Macron spalle al muro

Scarica il pdf

Press Release Le Parisien 28.11.20

Sarà il capo dell’Élysée in grado di superare “il muro dell”educazione parentale”?, titola Le Parisien di giovedi. Il Conseil d’État (Consiglio di Stato, ndt) ha appena cortesemente indicato il rischio che la legge sia dichiarata inconstituzionale. Se Macron s’intestardisce, poterebbe spaccarsi i denti.ttps://www.leparisien.fr/politique/le-mur-de-l-ecole-a-la-maison-26-11-2020-8410724.php

LA LIBERTA della stampa é un alleato prezioso della libertà educativa in questi giorni. Dopo averci informato in merito alla genesi della legge contro i separatismi, quando Macron ha deciso di mettere al bando l’educazione parentale(https://www.leparisien.fr/politique/separatisme-l-histoire-tourmentee-d-un-projet-de-loi-brulant-19-11-2020-8409223.php), é ormai nei retroscena del Conseil d’État che il giornale parigino si é infiltrato per informare i suoi lettori dei dibattiti tra i giuristi di questa nobile istituzione. Senza sorpresa, i primi dibattiti riprendono gli argomenti che abbiamo sviluppato dall’inizio di questa crisi. La differenza é che emanano da un’istituzione che si trova al di sopra del progetto di legge che il governo si prepara a presentare in parlamento. La costituzionalità del divieto in questione é messa in dubbio. Un eufemismo, sapendo che lo stesso Jean-Michel Blanquer (Ministro dell’Educazione, ndt), dottore in diritto costituzionale, affermava a giugno devanti al Senato che l’educazione parentale é basata su un potente principio costituzionale. Curiosamente, dopo qualche uscita mediatica in cui il Ministro dell’Educazione affermava che il divieto dell’educazione parentale sarebbe stato un progesso per i diritti del fanciullo, il «  Daron noir  »  (letteralmente “genitore nero” ndt)(https://www.liberation.fr/france/2020/11/20/magouille_1806308) del’Éducation Nationale si é fatto discreto. Estratto: “In altre parole, lo Stato, Rue de Grenelle (leggi il Ministero dell’Educazione, ndt) o le amministrazioni decentralizzaté sono state messe al servizio di una strumentalizzazione di parte”. Da ieri, é il turno di Darmanin (Ministro dell’Interno, ndt) di essere fragilizzato dallo scandalo delle violenze delle forze dell’ordine. Resta Schiappa…

Per il Conseil d’État, la valutazione dell’impatto é insufficiente.

Lunedi LED’A é stata accolta dai consiglieri del Ministro delegato della Cittadinanza (con LAIA, i corsi PI et l’associazione Créer son école). Al Ministero dell’Interno, i rappresentanti dell’educazione parentale sono ricevuti per buona educazione, indicando che l’abolizione dell’educazione parentale é voluta da Blanquer.

Una volta di più i rappresentanti dell’educazione parentale hanno richiesto la valutazione dell’impatto che é stato presentata al Conseil d’État. «  Chiedetelo al Ministero dell’Educazione  !  » Già fatto. Come difensori del contraddittorio, i servizi di Blanquer vogliono riservare la prima consultazione ai parlamentari… e non ai diretti interessati. I rappresentanti del popolo saranno certamente deliziati sapendo che il Consiglio di Stato giudica questa valutazione “insufficiente”. Visto che la libertà di inadeguatezza non é ancora un principio costituzionale, questo aggettivo apre una bella breccia verso la sepoltura della misura faro della legge sui separatismi. Faremo del nostro meglio perché cosi avvenga.

Siamo ad uno spartiacque. O Macron ritira discretamente la misura che riguarda l’educazione parentale dalla legge sui separatismi e ne fa portare con eleganza la responsabilità a uno dei suoi ministri, o s’isola ancora di più intestardendosi. Il rischio é quello di farsi sbugiardare dal  Conseil Constitutionnel (Consiglio Constituzionale, ndt), ma i danni saranno lo stesso considerevoli per molte famiglie. Ragion per cui bisogna, più che mai, aumentare la pressione. A questo scopo, LED’A incoraggia i suoi aderenti a fare uso della libertà di manifestazione davanti ai tribunali il 4, 5 e 6 dicembre. L’obiettivo é quello di indicare all’esecutivo che sarà in tribunale che moltiplicheremo i contenzioso per fare annullare questa legge liberticita se il potere s’intestardisce.  L’avviso del Conseil d’État, per quanto illuminante, é infatti in un primo momento solo consultativo.

https://www.facebook.com/LesEnfantsDAbordInstructionEnFamille

https://www.instagram.com/lesenfantsd_abord/

contact-international@lesenfantsdabord.org

Scarica il pdf

Macron Backed into a Corner

Download pdf

Press Release Le Parisien 28.11.20

Will the top notch at the Élysée be able to breach “the wall of home education” was the front page of Le Parisien on Thursday. The Conseil d’État (Council of State) made a polite reminder of the risk of failing. If he stubbornly persists, he may well crash land. https://www.leparisien.fr/politique/le-mur-de-l-ecole-a-la-maison-26-11-2020-8410724.php

These days FREEDOM of the press is a precious ally for freedom of educational choice.

After having informed us of the birth of the law against separatism when Macron outright decided to ban home education in France (https://www.leparisien.fr/politique/separatisme-l-histoire-tourmentee-d-un-projet-de-loi-brulant-19-11-2020-8409223.php), the Parisian newspaper has now gone behind the scenes at the Conseil d’État to inform readers of debates between the jurists of this noble institution. Unsurprisingly the initial debates reiterate the arguments that we have been developing since the beginning of this crisis. The difference being that they emanate from an institution which is placed above the project of law that the government is preparing to submit to parliamentarians. The unconstitutional nature of such a ban on educational freedom raises questions. This is indeed an understatement when we realise that Jean-Michel Blanquer, himself a Doctor of Constitutional Law, in June of this year, proclaimed before the state senate that home education was based on a powerful constitutional principal. Curiously, after several press releases, during which the Education Minister then claimed that banning home education would be positive progress for children’s rights, the ‘Baron Noir’ of the National Education Department (https://www.liberation.fr/france/2020/11/20/magouille_1806308) has become much more discreet. “In other words, it is the state apparatus, Rue de Grenelle or in decentralised administrations, which has been put at the service of partisan instrumentalisation”. As of yesterday it is Darmanin’s turn to be weakened by police violence. Schiappa is up next…

The Impact Study is Insufficient for the Conseil d’État

On Monday at Place Beauvau, Paris, LED’A was received by advisors to the Minister delegated to citzenship (with LAIA, the cours PI and the association Créer son école). At the Ministry of the Interior, home education representatives were received out of politeness while it was indicated that the proposed ban on home education is the work of Blanquer. Clearly, if like Darmanin and Schiappa you see ‘ghosts of the republic’ don’t dial 911. Calling Ghostbusters on your Minitel terminal, would be more useful.

