Home Education Ban: the work of Prince Macron

Download pdf

Published the 22nd November 2020 by Actions Politiques

As parliamentarians from all sides mobilise to preserve educational freedoms, Le Parisien this week showed that the proposed ban on home education (IEF – Instruction en Familie) beginning at the start of the school year in 2021 is the work of one man, Jupiter. At the same time the United Nations preaches to France about the decline of liberty in a right wing country.

Reading the Parisien from the 19th of November, home educating families (IEF) understand where the wind in the sails of the 2nd of October announcement comes from; the charge that threatens their life choices,. https://www.leparisien.fr/politique/separatisme-l-histoire-tourmentee-d-un-projet-de-loi-brulant-19-11-2020-8409223.php

The project of law is underway but the president is still is groping around to find where the text will land.

He has surprised us on other occasions. For example during the meeting with the ministers organised on September the 17th 2020.

Jean-Michel Blanquer evoked the rampant deregistration of students from school and “suggests locating them by crossing schools roles with social aid data to identify the families in question and better target their regulation”. Macron replies: “We should be more ambitious. Let’s instead look at means to ban home education outright”. “Blanquer was astounded. He had not dared go so far, convinced he would not be followed”, said a participant. Astonishing to say the least.

In the wake of Macron’s 2nd of October 2020 announcement to ban home education (IEF), in the Vademecum of the National Education Department (a document outlining home education in France) we find:

“Following the announcement fro the President of the Republic on the 2nd of October 2020, school attendance will be obligatory for all, ages 3 years and up from the return to school in 2021. This will result in the strict limitation of home education, specifically for health requirements”.

In passing, the services of J-M Blanquer, Doctor of Constitutional Law, does not burden themselves with the legislative process which requires that a law be voted and enacted before being imposed on the population. This week, it was with the discretion of the scent of a violet that these few lines have been withdrawn from the Vademecum, realign with the separation of powers and due process. https://eduscol.education.fr/2212/l-instruction-dans-la-famille

A Lively Debate Promised at the Assemblée

We no longer hear anything from J-M Blanquer defending the designs of his president. There is a storm on the horizon of the Hémicycle of the National Assembly.

This week no fewer than 80 deputies (elected parliamentary officials) replied to the invitation of Anne-Laure Blin, LR deputy of Maine-et-Loire, who organised a video conference with the associations who represent home educating families. https://twitter.com/AnneLaureBlin/status/1329456631189557248/photo/4

This parliamentarian stated “I share the governments concern to fight the islamic politicalisation and radicalisation but home education (IEF) is the wrong target. The target is underground schools. Banning home education is an attack on educational freedom”.

 

Since the government seems inclined to trample constitutional rights, a number of parliamentarians are breaking rank. Fabien Gouttefarde, député LREM from the Eure, who participated in this meeting  https://www.facebook.com/photo?fbid=10160639450122729&set=gm.10158526083377110

soberly said: “Education is compulsory, not school”.

Cédric Villiani went further. In an interview in L’Opinion on the 19th of November the parlimentary député from Paris, former LREM, promised “a lively debate at the Assembly on the subject of the banning of home education”. He also sent a substantial letter to Jean Castex on the 3rd of November and seems to understand the issues which lead to home education. For him “not all means are justified in the fight against separatism”.  https://www.lopinion.fr/edition/politique/cedric-villani-tous-moyens-ne-sont-pas-bons-lutter-contre-separatisme-229610

The United Nations Reprimand France

Since the French government wanted the press to register at the prefecture in order to exercise their freedom of press, the United Nations reminded the country which is the birthplace of human rights…what human rights are. Alerted by the Human Rights League, the international organisation called France to order on the Global Security Act which was debated on the 18th of November at the Assembly. https://www.ldh-france.org/wp-content/uploads/2020/11/Rapport-Haut-commissaire-aux-droits-de-lHomme-ONU.pdf

To be precise: “The project of law, which emerges in the general context of the fight against terrorism, also seems to reflect a lack of precision which could undermine the rule of law”. Inspiring!

