Accueil

Mis en avant

En France, l’instruction en famille est légale.
L’école n’est pas obligatoire.

poissons

Bienvenue sur le site de l’association

L’instruction en famille sous toutes ses formes :
apprendre autrement, apprentissage autonome, apprentissages formels, apprentissages informels, école à la maison, homeschooling, IEF, instruction à la maison, instruction hors école, instruction parentale, unschooling, …

APPEL A DONS

En soutenant la famille mentionnée ci-dessous, vous aidez les autres familles IEF dans  leur liberté du choix de l’instruction de leurs enfants. N’hésitez pas à transmettre à toute personne ou association susceptibles de soutenir. Pour tout renseignement complémentaire, contactez Christelle Angevin à
christelle.angevin AROBASE gmail.com ou au 06 43 71 95 24

Appel à dons :

Besoin de votre aide pour soutenir l’Instruction en Famille (IEF), et par là-même la liberté individuelle, indispensable à toute vie collective sereine.

Chaque année, les familles en IEF sont contrôlées par les services de l’Education nationale. Suivant les régions, les contrôles se passent plus ou moins bien, les modalités de ces contrôles pouvant être très différentes d’une famille à l’autre.
En Bretagne, la situation est particulièrement difficile, la liberté des choix pédagogiques pour instruire un enfant n’étant pas respectée par les services de l’Education nationale.

La famille mentionnée ci-dessous, a choisi les apprentissages informels. L’inspecteur
dérouté par ce type d’apprentissages n’a pas pris en compte ce que lui ont présenté les parents et a souhaité imposer à leur enfant des tests préétablis.
Ce que la loi n’impose pas. Au contraire, la loi indique que c’est le droit à l’instruction de l’enfant qui doit être vérifié. Le gouvernement et le ministère de l’Education nationale
assurent depuis 2009 que le contrôle pédagogique ne doit pas faire référence à un niveau scolaire et qu’il doit respecter les choix pédagogiques des familles. Pour en savoir plus sur ce type d’apprentissages : le film documentaire Etre et devenir, Etreetdevenir.com, le livre de Claudia Renau L’apprentissage informel expliqué à mon inspecteur, ouvrage qui s’appuie sur les travaux de pédagogues comme R. Cousinet, C. Freinet, J. Holt.

Depuis deux ans, un collectif s’est créé en Bretagne/Pays de la Loire.
Il demande à être reçu par les responsables des contrôles afin d’expliquer les difficultés rencontrées par les familles et d’établir avec eux des modalités qui respectent loi et familles.
A ce jour, le rectorat n’a pas donné suite à ces demandes répétées de rendez-vous.   Voir Blog : http://gbpl.wordpress.com

En août 2014, un couple d’Ille et Vilaine a reçu une injonction de scolariser leur fille à la rentrée de septembre. Or cette injonction est entachée de vices de procédures. C’est-à-dire que l’Education nationale n’a pas respecté la procédure prévue par la loi pour la
vérification du respect du droit de l’enfant à l’instruction.

Le couple décide de faire appel au tribunal administratif de Rennes et dépose deux référés : un référé suspension et un référé au fond. Le recours à une avocate, connaissant l’IEF et acceptant de défendre une famille contre l’Education nationale,
s’est révélée nécessaire. Les frais sont élevés. D’ores et déjà 1795€ pour le référé suspension et il est prévu environ 2000 € pour le référé au fond. Ceci est très
lourd pour cette famille aux revenus modestes.

L’association Led’a, regroupant des familles IEF, a prêté 1500€ à la famille. L’association se propose de collecter de l’argent, d’une part pour que la famille n’ait pas à lui rembourser cette somme, d’autre part pour que la famille puisse payer les 2295€
manquants. Et qu’elle puisse éventuellement faire appel le cas échéant. C’est pourquoi, nous avons besoin de vous !

Possibilité de défiscaliser vos dons : Led’a vous fournira un reçu fiscal vous permettant de déduire 66% de votre don du montant de vos impôts.
- Pour un paiement par chèque à l’ordre de Led’a, l’envoyer à :
Les Enfants d’Abord, chez Manu Viger
21 quai d’Alsace 11100 Narbonne
en mentionnant « don pour la famille, injonction de scolariser, procédure septembre 2014 », au dos du chèque.