Once again home education representatives call for the Impact Study which was presented to the Conseil d’Ètat. “Vision with Education!”. It already exists. Defender of the contradictory, Blanquer’s department wants to reserve the first consultation of the study for parliamentarians…rather than the principal groups concerned. The people’s elected representatives will no doubt be delighted to learn that the Conseil d’État considers this study “inadequate”.

Since the freedom of inadequacy is not yet constitutional this little attribute opens a breach towards a first class abandonment of the flagship measure in the law against separatism. We will make sure of that.

We have reached a turning point. Either Macron discreetly withdraws the measure concerning home education from the law against separatism and elegantly lets one of his ministers take the heat or he isolates himself with his shoulder to the wheel. In the long term Macron risks being disowned by the Conseil d’État, but for many families the damage caused will be considerable. It is for this reason that we have to increase the pressure, more than ever. It is to this end that LED’A encourages its members to use the freedom to demonstrate in front of the courts of law throughout France the 4th, 5th and 6th of December 2020. The aim is to show the executive that if we must, it is through the courts that we will increase our contention to cancel this law against liberty.

The opinion of the Conseil d’État, however enlightening it may be, is of an advisory nature for the time being.

https://www.facebook.com/LesEnfantsDAbordInstructionEnFamille

https://www.instagram.com/lesenfantsd_abord/

https://twitter.com/LED_A_

contact-international@lesenfantsdabord.org

Download pdf

Communiqué de Presse le Parisien

C’est au pied du mur qu’on voit le Macron

Le Premier de cordée de l’Élysée va-t-il réussir à franchir « le mur de l’école à la maison », titre Le Parisien de jeudi. Le Conseil d’État vient de l’alerter poliment du risque de dévisser. S’il s’entête, il pourrait bien se fracasser au pied de l’édifice.

https://www.leparisien.fr/politique/le-mur-de-l-ecole-a-la-maison-26-11-2020-8410724.php

LA LIBERTÉ de la presse est un précieux allié pour la liberté d’enseignement ces jours-ci.
Après nous avoir informés de la genèse de la loi contre les séparatismes où Macron a décidé tout de go d’interdire l’École à la maison (https://www.leparisien.fr/politique/separatisme-l-histoire-tourmentee-d-un-projet-de-loi-brulant-19-11-2020-8409223.php), c’est désormais en coulisses du Conseil d’État que le quotidien francilien s’est glissé pour informer ses lecteurs des débats entre les juristes de cette noble institution. Et le verbe y est haut !

Sans surprise, les premiers avis reprennent les arguments que nous développons depuis le début de cette crise. À la différence qu’ils émanent d’une institution qui se place au-dessus du projet de loi que le gouvernement s’apprête à proposer aux Parlementaires. La constitutionnalité d’une telle mesure d’interdiction pose question. Un euphémisme lorsque l’on sait que Jean-Michel Blanquer lui-même, accessoirement docteur ès droit constitutionnel, affirmait en juin devant le Sénat que l’IEF était assise sur un principe constitutionnel puissant. Curieusement, après quelques sorties médiatiques à l’occasion desquelles le ministre de l’Éducation affirmait que l’interdiction de l’IEF serait un progrès pour les droits des enfants, le « Daron noir » (https://www.liberation.fr/france/2020/11/20/magouille_1806308) de l’Éducation Nationale se fait discret. Extrait : « Autrement dit, c’est l’appareil d’Etat, Rue de Grenelle ou dans les administrations déconcentrées, qui a été mis au service d’une instrumentalisation partisane ».  Depuis hier, c’est au tour de Darmanin d’être fragilisé par des violences policières. Reste Schiappa…

Pour le Conseil d’État, l’étude d’impact est insuffisante

Lundi, c’est justement place Beauvau que LED’A était reçue par les conseillers de la ministre déléguée à la Citoyenneté (avec LAIA, les cours PI et l’association Créer son école). À l’Intérieur, on reçoit les représentants de l’IEF par politesse en indiquant que l’interdiction de l’école à la maison est portée par Blanquer. En clair, si comme Darmanin et Schiappa vous voyez des fantômes de la République, ne faites pas le 17, tapez Ghostbusters sur votre Minitel, ce sera plus efficace.

Là encore, les représentants de l’IEF ont demandé l’étude d’impact qui a été proposée au Conseil d’État. « Voyez avec l’Éducation ! » C’est déjà fait. En défenseur du contradictoire, les services de Blanquer veulent en réserver la primeur aux Parlementaires… et non aux principaux concernés. Les élus du Peuple seront certainement ravis d’apprendre que le Conseil d’État juge cette étude « insuffisante ». Et comme la liberté d’inconséquence n’est pas encore constitutionnelle, ce petit qualificatif ouvre une brèche vers un enterrement de première classe de la mesure phare de la loi sur les séparatismes. Nous nous y emploierons.

Désormais, nous sommes à un tournant. Soit Macron retire discrètement la mesure concernant l’IEF de sa loi sur les séparatismes et fait porter avec élégance le chapeau à un de ses ministres, soit il s’isole un peu plus en s’arc-boutant. Il risque, à terme, de se faire désavouer par le Conseil Constitutionnel, mais les dégâts seront considérables pour nombre de familles. C’est pour cela qu’il faut, plus que jamais, accentuer la pression. À cette fin, LED’A encourage ses adhérents à user de la liberté de manifester devant les tribunaux judiciaires les 4, 5 et 6 décembre. L’objectif est d’indiquer à l’Exécutif que c’est par la voie des tribunaux que nous multiplierons les contentieux pour faire annuler cette loi liberticide si le pouvoir s’entête. Car l’avis du Conseil d’État, pour éclairant qu’il soit, n’est jamais que consultatif dans un premier temps.

 https://www.facebook.com/LesEnfantsDAbordInstructionEnFamille
 https://www.instagram.com/lesenfantsd_abord/
 https://twitter.com/LED_A_

Voir la version anglaise en ligne – Télécharger la version anglaise au format pdf

Compte-rendu de la réunion de travail au cabinet Schiappa

COMPTE-RENDU DE LA RÉUNION DE TRAVAIL AU CABINET SCHIAPPA D’UNE DÉLÉGATION DE DÉFENSEURS DE LA LIBERTÉ D’INSTRUCTION DES FAMILLES

Le 23 novembre de 14h30 à 15h30 a été reçue place Beauvau, par le Cabinet de la ministre déléguée à la citoyenneté, Marlène Schiappa, la délégation suivante :

  • Anne Detremmerie, association Led’a,
  • Alix Fourest, association LAIA,
  • Manu Viger, association Led’a,
  • Anne Coffinier, présidente de l’association Créer son école,
  • Erick Isnard, directeur opérationnel des Cours Pi (établissement d’enseignement à distance), représentant aussi les associations et collectifs défenseurs de la liberté de l’instruction en famille.

