormais être formés à l’IEF, y compris pour les enfants de plus de 6 ans.

Appel à exemples de rapports ou courriers d’accompagnement :

Nos interlocutrices nous ont semblé réceptives sur les abus dans les rapports. Nous souhaiterions donc récolter des exemples flagrants pour constituer un dossier à remettre à madame Anor. Vous pouvez nous envoyer vos scans de rapports ou de courriers, anonymisés ou non, en sachant que ça a toujours plus de poids quand ça ne l’est pas, en surlignant les passages concernés ou en nous les indiquant pour qu’on le fasse à l’adresse rapports arobase lesenfantsdabord.org
Exemples d’abus : attentes de suivre les programmes ou une pédagogie particulière, points de vue personnels sur les choix pédagogiques, obligation de maitrise de l’ensemble des attendus de fin de cycle à l’age « prévu », évocation de l’état du logement ou d’éléments privés n’ayant pas d’impacts sur l’instruction, prédictions très négatives sur l’avenir à long terme…

Merci d’avance pour votre participation

L’équipe « relation avec les ministère et les élus » de LED’A

Désinformation volontaire ou réelle remise en cause de la liberté d’instruction ?

Aux Assises de l’école maternelle Emmanuel Macron a dit  « J’ai décidé de rendre obligatoire l’école maternelle et d’abaisser de six à trois ans en France l’obligation d’instruction dès la rentrée 2019. »  

Le monde de l’instruction en famille est en émoi. 

Pourtant sur le site de l’Éducation nationale, il est bien titré « Assises de l’école maternelle : l’instruction obligatoire dès 3 ans ».(1)

En effet contrairement à une idée reçue, l’école n’est pas obligatoire et ne l’a jamais été. En 1882, la loi précisait déjà que l’instruction obligatoire pouvait être donnée dans les familles et c’est toujours le cas.(2)

Monsieur Macron aurait-il le pouvoir de remettre en cause une liberté constitutionnelle en quelques mois ? Nous en doutons fort heureusement.  Nous pensons que cet effet d’annonce n’a pour but que de la désinformation, pour que la possibilité légale d’instruction hors école soit la moins connue possible. En effet, ce n’est pas le premier président de la République à parler d’école obligatoire, deux de ses prédécesseurs l’avaient fait avant lui.(3) 

Cependant l’idée d’instruction obligatoire à partir de 3 ans est une nouvelle fort préoccupante en elle-même. En effet, l’obligation d’instruction est corrélée à sa vérification.(4) L’Éducation nationale va-t-elle vraiment venir imposer chaque année des exercices aux enfants à partir de 3 ans pour vérifier qu’ils sont bien instruits ? 

contact : media AT lesenfantsdabord.org

RENCONTRE A LORMES (58) DU 30 JUIN AU 07 JUILLET 2018

# Camping de l’Etang du Goulot (www.campingetangdugoulot.com)

Cette rencontre se situe a Lormes, (1.500 habitants), dans la Nièvre, au Parc Naturel du Morvan, le camping se trouve au bord de l’Etang du Goulot, (10 hectares), dans la région des grands lacs du Morvan (Le Crescent, Chaumecon, Panneciere, Les Settons).

Le camping s’étend sur 2,5 hectares à l’emplacement d’une ancienne gare du Tacot (ligne Corbigny – Saulieu). Il dispose de 64 emplacements délimités pour tentes, caravanes et camping-cars. En plus, le camping offre une diversité en hébergements insolites; 3 Tentes Safari, un Pod, une roulotte, une cabane, 2 mobilhomes et un tipi.

Le camping, avec son altitude de 420 mètres, est situé en pleine nature, en 300 mètres du centre-bourg de Lormes, a 3 minutes à pied du supermarché et de tous commerces : boulangeries, banques, pharmacies, station-service.
Le camping est équipé d’un accueil, d’une salle de recréation (bibliothèque, jeux de société, WIFI), vélos et kart à pédales, Bistro du Goulot, 2 blocs sanitaires, machine à laver, aire de jeux, table de ping pong, trampoline et minigolf.

# Réservation :

Vous pouvez réserver par mail : campingetangdugoulot@gmail.com

Vous avez :

–          15% de réduction pour toute réservation faite avant le 15 mars

–          10% de réduction pour toute réservation faite avant le 1 mai

  • Emplacement tente / caravane ou camping-car / camionnette

Apres réservation, vous recevrez une confirmation par mail.
A votre arrivée, je vous demande le paiement du solde.

  • Hébergement insolite :
    • Mobilhome A – max 4 personnes
    • Mobilhome B – max 6 personnes
    • Pod – max 3 personnes
    • Tipi – max 4 personnes
    • Roulotte – max 5 personnes
    • Cabane – max 5 personnes
    • Tente Safari A – max 5 personnes
    • Tente Safari B – max 5 personnes
    • Tente Safari C – max 5 personnes

Pour les hébergements vous ne pouvez réserver qu’à la semaine (pas pour juste quelques jours).

Apres réservation, vous recevrez une confirmation par mail et vous devrez m’envoyer un acompte de 25% du prix total par virement (de préférence) ou par chèque.
A votre arrivée, je vous demande une caution de € 150 et le paiement du restant du solde.

# Règlements :

–          Chèques Bancaires

–          Carte Bancaires

–          Chèques Vacances

–          Espèces

# VACAF :

–          La semaine est hors vacances scolaires, donc il faut avoir une dérogation

Pour l’enregistrement à la Vacaf, il faut:

  • Numéro d’allocation
  • L’adresse
  • Nom, prénom de toutes les personnes

# Transport :

Pour les transports, on peut prendre le train jusqu’à Avallon, Clamecy ou Corbigny. Le camping a des possibilité de vous chercher a la gare.

A bientôt !!

Catheleijne van de Vegte
Gérante du camping.

Rencontre d’été à Muzillac (56) du 25 août au 1 er septembre 2018

MERCI DE LIRE CETTE ANNONCE JUSQU’AU BOUT AVANT DE VOUS INSCRIRE

La rencontre est complète, sauf partage d’emplacements.

Il reste de la place à la rencontre à Lormes début juillet http://www.lesenfantsdabord.org/rencontre-a-lormes-58-du-30-juin-au-07-juillet-2018/

Il reste des possibilités d’accueil en termes de nombre de personnes, mais aucun emplacement disponible. Si vous avez la possibilité de vous regrouper avec une famille déjà inscrite que vous connaissez vous pouvez donc le faire (mais pas à 2 bénéficiaires VACAF sur le même emplacement).

Lire la suite

Rencontre informelle de Parthenay (79) du 11 au 22 juillet 2018

À l’occasion du FLIP (Festival Ludique International de Parthenay) (79)
Comme chaque année des familles non-sco se retrouvent lors de ce festival (voir
http://fr.wikipedia.org/wiki/Festival_ludique_international_de_Parthenay
et http://www.jeux-festival.com/).

C’était dans un camping il y a quelques années, et maintenant qu’il n’y
a plus de camping pratique, c’est en divers lieux, du festival même ou
ailleurs. Il y a au moins une quinzaine de famille non-sco. Lire la suite