Les reçus fiscaux seront envoyés à l’adresse du chèque sauf si vous en précisez une autre, et seront au nom de l’émetteur du chèque.

- Pour un virement, voici les coordonnées bancaires :
Crédit Mutuel de Villeneuve sur Lot,
IBAN : FR76 1027 8022 5600 0151 9024 055
BIC : CMCIFR2A
N’oubliez pas de mentionner « don pour la famille, injonction de scolariser, procédure septembre 2014″ dans le formulaire prévu à cet effet, et d’envoyer un email à tresorerie AROBASE lesenfantsdabord.org avec votre nom et votre email ou votre adresse postale afin que la trésorière puisse vous faire parvenir votre reçu fiscal.

Si les dons dépassent les besoins de la famille, le surplus sera versé à une caisse de solidarité pour aider d’autres familles, gérée par Led’a.
Merci à tous pour votre aide.

Conférences de Deirdre Bergeron – novembre-décembre 2014

CHANGER L’EDUCATION ou bien VIVRE SANS EDUCATION ? TEMOIGNAGE

Déirdre Bergeron, une vie à la campagne, sans école.
Tournée de conférences en novembre-décembre dans plusieurs villes de France.

Affiche A5 Déirdre_2Déirdre Bergeron, 33 ans, a fait l’expérience d’écoles publiques et alternatives/Waldorf jusqu’à l’âge de 12 ans. Ses sœurs, Phèdre et Cassandre ne sont jamais allées à l’école. Et pourtant, elles ne sont ni analphabètes, ni asociales, ni sans occupations ou relations dans leur vie.
Leur père, Léandre Bergeron, a renoncé à son poste de professeur d’université à Montréal pour s’installer dans une ferme et y devenir boulanger. Les trois filles – Déirdre, Phèdre et Cassandre – y naîtront. Phèdre et Cassandre ne seront jamais « éduquées ». Et pourtant, elles lisent, écrivent, travaillent, discutent, interagissent avec des gens de tous âges, avec enthousiasme et bienveillance, et avec le sens des responsabilités. Elles apprendront donc naturellement à vivre en vivant (comme j’apprends à faire en faisant…). Les trois filles contribuent, à leur mesure, à la vie de la famille et de la ferme. Elles vivent en relation avec leur entourage immédiat, mais aussi avec les personnes que la vie les conduit à rencontrer, plus ou moins fortuitement. Dès treize ans, Déirdre tient, par exemple, le magasin de vente de produits naturels que son père, lui, alimente en pain bio.
Les principaux moments de cette vie peu commune sont contés par Léandre Bergeron dans le livre « Comme des invitées de marque » et dans le film que la télévision canadienne lui a consacré, « Avec conviction, sans espoir ».

À l’invitation du CREA-Apprendre la vie (education-authentique.org), Déirdre effectue une tournée en France du 04 novembre au 08 décembre 2014 pour témoigner du vécu des trois filles Bergeron.

A titre d’exemple, une journée d’échanges aura lieu dans les Vosges (Centre Les Tronches, 238 chemin des tronches, 88200 St-Etienne-Les-Remiremont), le vendredi 28 novembre.

Au programme : diffusion du film consacré à Léandre Bergeron, conférence par Deirdre Bergeron, réflexion et échanges sur l’influence des éducations – reçues et données – dans nos vies.

Plus d’informations sur le site education-authentique.org .

Questionnaire sur l’IEF, par le site « Apprendre à l’air libre »

« Apprendre à l’air libre » vient de lancer un questionnaire sur les motivations et difficultés que rencontrent les familles qui se lancent ou s’intéressent à l’Instruction En Famille :

 

On déplore toujours le manque de chiffres en France/Belgique/Suisse.

Je vous propose de répondre à ce questionnaire (1 réponse par personne SVP) et de le diffuser le plus possible.

Il est destiné aux parents comme aux enfants :

http://apprendrealairlibre.com/2014/10/17/comptons/
Lien direct : https://paprika.typeform.com/to/t2E8yl

Nouveau forum !