Côté cabinet, ont participé :

  • John Benmussa, conseiller en charge de la prévention de la délinquance et de la promotion de la citoyenneté
  • Benoît Pierre, conseiller en charge de la prévention des atteintes à la citoyenneté

Le ministère de l’Intérieur a accepté de recevoir la délégation tout en soulignant à plusieurs reprises que la partie du projet de loi concernant l’instruction en famille était pilotée par le ministère de l’Éducation nationale, et donc pas de leur ressort. Les représentants de la société civile ont cependant argué que les ministres Darmanin et Schiappa s’étaient à plusieurs reprises exprimés dans les médias sur le sujet, liant l’instruction en famille aux questions de radicalisation ou à une absence d’instruction, ce que les associations ont fermement dénoncé, tout en s’associant sans ambiguïté à la volonté de lutter contre la radicalisation et le terrorisme du gouvernement, et ont réaffirmé leur attachement aux valeurs républicaines et de laïcité.

LES QUESTIONS POSÉES AU GOUVERNEMENT

Les représentants de la société civile ont interrogé le cabinet sur les buts que le gouvernement cherchait à atteindre en projetant d’interdire l’instruction en famille. Le gouvernement a mis en avant les jeunes qui n’ont aucun type d’instruction déclarée et ceux qui reçoivent une instruction non conforme aux valeurs républicaines.

Les représentants ont interrogé le gouvernement sur les statistiques et preuves fondant l’idée d’un lien entre la suppression de l’instruction en famille et la lutte contre la radicalisation islamiste. Le gouvernement a refusé de communiquer ces chiffres. Dans ces conditions, la preuve d’un lien entre IEF et radicalisation reste toujours à apporter.

Les représentants ont rappelé qu’il était pleinement nécessaire de veiller au bien-être supérieur de l’enfant et qu’il convenait d’agir contre les structures illégales dispensant un enseignement (ou “écoles de fait”). Ils ont demandé le chiffre des enfants déclarés en IEF et suivant pour autant un enseignement dans ces structures illégales. Le Gouvernement a accepté la transmission a posteriori du rendez-vous de chiffres sur lesdites structures, mais s’est refusé à transmettre ceux liés directement aux enfants concernés.

Les représentants ont aussi interrogé le cabinet sur les intentions de l’État à l’égard des familles qui ne scolariseraient pas leurs enfants et entreraient ainsi en dissidence. Le cabinet a répondu que, comme actuellement, ce serait aux services sociaux départementaux de s’en charger sur demande du procureur. Les représentants ont alors fait remarquer que les services sociaux devraient donc s’occuper d’enfants qui vont très bien alors qu’ils ont déjà fort à faire avec les situations d’enfants en danger.

LES DÉCLARATIONS DES REPRÉSENTANTS  

  • Ils ont demandé la communication en avant-première de l’étude d’impact. Le cabinet de Mme Schiappa a indiqué que cette demande devait être faite au Ministère de l’Education nationale – ce qui a été fait et refusé.
  • Les représentants ont souligné l’absence de lien entre interdiction de l’instruction en famille et lutte contre la radicalisation et exprimé la colère des parents d’être ainsi injustement stigmatisés.
  • Ils ont précisé que l’État n’avait pas légitimité à s’ingérer dans les raisons qui poussaient les parents à choisir d’instruire eux-mêmes leurs enfants. Dès lors qu’il n’y a ni violence ni emprise et que les parents acceptent d’être contrôlés, l’État n’a pas le droit de juger des raisons qui motivent les parents. Elles ont trait à la liberté d’opinion et de conscience et n’ont pas à être agréées par l’État pour avoir droit de cité.
  • Les représentants ont évoqué la cellule d’évitement scolaire mise en place à Tourcoing pour insister sur le fait que l’administration pouvait trouver les enfants si elle s’en donnait les moyens et qu’il n’était donc pas utile d’abolir la liberté d’instruction en famille, d’autant qu’interdire l’IEF n’aura pas d’impact sur les enfants déjà non déclarés et les écoles de fait non conformes aux valeurs de la république.
  • À propos du système de dérogations prévu dans la loi, les représentants de la société civile ont également fait remarquer l’inadaptation du système de dérogations prévu, assorti en outre du principe que l’absence de réponse vaut rejet, pour faire face à la mise en sureté d’un enfant en difficulté à l’école (harcèlement, phobie scolaire…), qui concerne chaque année environ la moitié des raisons de déclaration en IEF.

Les représentants de la société civile ont également fait remarquer que le ministère de l’Education nationale avait, lors de la réunion du 10 novembre, fermement déclaré que les dérogations ne seraient pas possibles pour des raisons d’alternatives pédagogiques, ce qui est une atteinte réelle à la liberté d’enseignement, notamment à cause de l’inaccessibilité de l’offre pédagogique alternative sur l’ensemble du territoire français, tant en terme de disponibilité que de considérations financières.

Les représentants du gouvernement ont incité à ce que les associations fassent des propositions de modification sur ces points précis auprès du ministère de l’Éducation nationale, les représentants des associations ont réitéré leur volonté que soit supprimée l’interdiction de l’IEF et leur volonté de rester sur système déclaratif comme c’est le cas aujourd’hui.

Les représentants ont mis en garde avec insistance le cabinet sur les conséquences probables de l’interdiction :

  • Loin de permettre de retrouver les enfants dits « hors radar » (et donc distincts de ceux déclarés instruits en famille), la mesure aurait selon toute vraisemblance un effet inverse puisque de nombreuses familles refuseront de se voir privées de ce droit et décideront de continuer à instruire leur enfant sans le déclarer pour autant aux autorités ;
  • La défiance monterait entre les familles et l’État : des familles qui étaient jusqu’à présent légalistes basculeraient dans un esprit de dissidence ou de dissimulation (fausses attestations) ;
  • Dans un contexte où l’état de l’école publique est trop souvent défectueux, il faut s’attendre à ce que les familles exercent leur « droit de retrait », pour prêter assistance à leur enfant en danger ;
  • L’isolement, notamment pour les enfants porteurs d’un handicap et non pris en charge correctement par l’éducation nationale, qui se verraient privés de la socialisation diverse à laquelle ils ont accès aujourd’hui parmi les enfants instruits en famille ;
  • La stigmatisation des enfants pouvant bénéficier d’une dérogation pour raison médicale qui sera visible dans leur dossier scolaire et qui pourra négativement les impacter ultérieurement ;
    Cet isolement et cette stigmatisation probable ne semblent pas, pour les représentants de la société civile, être conformes aux principes de la république.
  • Les recours contentieux recherchant la responsabilité pénale du gouvernement et de l’administration se multiplieraient, à l’initiative de famille considérant que la scolarisation forcée de leur enfant le mettrait gravement en danger dans leur vie ou leur équilibre psychologique ;
  • Une convergence des luttes étaient à anticiper, les revendications des personnes choquées par cette privation de liberté éducative trouvant un fort écho chez les autres personnes privées actuellement de leur liberté ou pas assez prises en considération (gilets jaunes, syndicalisme paysan, associations de défense des enfants en situation de handicap, association de défense de la ruralité…) ;
  • Les dangers économiques d’une telle mesure sont réels. Les répercussions importantes sur le marché de l’emploi doivent être assumées par le Gouvernement. Secteur en réussite dans un contexte économique difficile et ne remettant nullement en cause le système d’éducation national auquel les français sont attachés, les Etablissements d’enseignement à distance représentent plusieurs centaines de professionnels de l’enseignement répartis dans toute la France, un corps administratif structuré, des cadres innovants dans le domaine des nouvelles technologies : une telle orientation aboutira à la mort programmée d’un secteur d’activité dynamique.
  • La disparition des solutions alternatives et d’accompagnement, aujourd’hui proposées par des structures identifiées, déclarées et reconnues, laissera les coudées franches à des cours en ligne incontrôlables qui se développent depuis l’étranger (Arabie saoudite, Egypte…). Il faut prévoir un report massif vers des solutions hors-sol pilotées depuis l’étranger, aux fonds non traçables et aux intentions discutables. Ou comment aboutir à ce que l’on cherche à éviter.