Gérald Darmanin who sees “little phantoms of the republic” everywhere but unable to provide figures connecting extremism and home education, could not have said it better into the microphone of Europe 1 on the 18th of November, concerning freedom of expression. At 13 mins he freely exclaims: “we have the right to be shocked by something but we have no right to prohibit it. This freedom of expression, must be accepted”. (…) “It has to be understood that France is a country of liberty. Liberty, liberty cherie. (…) France is so well loved because of this liberty”. Beautiful sentiment. https://www.youtube.com/watch?v=qYfob7EPqxU

The Association Les enfants D’Abord (LED’A – Children First) and the 1275 member families who chose educational freedom for their children are waiting for action. That the government withdraws from their project of law against separatism (strengthening secularism and the principals of the republic) the component which bans home education. The freedom of education should not only be reserved for the few individuals given permission from an authority. It is a constitutional right, full stop. 

Download pdf

Joint Press Release

Download pdf

Paris the 18th November 2020

Project to Ban Home Education (IEF) in France: an Unconstitutional Measure.

On the 2nd of October 2020, within the framework of the bill to strengthen secularism and the principals of the republic, the French president announced:

As of the return-to-school in 2021, schooling will be made compulsory for all from 3 years of age onwards. Home education will be strictly limited, specifically for health requirements”.

In France freedom of education, of which home education is a case in hand, is a constitutional right. At our request Bernard Fau, Esq., a lawyer of the Cour de Paris and member of the Conseil de l’Ordre, alerted the Conseil d’Etat (Council of State) to the unconstitutional nature of this measure.

Today we publish an interview with Bernard Fan, Esq., who explains in the video why “there is no doubt of the constitutional guarantee of the freedom of home education”. Six minutes of instructive video: https://www.youtube.com/watch?v=H646P9L3mzg

Signataires et contacts :

L’association LED’A (Les enfants d’abord)

Contact : libertedelinstruction@lesenfantsdabord.org / +33689987526 ou +33670100140 ou +33608950100

L’association LAIA (Libres d’Apprendre et d’Instruire Autrement)

Contact : contact@laia-asso.fr / +336 99 33 89 96 ou +336 71 93 87 72 ou +336 95 95 55 26.

Le Collectif l’Ecole est la Maison (EELM)

Contact : Laurence Fournier – lecoleestlamaison@gmail.com / +336 62 92 84 70.

Le Collectif FELICIA (Fédération pour la Liberté du Choix de l’Instruction et des Apprentissages)

Contact : Denis – presse@federation-felicia.org / +336 19 10 37 88.

L’association CISE (Choisir d’instruire son enfant)

Contact : therese.pour.cise@gmail.com / +336 84 94 66 28.

L’association UNIE (Union Nationale pour l’Instruction et lEpanouissement)

Contact : Armelle – unie.association@gmail.com / +337 68 47 76 40.

1- Lire aussi notre communiqué de presse du 5 novembre 2020 : « Projet d’interdiction de l’instruction en famille (IEF) : les associations alertent le Conseil d’État » https://laia-asso.fr/wp-content/uploads/2020/11/CQPinterassos.pdf

Download pdf

Communiqué de presse commun

Paris, le 18 novembre 2020

Projet d’interdiction de l’instruction en famille (IEF) :

une mesure inconstitutionnelle

          Le 2 octobre 2020, dans le cadre du projet de loi renforçant la laïcité et les principes républicains, le Président de la République a annoncé : « Dès la rentrée 2021, l’instruction à l’école sera rendue obligatoire pour tous dès 3 ans. L’instruction à domicile sera strictement limitée, notamment aux impératifs de santé. »

          En France, la liberté d’enseignement, dont l’instruction en famille est l’implication nécessaire, est pourtant un droit constitutionnel. À notre demande, Me Bernard Fau, avocat à la Cour de Paris et membre du Conseil de l’Ordre, a donc alerté le Conseil d’État sur l’inconstitutionnalité de cette mesure (1).