Un forum réservé aux adhérents de l’association est désormais en ligne !

th

 

Pour vous inscrire vous devez être à jour de votre cotisation et vous rendre à cette adresse : http://forum.lesenfantsdabord.org où vous pourrez suivre les étapes qui vous permettront, suite à la validation de votre inscription, d’accéder au forum.

 
Pour faciliter la tache de la modératrice du forum qui valide les inscriptions, merci d’envoyer un mail à forumAROBASElesenfantsdabordPOINTorg avec votre pseudo et votre vrai nom.

Rendez-vous nombreux pour échanger sur tous les sujets qui vous tiennent à cœur autour de l’IEF !!

Journée internationale pour la liberté de l’instruction (JIPLI) 2014

LOGO-JIPLI-2012

Le 15 septembre c’est la journée internationale pour la liberté de l’instruction.
A cette occasion, partout en France, ont eu lieu des pique-nique, fête, rencontres ou stand de lecture et discussion.
Et ça continue avec …
le 17 septembre, une rencontre à Cunlhat (63)
le 18 septembre, la diffusion du documentaire « être et devenir » à Erstein (68)
le 21 septembre, une rencontre autour d’un pique-nique à Rodez (12)
le 26, 27 et 28 septembre, des rencontres sur le thème de l’éducation à Le Vigan (30)
le 27 septembre, une rencontre avec tables rondes à Toulouse (31)

Pour plus de détails, consultez le site de la jipli.

Vous pouvez également trouver la version papier de la pétition « désaccord parental : priorité aux enfants, l’instruction en famille reste un droit ! » sur le site de la cpli. La jipli est une bonne occasion pour faire signer cette pétition.

New legislative onslaught against homeschooling

Pour la version française cliquez ici

Risk of compulsory schooling due to parental rights’ reform

Schooling by default for children 3 to 18 years old in case of
parental clash.

The bill about parental rights and child’s interests adds a new
article to the Education Code : the section L.131-13.

According to this article, any child from the age of 3
is sent directly to state school if his parents disagree about forms
of education on change of residence or at the beginning of a new school
year and this, whatever the education choices might have
been previously. This section contradicts the current Education code
according to which education is compulsory for children from 6 to
16 years old and provided by state or private schools or
parents.

The French Parliament is made up of the National Assembly and the
Senate. A law is adopted if both assemblies agree on the same text.
Currently, the bill on parental rights and child interests has passed
the National Assembly and will probably come under discussion in the
Senate in October.

This is the next step of our struggle for homeschooling

A petition has been written.
http://petitions.jipli.org/Desaccord_parental-priorite_aux_enfants-l_instruction_en_famille_reste_un_droit.html

This constitues an obvious topic for the next JIPLI.

A brief overview of recent developments in the National Assembly in
June:
————————–
Since there are lots of amendments from the Opposition, the allotted
time for debate was run over. Thus, the government alloted the
bill to its own time to the National Assembly and  added it to the
agenda of Monday, 16th June and Friday, 27th June, to debate and pass
the remaining amendments (about 300), noticing each time less than a
week before. The closing vote occurred  on 27 June. Afterwards, this
bill will be debated in the Senate. We do not know the date yet but we
hope it will not be before autumn.

Altough we were on the look out for the agendas, the short time limit
prevented us from setting up a widespread calling up.
Collective work with three other homeschooling associations CISE,
LAIA and PIF enabled to draw up an amendment modifying this new
article and to start disseminating it to the deputies initiating the
bill or the article L.131-13 and to the members of the Woman’s rights
committee on the National Assembly. We also distributed the
amendment to the homeschooling social networks with a call for
contacting these deputies. The short time limit left us little
hope to have at least a deputy supporting it.

Moreover, even in this case, this amendment would allow homeschooling
and ease matters in family’s everyday life but education at school
would remain the prime reference and the extension of mandatory
schooling beyond the age of compulsory education, the Trojan horse
opening up the way for other more and more restrictive laws about
homeschooling.