 

A été remis au cabinet un exemplaire de la Revue française de pédagogie (n°205) de 2020 contenant l’étude de Philippe Bongrand et Dominique Glasman sur la sociologie des familles pratiquant l’instruction en famille.

Les Enfants D’Abord (LED’A) libertedelinstruction AROBASE lesenfantsdabord.org – 06 89 98 75 26

Libres d’Apprendre et d’Instruire Autrement (LAIA) contact AROBASE laia-asso.fr – 06 99 33 89 96

Créer son école liberte AROBASE creer-son-ecole.com – 06 34 38 90 30

Cours Pi communication AROBASE cours-pi.com – 06 13 83 35 38

Point info hebdo

Ce point info parvient chaque lundi aux adhérents pour partager les actions de LED’A ainsi que des groupes de travail. LED’A appelle chacun-e à s’intéresser aux actions et projets et à y participer.
Faites suivre à vos réseaux locaux et aux réseaux sociaux les appels à action ci-dessous. C’est important !

1. INFOS IMPORTANTES

1.1 Projet de loi 
Le projet de loi est accessible sur le lien suivant : lien

1.2 L’association LED’A est reçue le lundi 23/11/2020 au ministère de l’Intérieur

1.3 L’association LED’A est reçue le vendredi 27/11/2020 au ministère de l’Éducation Nationale

1.4 La boutique en ligne est ouverte !
Il est possible d’acheter des masques, des t-shirts et tous les autres produits militants de LED’A.
https://www.lesenfantsdabord.org/boutique/

1.5 États généraux de la liberté éducative (EGLE)
Vendredi 13 novembre a débuté l’évènement 100% digital qui sera diffusé en continu, les samedis de 10h à 22h et les dimanches de 10h à 20h.
Il consiste, d’une part, en trois week-ends de conférences, entretiens, débats en ligne auxquels seront conviés divers intervenant.e.s (professionnels de l’éducation, chercheurs, représentants d’associations, parents et enfants !) et, d’autre part, en un forum public ouvert où chacun.e pourra déposer un commentaire, un point de vue, un témoignage, une question.
Le second temps fort des EGLE est la remise d’un « livre blanc » issu d’une synthèse des débats que les EGLE auront suscités aux parlementaires.
Pour plus d’infos, vous pouvez consulter le site internet www.les-egle.fr et le forum https://agora.les-egle.fr/ 
 
2. APPEL À ACTIONS

2.1 Action dessins ! 
Un article du Parisien du 19/11/2020 nous apprend que le président a décidé tout seul de l’interdiction de l’instruction en famille.
L’idée c’est de revendiquer « non à l’école obligatoire » ou une autre manière d’apprendre et de montrer notre détermination grâce au nombre de dessins reçus 😉

Si vous avez envie d’envoyer un dessin au président ou à son épouse sur le thème de : 
NON à l’école obligatoire!
Si l’enveloppe fait moins de 20 gammes, pas besoin de timbre.
N’oubliez pas vos coordonnées si vous souhaitez une réponse (Nom, prénom, Adresse postale)

Écrire au président ou à son épouse
Monsieur le Président de la République   //   Madame Brigitte Macron
Palais de l’Élysée
55 rue du Faubourg-Saint-Honoré
75008 Paris, France

Besoin d’une idée, voici quelques propositions de coloriages : 
Apprendre sans l’école
Cabane
Cartable
Arbre
Enfants
Enfant

Si vous souhaitez nous partager vos dessins, ils sont les bienvenus pour enrichir le site de LED’A à :
dessins AROBASE lesenfantsdabord.org
 
Si vous avez des questions, écrivez à : communication at lesenfantsdabord.org

Bons dessins !
 
2.2 Vous trouverez ci-dessous le sondage lancé par Felicia sur la diversité de l’IEF 
https://framaforms.org/sondage-national-2020-pour-les-familles-ief-en-france-1605206106
Accessible jusqu’au 30 novembre.
LED’A précise que les réponses des familles qui ne sont plus en IEF, celles dont les enfants sont inscrits au CNED ou non-déclarantes ne seront pas prises en compte. Nous n’avons pas d’information sur l’utilisation des données des non-déclarants qui pourrait être faite ultérieurement.
 
2.3 APPELS à manifestation
Les manifestations pro-IEF continuent !
Ce week-end, c’était
Le 20/11 à Valence, Vendôme, Dijon, Chartres, Nîmes
Le 21/11 à Belfort, Bergerac, Limoges, Nantes, Blois, Nice, Toulon, Toulouse, Lille, Versailles, Rennes

Les retours dans la presse sont ici: (lien)

Manifs à venir : https://www.jipli.org/category/evenement/ et https://forum.coopli.org
Le 28/11 à Roanne https://www.facebook.com/events/290152558914575, à Metz, à Céret, Dax
Le 29/11 à Lyon
Le 5/12 à St Etienne et à Montpellier https://www.facebook.com/events/382081072915449
Le 2/12 à  Mende 
Le 12/12 à Strasbourg https://www.facebook.com/events/646642302694274/

Si vous êtes en recherche de slogans pour les manifs, Laurie transmet ceux de la manif de Bordeaux (lien)

Sophie propose également d’aller consulter le post spécial slogans sur le forum de la Coopli.

Vous pouvez profiter des manifs pour y associer la Flash Mob et/ou la chanson d’Aurélia ! (voir points 1.6 et 1.9)
 
2.4 L’équipe média lance un appel à référencer les journalistes qui écrivent sur l’éducation ou sont référents d’une rubrique sur le sujet pour optimiser la diffusion des communiqués de presse. Les coordonnées sont à envoyer à media AROBASE lesenfantsdabord.org

Merci d’envoyer leurs mails/insta/twitter/FB à media AROBASE lesenfantsdabord.org
 
2.5 L’équipe led’acom a besoin d’aide pour développer Twitter
 
2.6 Le projet Flash Mob a trouvé une monteuse ! Vous pouvez envoyer vos vidéos à Elodie misspinte AROBASE gmail.com en précisant bien dans l’objet : Flash Mob ! 