            Nous publions aujourd’hui une interview de Me Bernard Fau, qui explique en vidéo pourquoi « le doute sur la garantie constitutionnelle de la liberté de l’instruction au sein de la famille n’est pas permis ». Six minutes instructives en Vidéo :

                                  https://www.youtube.com/watch?v=H646P9L3mzg

 

Lien vers le PDF du communiqué de presse : cliquer

Signataires : LED’A, LAIA, Le Collectif l’Ecole est la Maison (EELM), Le Collectif FELICIA, CISE et UNIE

Version anglaise en ligneTélécharger la version anglaise au format PDF

 

Point info hebdomadaire

Ce point info parvient chaque lundi aux adhérents pour partager les actions de LED’A ainsi que des groupes de travail. LED’A appelle chacun-e à s’intéresser aux actions et projets et à y participer.
Faites suivre à vos réseaux locaux et aux réseaux sociaux les appels à action ci-dessous. C’est important !

 
1.      APPEL À ACTIONS 
 
1.1 Propositions pour la marche pour la diversité éducative (Ophélie)
– Indiquer votre participation à une ou plusieurs  étapes ici
– Relayer ce projet au maximum: à toutes personnes, institutions ou assos sensibles par exemple aux questions suivantes: droits humains et des enfants, diversité “humaine”, préservation des libertés, éducation, enfance, écoles, respect du vivant, vie alternative, adeptes de la marche…     
– Je cherche un sapin de Noël important dans le secteur de l’Élysée, du ministère de l’Éducation Nationale ou de l’Assemblée Nationale… pour y déposer au pied tous les petits mots qui m’auront été confiés ou que vous déposerez vous-mêmes. (lien)

1.2. Appel à manifestations 
La journée du droit des enfants le 20 novembre est une date symbolique pour vous inviter à vous mobiliser localement. La coopli (coordination pour la liberté d’instruction) propose une mobilisation sur 3 jours (20/21/22 novembre) (dehors et derrière nos écrans sur les réseaux sociaux ou avec les EGLE: (lien)
Un WEPLI (WE extraordinaire pour la liberté d’instruction) sur le thème la Liberté de l’instruction : un droit fondamental pour tous
Dans le cadre du confinement, il est possible de se déplacer pour aller manifester (lien)
Toutes les informations sont sur le forum de la coopli (idées, matériel à prévoir, liens pour l’autorisation de déplacement..)
Contacter la coopli : contact AROBASE coopli.org
Nous invitons les organisateurs à intégrer leur événement sur le site de la JIPLI (lien)
Et à tous les intéressés d’aller sur ce site pour voir le détail de l’événement.
A la suite des manifestations pour le maintien des droits IEF de Clermont-Ferrand et de Montauban le 7 novembre, d’autres s’organisent :
à Versailles, le 21 novembre  – contacter Sébastien, Marion, Déborah et Sophie, pour le collectif Vivre 78/92 sur Facebook et le collectif du Mantois, à Valence (date non précisée, Sophie), à Dijon le 20 novembre, à Chartres le 20 novembre, à Nîmes le 20 ou 21 novembre, à Clermont-Ferrand le 21 novembre, dans le Var (Aurélia), à Toulouse, à Strasbourg…


1.3 Fabienne alerte sur un article paru sur LCI et suggère de contacter la chaîne pour réagir au propos suivant “lutter contre l’enseignement à domicile et les dérives qu’il peut entraîner” 
(lien)

1.4 Delphine et Ophélie relaient le travail de Loris, un ado IEFeur adhérent à LAIA en vue de préserver l’indépendance des groupes/assos IEF face aux gafams (Google Apple Facebook Amazon Microsoft). Vous trouverez plus d’informations sur le site.

1.5 Manue vous invite à contacter vos journaux locaux pour diffuser le communiqué de presse de Led’a du 11/11 (lien)

1.6 Gabrielle vous invite à contacter votre CAF pour réagir à l’article sur le harcèlement en ligne sur le site, qui ne mentionne pas la possibilité de déscolariser pour protéger l’enfant.(lien)

1.7 Le projet Flash Mob est en route ! La chorégraphie est disponible ici :
– Apprenez la petite chorégraphie.
– Portez un slogan sur votre teeshirt pour défendre l’IEF (ceux de led’a ou fait soit même)
– Réunissez vous (famille, amis, manifestations déclarées en préfecture …)
– Filmez votre flash mob avec un téléphone portable.
– L’envoyer à la personne qui s’occupera du montage (à venir!)*
AMUSEZ VOUS BIEN !