Rencontre locale Nord-Pas-de-Calais, Samedi 14 septembre 2014

 

ANNONCE RENCONTRE SEPTEMBRE
Cette année, la grande rencontre annuelle Nord-Pas-de-Calais (Picardie, Somme, Belgique…) n’aura pas lieu à
l’endroit habituel, car c’est en travaux !
Mais elle aura bien lieu !!
Ce sera le samedi 14 septembre, dès 10h30, et le lieu (en cours de validation) sera communiqué à ceux qui
prendront contact.
La formule reste la même : auberge espagnole, échange/vente/don de matériel pédagogique, réunion en début
d’aprèm pour l’accueil et les questions des nouveaux + un planning pour ceux qui voudraient proposer des
ateliers à partir de 15h30.
Chacun ramène des jeux pour les enfants (trottinettes, rollers, jeux d’extérieur, jeux de société, etc…)
On est une centaine chaque année et la journée est très conviviale !
Rendez-vous en septembre !
Contact :
Marie CHARDIN
chardin-chardine@sfr.fr

Urgent : risque d’école obligatoire dans la réforme de l’autorité parentale

Urgent : risque d’école obligatoire dans la réforme de l’autorité parentale.

Une action est encore possible, elle doit être ultra-rapide :

pétition et amendement rectificatif.

La scolarisation par défaut pour les 3-18 ans en cas de désaccord parental !

 

La loi réformant l’autorité parentale risque de rendre l’école publique obligatoire dans certaines situations, et ce pour des enfants de 3 ans à 18 ans.

 

Cette loi va être de nouveau examinée à partir de lundi prochain, le 16 juin, d’après le secrétaire d’État aux relations avec le Parlement, Jean-Marie Le Guen, et même devrait être votée la semaine prochaine.

Demandez à votre député de déposer l’amendement suivant qui figure à la fin du texte. Il n’est pas idéal pour la liberté de l’instruction, mais les enjeux sont tels autour de l’autorité parentale que cet amendement semble acceptable pour tous. Cela limitera les restrictions à la liberté d’instruction pour presque tous les cas de figure. Nous pourrons encore nous mobiliser pour la lecture au sénat.

Argumentaire et amendement rectificatif à envoyer: 2014-06-arg-amendement

 

Il semble que de nombreux amendements seraient encore à traiter lundi 16 juin 2014. Il est difficile de savoir si une procédure existe pour que le gouvernement puisse s’en exonérer. Peut-être est-ce les « non renseigné » et il y en aurait 387, voir « sort » dans le formulaire: http://www2.assemblee-nationale.fr/recherche/amendements#listeResultats=tru&idDossierLegislatif=33056&idExamen=&numAmend=&idAuteur=&idArticle=&idAlinea=&sort=Non%20renseign%C3%A9&dateDebut=&dateFin=&periodeParlementaire=&texteRecherche=&zoneRecherche=tout&nbres=10&format=html&regleTri=ordre_texte&ordreTri=croissant&start=1

Voici la page du dossier législatif: http://www.assemblee-nationale.fr/14/dossiers/autorite_parentale_interet_enfant.asp

C’est maintenant mis à l’ordre du jour:

http://www.assemblee-nationale.fr/agendas/conference.pdf?refresh=true

lundi 16: À 16 heures : Suite Pn autorité parentale et intérêt supérieur de l’enfant (1856, 1925). À 21 h 30 : Suite odj de l’après-midi.

Elle n’est indiquée que le lundi. Si la loi est votée, ce sera avec le texte de l’amendement 659 sauf si un autre amendement le retire ou le transforme.

Il est important d’agir vite: faite circuler cette information et joignez votre député pour lui demander de proposer un amendement, il devrait avoir jusqu’à dimanche 15 juin pour le déposer.

Des infos suivront sur le site de la Journée Internationale Pour la
Liberté de l’Instruction, www.jipli.org.

—————————————————————————–

Amendement 659 (rect), accepté donc inclus dans le texte à voter:

http://www.assemblee-nationale.fr/14/amendements/1925/AN/659.asp

Le chapitre Ier du titre III du livre Ier de la première partie du code de l’éducation est complété par un article L.131-13 ainsi rédigé :

« Art. L. 131‑13. – L’inscription d’un enfant soumis à l’obligation scolaire dans un établissement d’enseignement public ou privé, ou la déclaration faite au maire de la commune de résidence qu’il lui est donné l’instruction dans la famille, doit être effectuée d’un commun accord par chacun des parents exerçant l’autorité parentale.