Pour apprendre la chorégraphie, c’est par ici : https://youtu.be/hI53X-uoLBg

Chanson originale : 
Ryon – Dessine ton chemin
https://www.youtube.com/watch?v=YbDKAwFrlmk
Lien vers le MP3 (Julien) : ici
 
Julien a contacté le groupe Ryon, il est ok pour que cette chanson soit diffusée lors des manifestations IEF !

« Avec grand plaisir !! On est ensemble ! »
« C’est un combat qui nous parle largement !
N’hésitez pas à nous envoyer des vidéos qu’on relaiera sur nos réseaux
sociaux ! »
 
2.7 Journée internationale des “droits” de l’enfant 
Une vidéo a été réalisée par Mehdi à l’occasion de la : https://www.youtube.com/watch?v=fTLeMXVGOb0

Amandine et Manu proposent d’écrire au défenseur des droits de l’enfant (enfants directement, parents etc.)
https://defenseurdesdroits.fr/fr/competences/missions-objectifs/defense-des-droits-de-lenfant
https://www.lexpress.fr/actualites/1/societe/la-defenseure-des-droits-prone-une-meilleure-prise-en-compte-de-la-parole-des-enfants_2139046.html
Par courrier gratuit, sans affranchissement
Défenseur des droits
Libre réponse 71120
75342 Paris CEDEX 07

Un article dans libération de la défenseuse des droits Claire Hédon (Florian):
https://www.liberation.fr/france/2020/11/20/en-france-l-avis-des-jeunes-n-est-pas-entendu_1806160
Ainsi que le lien vers le rapport complet :
https://www.defenseurdesdroits.fr/fr/rapports-annuels/2020/11/rapport-annuel-sur-les-droits-de-lenfant-2020-prendre-en-compte-la-parole
 
2.8 Joachim propose de réagir à l’article ci-dessous sur le site de France Inter, dans lequel il est écrit (sous la photo) que « l’école est obligatoire de 3 à 16 ans »
Et, plus loin, que l’IEF est soumis à un régime déclaratif non obligatoire.
Écrire à la médiatrice de radio France https://mediateur.radiofrance.fr/mediateur/ ou à la rubrique contact (lien)
 

2.9 Clip vidéo/ chanson “Non à l’école obligatoire” (Aurélia)
L’idée est de créer un clip vidéo pour défendre l’IEF avec une chanson écrite et composée pour l’occasion.
Des familles de toute la France se filment quelques secondes en se mettant en scène, en chantant cette chanson et nous envoient leurs vidéos.
J’invite toutes les familles de France à être inventives ! N’hésitez pas à vous filmer en solo, en famille, en groupe., et à communiquer ce projet au plus grand nombre.
Les vidéos sont à envoyer le plus vite possible (le temps que je fasse le montage petit à petit merci) 
Voici tout ce dont vous avez besoin :
Descriptif du projet : (lien)
Maquette chanson en mp3 : (lien)
Paroles de la chanson : (lien)
           
Vous pouvez envoyer les vidéos directement à Aurélia http://www.artetlia.fr
 
2.10 Laura a envoyé sa lettre ouverte au ministère de la culture 
Lla Lettre est consultable en ligne à l’adresse suivante: https://iefculture.wordpress.com/
Vous pouvez signer en commentaire à la page “signataires”, vous pouvez envoyer un témoignage à familleseninstruction AROBASE riseup.net (avec votre consentement pour publication) et  vous pouvez partager au maximum à vos contacts et réseaux !!!

2.11 Europe 1 : Darmanin face à l’IEF
Darmanin interpellé par le présentateur Matthieu Belliard, lui-même en IEF avec ses enfants. A écouter à partir de 14mns.
<https://www.europe1.fr/emissions/linterview-politique-de-8h20/gerald-darmanin-assure-que-les-citoyens-pourront-toujours-filmer-les-operations-de-police-4006392>
Retranscription de l’intégralité de l’interview
https://www.programme-tv.net/news/societe/264987-tensions-entre-gerald-darmanin-et-matthieu-belliard-en-direct-je-savais-pas-queurope-1-etait-lendroit-ou-les-journalistes-parlaient-de-leur-vie-personnelle-video/
Extrait IEF : https://youtu.be/B2EfXsMH8o8

Mathieu Belliard a dû présenter des excuses suite à cette interview (voir article ci-dessous).
Gaëlle propose d’écrire à Europe 1 pour dire que la prise de parole de Mathieu Belliard a été appréciée et ainsi apporter à ce dernier un peu de soutien citoyen. https://www.europe1.fr/formulaire/contact
FELICIA a prévu de le contacter.
https://www.ozap.com/actu/-c-etait-sans-doute-un-tort-mathieu-belliard-fait-son-mea-culpa-apres-sa-passe-d-armes-avec-gerald-darmanin/599003?fbclid=IwAR0oTh5puPy1tzrqk0ecffs7ky-QJn-zNwR2GVIZSmUFnZZ3L44UFuhM3zI

 
2.12 Enfants de Moselle, à vos dessins !
https://www.hammouche.fr/concours-de-dessin/
l’occase de souhaiter une bonne année de liberté éducative à vos concitoyen.nes ! (Manu)

2.13 Le député Grégory Labille continue son action pour la défense de l’IEF ; il est rejoint par la députée Agnès Thill
Ils proposent deux visio-conférences le samedi 5 décembre pour recueillir des témoignages de parents (10-12h et 14-16h), et une visio-conférence le mercredi 9 décembre pour recueillir des témoignages d’enfants :
« Si votre enfant désire témoigner veuillez nous l’indiquer dès à présent. Vous indiquerez le nom de l’enfant, l’adresse mail utilisée. Le lundi 6 décembre, un mail sera adressé aux enfants volontaires pour leur indiquer l’ordre de passage. Lors de leur témoignage ils pourront le faire sous forme d’une chanson, une lettre au Père Noël ou toute autre forme d’expression en indiquant ce qu’ils font et pourquoi ils veulent continuer. Ils auront 2 minutes comme les députés lors des questions au gouvernement. »
 
Pour vous inscrire à ces visio-conférences, merci de transmettre votre souhait à :louis.michaud.gl AROBASE clb-an.fr (collaborateur de G. Labille), avec copie à permanence AROBASE agnesthill.fr
Veillez à bien indiquer également votre nom, votre commune, votre département.