* URGENT: on recherche une personne pouvant s’occuper du montage des vidéos Flash mob.

1.8 Venez vous exprimer sur les droits fondamentaux des enfants :  Questionnaire EU droits fondamentaux
Descendre sur la page jusqu’à l’encart en jaune : répondre au questionnaire. Il faut cliquer et cela donne accès au questionnaire. Il y a des parties où il est possible de mettre pas mal de texte et à la fin on peut aussi joindre un document avec des sources ou autres.

1.9 Le député Grégory Labille s’engage pour la défense de l’IEF et recueille toujours vos avis/remarques/témoignages IEF sur Facebook
(lien) gregory.labille AROBASE assemblee-nationale.fr

1.10 Pour les militants France Insoumise en IEF, il est encore temps d’envoyer votre témoignage à equipe-enfance AROBASE lafranceinsoumise.fr (15-20 lignes) ou de contribuer à l’élaboration du programme ici

1.11 Fabienne signale qu’une famille a reçu le bulletin municipal de sa commune, dans lequel il est précisé que l’école sera obligatoire à la rentrée 2021 (lien). Sujet ouvert à vigilance et réactions éventuelles.


1.12 Rencontrer les député-e-s avec l’aide de l’argumentaire (lien) et la lettre aux adhérent-e-s (lien). MCIEF

Les personnes qui veulent bien écrire un petit résumé, lorsque leur rendez-vous a eu lieu, peuvent l’envoyer à coordination AROBASE lesenfantsdabord.org .

Une équipe inter-asso s’est constituée pour travailler sur le lien avec les parlementaires, si vous voulez la rejoindre envoyez un mail à maintien-ief AROBASE framalistes.org
Célia dietrich (celia.dietrich AROBASE gmail.com) coordonne les référents régionaux et départementaux pour s’assurer que tous les parlementaires soient vus localement.

1.13 Faire connaître dans les réseaux locaux et sur les réseaux sociaux les communiqués de presse disponibles sur le réseau leda : site internet / instagram / page facebook / twitter

2.      INFOS DIVERSES

2.1 Rencontre au ministère de l’Éducation
LED’A, les autres asso et collectifs ont rencontré le ministère de l’éducation nationale le 10 novembre dans le cadre du « projet de loi confortant les principes républicains, présentation des mesures concernant le Ministère de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports » (anciennement dénommé projet de loi “séparatisme”) qui doit être présenté au Conseil des ministres le 9/12/2020. (compte rendu).
Un prochain rendez-vous a été adressé aux associations pour le 27/11/2020.
       
2.2 États généraux de la liberté éducative (EGLE)
Vendredi 13 novembre a débuté l’évènement 100% digital qui sera diffusé en continu, les samedis de 10h à 22h et les dimanches de 10h à 20h.
Il consiste, d’une part, en trois week-ends de conférences, entretiens, débats en ligne auxquels seront conviés divers intervenant.e.s (professionnels de l’éducation, chercheurs, représentants d’associations, parents et enfants !) et, d’autre part, en un forum public ouvert où chacun.e pourra déposer un commentaire, un point de vue, un témoignage, une question.
Le second temps fort des EGLE est la remise d’un « livre blanc » issu d’une synthèse des débats que les EGLE auront suscités aux parlementaires.
Pour plus d’infos, vous pouvez consulter le site internet et le forum 

2.3 La boutique en ligne est ouverte !
Il est possible d’acheter les masques, les t-shirts et autocollants au même visuel et tous les autres produits militants de LED’A (lien)


N’hésitez pas à adhérer pour être tenus au courant des actions, participer à la mobilisation et donner du poids aux associations (lien)
Il y a peut-être un relais LED’A près de chez vous (lien)
 
Non à l’interdiction de l’instruction en famille !