« Le premier alinéa s’applique en cas de changement de résidence ou de choix d’instruction.

« À défaut d’accord entre les deux parents intervenu avant la rentrée scolaire ou dans les huit jours qui suivent tout changement de résidence, l’enfant est scolarisé dans l’établissement d’enseignement public dont dépend le domicile où il réside majoritairement ou, lorsque sa résidence est partagée à égalité entre les domiciles de chacun de ses parents, dans l’établissement d’enseignement public le plus facilement accessible à partir des deux domiciles.

« Sauf en cas d’accord de chacun des deux parents, les modalités de scolarisation résultant de l’application des trois premiers alinéas ne peuvent être modifiées, en cours d’année scolaire, que par décision du juge aux affaires familiales.

« Les dispositions du présent article sont applicables aux enfants scolarisés dans les classes enfantines ou les écoles maternelles ainsi qu’à ceux qui poursuivent leurs études à l’issue de la scolarité obligatoire. ».

——————————————————————————

Nous proposons une modification qui donnerait:

Le chapitre Ier du titre III du livre Ier de la première partie du code de l’éducation est complété par un article L.131-13 ainsi rédigé :

« Art. L. 131‑13. – L’inscription d’un enfant soumis à l’obligation scolaire dans un établissement d’enseignement public ou privé, ou la déclaration faite au maire de la commune de résidence qu’il lui est donné l’instruction dans la famille, doit être effectuée d’un commun accord par chacun des parents exerçant l’autorité parentale.

« Le premier alinéa s’applique en cas de changement de résidence ou de choix d’instruction.

« À défaut d’accord entre les deux parents intervenu avant la rentrée scolaire ou dans les huit jours qui suivent tout changement de résidence, et lorsque les parents n’ont pas saisi le juge aux affaires familiales pour statuer sur le choix d’instruction, l’enfant ayant atteint l’âge de l’obligation d’instruction, dont il n’est pas possible de maintenir le mode d’instruction antérieur,  est scolarisé dans l’établissement d’enseignement public dont dépend le domicile où il réside majoritairement ou, lorsque sa résidence est partagée à égalité entre les domiciles de chacun de ses parents, dans l’établissement d’enseignement public le plus facilement accessible à partir des deux domiciles.

« Sauf en cas d’accord de chacun des deux parents, les modalités de scolarisation résultant de l’application des trois premiers alinéas ne peuvent être modifiées, en cours d’année scolaire, que par décision du juge aux affaires familiales.

« Les dispositions du présent article sont applicables aux enfants ayant déjà été scolarisés dans les classes enfantines ou les écoles maternelles ainsi qu’à ceux qui poursuivent leurs études à l’issue de la scolarité obligatoire. ».

——————————————-

Rectification amendement 659 (rect)

1) Dans l’alinéa 3, après la première occurrence du mot « résidence »,insérer la phrase suivante

« , et lorsque les parents n’ont pas saisi le juge aux affaires familiales pour statuer sur le choix d’instruction »

2) Au même alinéa, après le mot « enfant » sont insérés les mots suivants

« ayant atteint l’âge de l’obligation d’instruction, dont il n’est pas possible de maintenir le mode d’instruction antérieur, »

3) Dans l’alinéa 5 après le mot « enfant » sont insérés les mots suivants

« ayant déjà été »

 

——————————————————————————————–

Argumentaire:
Le texte proposé méconnaît la diversité des cas de figures de
familles, introduit une exception trop marquée par rapport au régime
général et ôte toute possibilité d’appréciation personnelle au juge
en fonction du dossier qui lui est soumis. Les associations
rencontrent des cas où le juge aux affaires familiales a donné son
accord pour l’instruction en famille, après enquête approfondie sur
les conditions de vie et d’instruction de l’enfant. On retiendra par
ailleurs comme exemples d’exceptions notables les cas de dossier
médical, de sportifs haut niveau ou pratique artistique. Rappelons en
outre que la liberté de choix d’instruction ainsi que l’instruction
dans la famille sont légales depuis les lois de 1882 introduisant
l’obligation d’instruction, et que l’instruction dans la famille,
très encadrée, comprend une déclaration annuelle auprès de
l’Inspection Académique, au moins un contrôle pédagogique annuel,
ainsi qu’une enquête de la mairie tous les deux ans.