2.14 Rencontrer les député-e-s avec l’aide de l’argumentaire et la lettre aux adhérent-e-s disponibles ci-dessous:
(lien)
MCIEF: http://www.lesenfantsdabord.org/wp-content/uploads/2012/05/MCIEF_LEDA.pdf
 
Une équipe inter-asso s’est constituée pour travailler sur le lien avec les parlementaires, si vous voulez la rejoindre envoyez un mail à maintien-ief AROBASE framalistes.org
Célia Dietrich (celia.dietrich AROBASE gmail.com) coordonne les référents régionaux et départementaux pour s’assurer que tous les parlementaires soient vus localement. 
Les personnes qui veulent bien écrire un petit résumé, lorsque leur rendez-vous a eu lieu, peuvent l’envoyer à coordination AROBASE lesenfantsdabord.org .
 
2.15 Partagez dans vos groupes locaux et sur les réseaux sociaux les communiqués de presse et beaucoup d’autres infos disponibles ici :
http://www.lesenfantsdabord.org/
https://www.instagram.com/lesenfantsd_abord/
https://www.facebook.com/groups/53948352109
https://twitter.com/LED_A_


3. REVUE DE PRESSE

A consulter ici:
https://mypads.framapad.org/mypads/index.html?/mypads/group/coordination-led-a-h1dw27vn/pad/view/point-presse-qaagr7bp

N’hésitez pas à adhérer pour être tenus au courant des actions, participer à la mobilisation et donner du poids aux associations : https://www.lesenfantsdabord.org/association/adhesion/
Il y a peut-être un relais LED’A près de chez vous : https://www.lesenfantsdabord.org/contacts/nos-relais/
 
Non à l’interdiction de l’instruction en famille !

— Coordination LED’A

Interdizione dell’Educazione Parentale: la volontà del Principe Macron

22nd November 2020

Mentre i parlamentari di tutti i partiti si mobilizzano per presevare la libertà educativa, Le Parisien ha spiegato questa settimana che l’interdizione dell’educazione parentale (Instruction en Famille – IEF, ndt) per Settembre 2021 sarebbe dovuta al capriccio di un solo uomo, Giove (leggi Macron, ndt). Nel frattempo l’ONU ammonisce la Francia sul declino delle libertà in uno stato di diritto.

Leggendo Le Parisien il 19 Novembre le famiglie che praticano l’instruzione parentale hanno compreso da dove proveniva la sparata del 2 Ottobre scorso (il 2 Ottobre é stata annunciata la volontà di vietare l’istruzione parentale, ndt), sparata che minaccia le loro scelte di vita. https://www.leparisien.fr/politique/separatisme-l-histoire-tourmentee-d-un-projet-de-loi-brulant-19-11-2020-8409223.php

Il progetto di legge é in corso, ma il presidente brancola ancora su come sarà accolto. Eppure ci ha già sorpreso in altre occasioni. Come in occasione della reunione dei ministri organizzata il 17 Settembre scorso. Jean-Michel Blanquer aveva evocato la descolarizzazione galoppante degli alunni e “proponeva di recensirli incrociando i file dell’assistenza sociale per individuare le famiglie ed effettuare controlli più mirati”. Macron lancia “Dobbiamo essere più ambiziosi. Vedete piuttosto quale sarebbero le possibilità di vietare del tutto la scolarizzazione a domicilio”. “Blanquer é rimasto a bocca aperta. Non aveva osato andare così lontano, convinto che non sarebbe stato seguito” racconda un partecipante. Per lo meno siderante.

Successivamente all’annuncio di Macron di vietare l’istruzione parentale, il 2 ottobre scorso, nel vademecum del Ministero dell’Educazione sull’istruzione parentale si leggeva “In seguito agli annunci del presidente della repubblica del 2 ottobre 2020, l’istruzione a scuola sarà resa obbligatoria per tutti dai 3 anni a partire dall’anno scolastico 2021/22. Di conseguenza l’istruzione parentale sarà strettamente limitata, specificamente per ragioni di salute.” Il Ministero di Blanquer, dottore in diritto costituzionale, non si é incombrato col processo legislativo, che vuole che una legge sia votata prima, ed in seguito promulgata, prima di essere imposta. Questa settimana, é con la discrezione del profumo di una violetta che queste linee sono state ritirate dal vademecum, infine consono al principio di separazione dei poteri. https://eduscol.education.fr/2212/l-instruction-dans-la-famille

Un acceso dibattito previsto all’Assemblea

In realtà J-M Blanquer non sembra affannarsi in difesa del progetto del suo presidente. Una tempesta si annuncia sull’Emiciclo dell’Assemblea Nazionale.

Questa settimana non meno di 80 deputati hanno risposto all’invito di Anne-Laure Blin, deputato LR (Les Repulicains) della Maine-et-Loire, che ha organizzato una videoconferenza con le associazioni che rappresentano le famiglie che praticano l’istruzione parentale. https://twitter.com/AnneLaureBlin/status/1329456631189557248/photo/4

La parlamentare ha dichiarato “Condivido la preoccupazione del governo rispetto alla lotta all’islam politico ed alla radicalizzazione ma l’istruzione parentale é il bersaglio sbagliato. Il bersaglio sono le scuole clandestine. Vietare l’istruzione parentale é un attacco alla libertà educativa”.

Visto che il governo sembra un pò troppo incline a calpestare i diritti costituzionali, un numero crescente di parlamentari sta uscendo dai ranghi. Fabien Gouttefarde, deputato LREM (La République en Marche) dell’ Eure, che ha partecipato a questa reunione https://www.facebook.com/photo?fbid=10160639450122729&set=gm.10158526083377110 ha commentato sobriamente “L’educazione é obbligatoria, non la scuola”.

Cédric Villiani é andato più ancora più lontano. In un’intervista a L’Opinion il 19 Novembre il deputato parigino, anziano membro di La République en Marche, ha promesso “un acceso dibattito all’Assemblea sull’abolizione dell’instruzione familiare”. Villani ha anche inviato una lettera a Jean Castex il 3 Novembre e sembra ben informato sul tema dell’educazione parentale. Secondo la sua opinione, “non tutti i mezzi sono giustificati nella lotta contro il separatismo”. https://www.lopinion.fr/edition/politique/cedric-villani-tous-moyens-ne-sont-pas-bons-lutter-contre-separatisme-229610

Le Nazioni Unite rimproverano la Francia

Da quando il governo francese ha rischiesto ai giornalisti di registrarsi alla prefettura per esercitare la libertà di stampa, le Nazioni Unite hanno ricordato al paese dei Diritti umani… I diritti umani. Allertata dalla Human Rights League, l’ONU ha richiamato all’ordine la Francia a proposito della Legge sulla Sicurezza Globale che é stata dibattuta il18 Novembre all’Assemblea. https://www.ldh-france.org/wp-content/uploads/2020/11/Rapport-Haut-commissaire-aux-droits-de-lHomme-ONU.pdf

Per essere precisi: “Il progetto di legge, che emerge nel contesto generale di lotta al terrorismo, sembra riflettere una mancanza di precisione che potrebbe minare  lo stato di diritto”. Interessante, vero?