— Coordination LED’A

Communiqué de presse commun, des associations et des représentants de l’IEF (Instruction En Famille), des écoles libres hors contrat et des défenseurs de la liberté

La liberté d’instruction n’est pas négociable. 

Ensemble, défendons nos libertés fondamentales !

Suite à l’annonce présidentielle de rendre obligatoire l’école (en lieu et place de l’instruction) pour tous les enfants de 3 à 16 ans, une réunion de présentation du projet de loi pour le renforcement des valeurs de la République (initialement « projet de loi sur “les séparatismes” ») a été organisée par le ministère de l’Éducation nationale le mardi 10 novembre et dirigée par Richard Senghor, conseiller spécial de Jean-Michel Blanquer, avec la participation de la DGESCO, de la DAJ et de la DAF.

Le projet de loi prévoit l’interdiction de l’instruction en famille (IEF) sauf « impossibilité de scolariser l’enfant en raison de sa situation ou de celle de sa famille ». Il donne en outre à l’administration, sans la garantie offerte par l’intervention d’un juge, le pouvoir de décider seule de la fermeture des écoles libres hors contrat.

Les organisations et représentants de la société civile ont exprimé leur profonde détermination et ont manifesté leur plus vive opposition aux dispositions qui leur ont été présentées.

L’objectif de ce projet de loi est illisible ; il se traduit par une violation inquiétante de la liberté d’enseignement, alors qu’elle est manifestement de rang constitutionnel.

Le gouvernement a été dans l’incapacité de fournir des statistiques ou des preuves d’un lien autre qu’anecdotique entre les phénomènes de radicalisation et l’existence de la pratique réglementée et encadrée de l’instruction en famille. Il n’a pu que renvoyer aux chiffres à venir (!) de l’étude d’impact du projet de loi. Il n’a pu expliquer en quoi l’interdiction de l’IEF pourrait apporter une réponse à l’existence de formes clandestines d’« éducation » hors de tout contrôle de l’État. 

L’État met-il seulement en œuvre les moyens légaux déjà à sa disposition pour démanteler les écoles de fait ou mettant les enfants ou la collectivité en danger ? En quoi cette loi accroîtra-t-elle l’efficacité de l’État en la matière ? Aucune réponse n’a été apportée à ces questions de bon sens. 

Sauf à se constituer en école libre hors contrat, il ne sera donc plus possible de mettre en œuvre une autre pédagogie que celle de l’Éducation nationale. Le gouvernement prive ainsi les parents de la liberté fondamentale de choisir le genre d’éducation à donner à leurs enfants : cette dérive autoritaire va à l’encontre de la Déclaration universelle des droits de l’Homme (art. 26-3) et de la Constitution de notre pays, d’autant que le ministère a indiqué qu’il ne ferait rien pour faciliter les créations de nouvelles écoles libres ou l’extension des écoles privées sous contrat existantes.

Ce projet de loi introduit par ailleurs une rupture d’égalité : toutes les familles n’ont pas les moyens financiers d’inscrire leur(s) enfant(s) dans des écoles privées hors contrat qui correspondraient plus à leur orientation pédagogique ; toutes les familles ne bénéficient pas d’un accès géographique égalitaire aux écoles. Dans l’intérêt de l’enfant, tous les Français et Françaises doivent pouvoir avoir recours ponctuellement à l’IEF : harcèlement scolaire, racket, phobie… Le choix de l’IEF n’est certainement pas une forme d’évitement ou de refus de la République et de ses institutions. Assimiler les familles pratiquant l’IEF en toute légalité à des « ennemis de la République ou de l’ordre public » constitue une atteinte calomnieuse inacceptable.

Les associations et représentants de l’IEF et des écoles hors contrat lutteront contre ce projet liberticide, avec l’aide des parlementaires attachés à la liberté d’enseignement, à la liberté personnelle et aux libertés fondamentales qui sont aussi attaquées dans ce projet de loi. Elles demandent au Conseil d’État et au Conseil constitutionnel de rappeler avec toute la solennité requise le caractère constitutionnel de la liberté de choisir le type d’instruction à donner à ses enfants et de sanctionner le caractère manifestement disproportionné des atteintes portées à cette liberté par le projet de loi.