Pour tenir compte de la multiplicité des cas et respecter le principe
constitutionnel, les associations de familles, nommées ci-dessous,
proposent un amendement qui, en cas de désaccord parental, donne
priorité à la démarche auprès du juge aux affaires familiales, ainsi
qu’à la prise en compte de l’intérêt supérieur de l’enfant, de l’étude
de la situation familiale antérieure, dans une perspective de stabilité
de vie de l’enfant et de respect de sa personne. Ces associations de
familles s’associent à ce projet dans l’intérêt de l’enfant et s’en
remettent aux juges aux affaires familiales pour étudier ces situations
familiales de manière personnalisée.

Les associations de familles sont
* Choisir d’Instruire Son Enfant !
* Libres d’Apprendre et d’Instruire Autrement
* Les Enfants d’Abord
* Parents instructeurs de France

————————————————————–

Voici la liste des députés porteurs de l’amendement 659:

« M. Alain Tourret » <atourret@assemblee-nationale.fr>,
« M. Jean-Noël Carpentier » <jncarpentier@assemblee-nationale.fr>,
« M. Ary Chalus » <achalus@assemblee-nationale.fr>,
« M. Gérard Charasse » <gcharasse@assemblee-nationale.fr>,
« Mme Jeanine Dubié » <jdubie@assemblee-nationale.fr>,
« M. Olivier Falorni » <ofalorni@assemblee-nationale.fr>,
« M. Paul Giacobbi » <pgiacobbi@assemblee-nationale.fr>,
« M. Joël Giraud » <jgiraud@assemblee-nationale.fr>,
« Mme Gilda Hobert » <ghobert@assemblee-nationale.fr>,
« M. Jacques Krabal » <jkrabal@assemblee-nationale.fr>,
« M. Jérôme Lambert » <jlambert@assemblee-nationale.fr>,
« M. Jacques Moignard » <jmoignard@assemblee-nationale.fr>,
« Mme Dominique Orliac » <dorliac@assemblee-nationale.fr>,
« M. Thierry Robert » <trobert@assemblee-nationale.fr>,
« M. Stéphane Saint-André » <ssaintandre@assemblee-nationale.fr>,
« M. Roger-Gérard Schwartzenberg » <rgschwartzenberg@assemblee-nationale.fr>

 

Deux députées prenant en compte le droit des femmes
—————————————————-
* Marie-Noëlle Battistel, mnbattistel@assemblee-nationale.fr, a déposé
le rapport d’information au nom de la délégation de l’Assemblée
nationale aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les
hommes et les femmes.
* Catherine Coutelle, ccoutelle@assemblee-nationale.fr, Présidente de la
délégation de l’Assemblée nationale aux droits des femmes et à
l’égalité des chances entre les hommes et les femmes.

 

Les députés porteurs de la ppl:
——————————-
Bruno LE ROUX, bleroux@assemblee-nationale.fr
Mme Marie-Anne CHAPDELAINE, machapdelaine@assemblee-nationale.fr
M. Erwann BINET, ebinet@assemblee-nationale.fr
Mme Barbara POMPILI, bpompili@assemblee-nationale.fr
M. François DE RUGY, fderugy@assemblee-nationale.fr
Mme Véronique MASSONNEAU, vmassonneau@assemblee-nationale.fr

 

 

« être et devenir » à Mamers (72)

etreetdevenir
Lundi 30 juin à 20h00, le film « Etre et devenir » sera diffusé au cinéma Rex de Mamers
en présence de Bernadette Nozarian, enseignante, chercheuse et auteure (Transition pédagogique, De nécessaires mutations de l’école).
Nous invitons toutes les familles de la Sarthe, de l’Orne et d’Eure et loir concernées à venir témoigner de leur propre expérience.
Pour tous renseignements : cinemamers@wanadoo.fr.
Cinéma Rex
2 rue de la gare
72600 Mamers
http://cinemamers.cine.allocine.fr/