 

Gérald Darmanin (Ministro dell’Interno, ndt)che vede “piccoli fantasmi della repubblica” dappertutto, ma é incapace di fornire dati che confermino il legame tra estremismo ed istruzione parentale, non avrebbe potuto esprimersi meglio ai microfoni di Europe 1, il 18 Novembre, quando ha commentato sulla libertà di espressione. Al minuto 13 esclamava, con foga libertaria: “Possiamo essere scioccati da qualcosa, ma non abbiamo il diritto di vietarla. Questa é la libertà d’espressione, e va accettata” (…) ” Bisogna capire che la Francia é il paese della libertà. Libertà, cara libertà… (…) La Francia é amata grazie a questa libertà”. Nobili sentimenti. https://www.youtube.com/watch?v=qYfob7EPqxU

L’associazione Les Enfants D’Abord (LED’A – Prima I Bambini, ndt) e le 1275 famiglie membri che hanno scelto la libertà educativa per i loro figli aspettano i fatti, ovvero che il governo ritiri dal suo progetto di legge sul separatismo (“a rinforzo della laicità e dei pricipi repubblicani”) il capitolo che tende a vietare l’instruzione parentale. La libertà educativa non dovrebbe essere riservata a pochi individui su concessione di un’autorità. E’ una libertà costituzionale, punto.

Interdiction de l’IEF: le fait du Prince Macron

 Tandis que les parlementaires de tous bords se mobilisent pour préserver la liberté d’enseignement, Le Parisien nous a appris cette semaine que l’interdiction de l’instruction en famille (IEF) à la rentrée 2021 serait due à la toquade d’un seul homme, Jupiter. Pendant ce temps, l’ONU sermonne la France sur le recul des libertés dans un état dit de droit.

À la lecture du Parisien du 19 novembre, les familles qui pratiquent l’instruction en famille (IEF) ont compris d’où venait le vent du boulet du 2 octobre dernier, projectile qui menace le choix de vie qu’elles ont fait. https://www.leparisien.fr/politique/separatisme-l-histoire-tourmentee-d-un-projet-de-loi-brulant-19-11-2020-8409223.php

Le plan est sur les rails, mais le président tâtonne encore sur l’atterrissage général du texte. Quand il surprend à d’autres occasions. Comme lors de cette réunion avec des ministres organisée le 17 septembre dernier. Jean-Michel Blanquer y évoque la déscolarisation galopante des élèves et « propose de les recenser en croisant les fichiers d’aides sociales pour repérer les familles et mieux cibler les contrôles ». Macron tique : « On doit être plus ambitieux. Regardez plutôt quels seraient les moyens d’interdire carrément la scolarisation à domicile ». « Blanquer était scié. Il n’avait pas osé aller aussi loin, persuadé qu’il ne serait jamais suivi », raconte un participant. Pour le moins sidérant.

Dans la foulée de l’annonce de Macron d’interdire l’instruction en famille (IEF), le 2 octobre dernier, on retrouve dans le vademecum de l’EN pour ce qui concerne l’IEF : ” A la suite des annonces du Président de la République du 2 octobre 2020, l’instruction à l’école sera rendue obligatoire pour tous dès 3 ans à compter de la rentrée scolaire 2021. Cela aura pour conséquence de strictement limiter l’instruction à domicile, notamment aux impératifs de santé.” Au passage, les services de J-M Blanquer, docteur en droit constitutionnel, ne s’encombrent pas du processus législatif qui veut qu’une loi soit votée puis promulguée avant de s’imposer à tous. Cette semaine, c’est avec la discrétion du parfum d’une violette que ces quelques lignes ont été retirées du vademecum, enfin en règle avec la séparation des pouvoirs.  https://eduscol.education.fr/2212/l-instruction-dans-la-famille

Un débat vif promis à l’Assemblée

On n’entend d’ailleurs plus trop J-M Blanquer défendre le dessein de son Président. C’est que le temps est gros du côté de l’Hémicycle. Cette semaine, pas moins de 80 députés ont répondu à l’invitation de Anne-Laure Blin, députée LR du Maine-et-Loire, qui a organisé une visio-conférence avec les associations représentant l‘instruction en famille. https://twitter.com/AnneLaureBlin/status/1329456631189557248/photo/4

Pour cette parlementaire, « je rejoins le gouvernement dans son souci de lutte contre l’islam politique et la radicalisation mais l’IEF est une mauvaise cible. La cible ce sont “les écoles” clandestines. Interdire l’école à la maison c’est s’attaquer à la liberté d’instruire. »

Comme le Gouvernement semble un peu trop enclin à piétiner les libertés constitutionnelles, nombre de députés commencent à sortir du rang. Fabien Gouttefarde, député LREM de l’Eure, qui a participé à cette réunion, https://www.facebook.com/photo?fbid=10160639450122729&set=gm.10158526083377110, déclare sobrement : « L’instruction est obligatoire, pas l’école ».

Cédric Villani va plus loin. Dans une interview à L’Opinion du 19 novembre, le député de Paris, ancien LREM, promet « un débat vif à l’Assemblée sur le sujet de la suppression de l’IEF ». Il a d’ailleurs adressé un courrier étayé à Jean Castex le 3 novembre et semble connaître les problématiques qui conduisent à instruire ses enfants en famille. Pour lui, « tous les moyens ne sont pas bons pour lutter contre le séparatisme ». https://www.lopinion.fr/edition/politique/cedric-villani-tous-moyens-ne-sont-pas-bons-lutter-contre-separatisme-229610

L’ONU tance la France

Tandis que le gouvernement voulait d’une presse déclarée en préfecture pour exercer sa liberté d’informer, l’Organisation des Nations Unies rappelait au Pays des droits de l’Homme… les droits de l’Homme. Saisi par la Ligue des droits de l’Homme, l’organisme supra national a rappelé à l’ordre la France au sujet de la loi Sécurité globale, débattue le 18 novembre à l’Assemblée. https://www.ldh-france.org/wp-content/uploads/2020/11/Rapport-Haut-commissaire-aux-droits-de-lHomme-ONU.pdf Et de préciser : « Cette proposition de loi, qui émerge dans le contexte général de la lutte anti-terroriste, paraît également refléter un manque de précision qui serait susceptible de porter préjudice à l’état de droit ». Inspirant, non ?

Gérald Darmanin, qui voit « des petits fantômes de la République » partout mais n’avance aucun chiffre entre radicalisme et instruction en famille, ne disait pas mieux au micro d’Europe 1 au sujet de la liberté d’expression le 18 novembre. À la minute 13, il déclare, libertaire : « On a le droit d’être choqué de quelque chose, mais on n’a pas le droit d’interdire quelque chose. Cette liberté d’expression, il faut l’accepter ». (…) « Il faut comprendre que la France est un pays de libertés. Liberté, liberté chérie. (…) Si tant de gens aiment la France c’est parce qu’ils aiment cette liberté ».  C’est beau comme l’Antique. https://www.youtube.com/watch?v=qYfob7EPqxU

De son côté, l’association Les Enfants D’Abord (LED’A) et les 1.275 familles adhérentes qui ont fait le choix de la liberté d’enseignement pour leurs enfants attendent désormais des actes. Soit que le gouvernement retire de son projet de loi sur le séparatisme (renforçant  la laïcité et les principes républicains) le volet qui tend à interdire l’IEF. La liberté de l’enseignement ne doit pas être seulement réservée à quelques individus, par concession du pouvoir. C’est une liberté à valeur constitutionnelle, un point c’est tout.

Télécharger le PDF

Version anglais en ligneTélécharger la version anglaise au format PDF

Prohibición de la IEF : El Hecho del Príncipe Macron

Published the 22nd November 2020 by Actions Politiques

Descargar en pdf

Mientras los parlamentarios de todos bordes se movilizan para preservar la libertad de enseñar, Le Parisien nos ha aprendido esta semana que la prohibición de la instrucción familiar (IEF) al regreso a clases de 2021 sería atribuible al antojo de un hombre tan solo, Júpiter. Al mismo tiempo, la ONU sermonea Francia sobre el retroceso de las libertades en un estado conocido como de derecho.

Según Le Parisien del 19 de noviembre, las familias que practican la instrucción familiar (IEF) han comprendido de dónde venía el viento del cañonazo del 2 de octubre pasado, proyectil que amenaza a la elección de vida que habían hecho. https://www.leparisien.fr/politique/separatisme-l-histoire-tourmentee-d-un-projet-de-loi-brulant-19-11-2020-8409223.php

El plan está encarrilado, pero el presidente aún anda a tientas sobre la manera general de presentación del texto. Cuando sorprende a otras ocasiones. Como durante esa reunión con ministros organizada el 17 de septiembre pasado. Jean-Michel Blanquer evoca en ella la desescolarización galopante de los alumnos y “propone de censarlos cruzando los ficheros de ayudas sociales para identificar a las familias y mejor enfocar los exámenes de conocimientos”. Macron hace la mueca: “Debemos ser más ambiciosos. Mirad más bien cuáles serían los modos de prohibir completamente la escolarización a domicilio”. “Esto dejó a Blanquer boquiabierto. No se había atrevido a ir tan lejos, convencidísimo de que nadie le seguiría,” cuenta un participante. Asombroso por lo menos. 

Sobre la marcha del anuncio de Macron de prohibir la instrucción familiar (IEF), el 2 de octubre pasado, se encuentra en el vademécum de la EN por lo que concierne la IEF : “Después de los anuncios del Presidente de la República del 2 de octubre de 2020, la instrucción escolar  se volverá obligatoria para todos los niños a partir de 3 años desde el regreso a clases de 2021. Esto tendrá como consecuencia de estrictamente limitar la instrucción a domicilio, notablemente a los imperativos de salud.” Por cierto, losservicios de J-M Blanquer, doctor en derecho constitucional, no tienen cuenta del proceso legislativo que quiere que se vote una ley y se la promulgue antes de imponerse a todos. Esta semana, es con la discreción de un perfume de violeta que estas cuantas líneas fueron retiradas del vademécum, por fin en regla con la separación de los poderes. https://eduscol.education.fr/2212/l-instruction-dans-la-famille

Un debate fuerte prometido a la Asamblea.

Además, no se suele oír mucho a J-M Blanquer defender el diseño de su Presidente. Lo que pasa es que hace muy mal tiempo por el Hemiciclo. Esta semana, tantos como 80 diputados han contestado a la invitación de Anne-Laure Blin, diputada LR del Maine-et-Loire, que organizó una visio-conferencia con las asociaciones que representan a la instrucción familiar. https://twitter.com/AnneLaureBlin/status/1329456631189557248/photo/4

Para esta parlamentaria, “coincido con el gobierno en su preocupación de lucha contra el islam político y la radicalización, pero la IEF es una mala meta. Las metas son ‘las escuelas’ clandestinas. Prohibir la escuela a casa es atacarse a la libertad de instruir. “

Como el Gobierno parece un poco demasiado propenso a pisotear a las libertades constitucionales, numerosos diputados empiezan a salirse de la fila. Fabien Gouttefarde, diputado LREM del departamento de Eure, que ha participado a esa reunión, https://www.facebook.com/photo?fbid=10160639450122729&set=gm.10158526083377110 declara escuetamente: “La instrucción es obligatoria, no la escuela”.

Cédric Villani va más lejos. En una entrevista al periódico L’Opinion del 19 de noviembre, el diputado de Paris, ex LREM, promete ‘un debate fuerte a la Asamblea a propósito de la supresión de la IEF”. Por cierto, mandó un correo respaldado a Jean Castex el 3 de noviembre y parece conocer las problemáticas que conducen a instruir sus niños en familia. Para él, “todos los medios no son buenos para luchar contra el separatismo”. https://www.lopinion.fr/edition/politique/cedric-villani-tous-moyens-ne-sont-pas-bons-lutter-contre-separatisme-229610

La ONU amonesta a Francia

Mientras el gobierno quería una prensa declarada en prefectura para ejercer su libertad de informar, la Organización de las Naciones Unidas hacía recordarse al País de los derechos del Hombre… los derechos del Hombre. Sometido por la Liga de los derechos del Hombre, el organismo supra nacional llamó al orden Francia a propósito de la ley de seguridad global, debatida el 18 de noviembre a la Asamblea. https://www.ldh-france.org/wp-content/uploads/2020/11/Rapport-Haut-commissaire-aux-droits-de-lHomme-ONU.pdf

Y precisó: “Esta proposición de ley, que emerja en el contexto general de la lucha anti-terrorista, parece también reflejar una falta de precisión que sería susceptible de perjudicar al estado de derecho”. ¿Inspirante, no?

Gérald Darmanin, que vee ‘pequeños fantasmas de la Republica’ en todos lados pero que no cita a ninguna cifra entre radicalismo e instrucción en familia, no decía nada mejor en el micro de Europe 1 a propósito de la libertad de expresión el 18 de noviembre. Al minuto 13, declaró, libertario: “Tenemos el derecho de estar chocados por algo, pero no tenemos el derecho de prohibirlo. Esta liberta de expresión, hemos de aceptarla”. (…) “Hemos de entender que Francia es un país de libertades. Libertad, libertad querida. (…) Si a tanta gente le gusta a Francia es porque aman esta liberta”.  Es tan hermoso como como la Antigüedad. https://www.youtube.com/watch?v=qYfob7EPqxU

Por su lado, la asociación Les Enfants D’Abord (LED’A) y las 1275 familias miembras que hicieron la elección de la libertad de enseñamiento para sus niños esperan actos de ahora en adelante. O sea el gobierno retira de su proyecto de ley sobre el separatismo (reforzando la laicidad y los principios republicanos) la faceta que tiende a prohibir la IEF. La libertad de enseñamiento no debe estar reservada tan solo a algunos individuos, por concesión del poder. Es una libertad con valor constitucional, y se acabó.

 Traducido por Floréal Pérez

contact-international@lesenfantsdabord.org

Descargar en pdf