Elles invitent les parlementaires responsables à voter contre ce projet de loi, qui fait honte à la République française.

Signataires et contacts presse (par ordre alphabétique) :

Press Release from the Associations and Representatives of Home Education (IEF- Instruction En Famille, private schools ‘hors contract’ – not operating under a contract with the state and defenders of freedom)

Posted on 11 November 2020

Educational Freedom is not negotiable.

Stand together to defend our fundamental freedoms!

Following the presidential announcement to make schooling (rather than education) compulsory for all children from the ages of 3 to 16 years, a meeting to present the bill to strengthen the values of the Republic (initially a bill on “separatism “) was organised by the Ministry of National Education on Tuesday the 10th of November 2020. The meeting was led by Richard Senghor, special advisor to Jean-Michel Blanquer, with the participation of the DGESCO, the DAJ and the DAF.

The bill anticipatesabanonhome education (IEF – Instruction en Famille) in France except in the case of “the impossibility of the child to attend school due totheir situation or that of their family”. It also gives the administration, without the guarantee offered by the intervention of a judge, the sole power to decide on the closure of private schools (hors contract – not operating under a contract with the state).

Civil organisations and representatives expressed their deep determination and declared their absolute opposition to the provisions presented.

The purpose of this bill is illegible; it results in a disturbing violation of educational freedom, which is clearly a constitutional issue.

The government has been unable to provide statistics or evidence of a link (other than anecdotal) between the phenomenon of radicalisation and the existence of the regulated and supervised practice of home education. They could only refer to forthcoming figures (!) from a future impact study for the bill. They were unable to explain how a home education (IEF – Instruction en Famille) ban might address the existence of clandestine forms of “education” beyond state control.

Is the state only using the legal means already at its disposal to dismantle schools which put children or the community in danger? How will this law increase the effectiveness of the state in this area? No answer to these common sense questions was provided.

Other than founding an independent school (not operating under a contract with the state), it will no longer be possible to educate in any direction other than that of National Education Department. The government thus deprives parents of the fundamental freedom to choose the type of education for their children: this authoritarian drift is contrary to the Universal Declaration of Human Rights (art. 26-3) and the Constitution of our country, as the ministry indicated that it would do nothing to facilitate the creation of new free schools or the extension of private schools under defined contracts.

This introductory bill also constitutes a breach of equality: not all families have the financial means to enroll their child(ren) in private schools ‘hors contract’ (not operating under a contract with the state) which would better correspond to their educational orientation; not all families benefit from equal geographic access to schools. In the interests of their child(ren), all French people must have access to the option to home educate, even occasionally as in case of: school bullying, racketeering, school phobia … The choice of home education is certainly not a form of avoidance or refusal of the Republic and its institutions. To assimilate families practicing home education legally into “enemies of the Republic or public order” constitutes an unacceptable slanderous attack.

Associations and representatives of home educators and non-contract schools will fight against this anti-freedom project, with the help of parliamentarians who are adherents of freedom of education, personal freedom and fundamental freedoms which are also attacked in this bill. They ask the Council of State and the Constitutional Council to recall with all required solemnity, the constitutional nature of the freedom to choose the type of education to be given to one’s children and to take action against the manifestly disproportionate nature of the infringements made on this freedom by the project of law.

They invite the policy making parliamentariansto vote against this bill, which is a disgrace to the French Republic.

Signatories and press contacts (in alphabetical order):

Download pdf

The Law on Separatism: When the Government Lies to the Senate or to the People

Posted on 3 November 2020 by ledacom

In his speech on separatism on October the 2nd 2020, the French Head of State made a direct link between separatism and home education. Without putting forward even the beginning of a suggestion of an argument, he deduced that to fight against any form of radical drift, it was necessary to prohibit educational freedom. A surprising diagnosis to say the least when one refers to the proposals of his Minister of Education, heard on June 18th 2020 before the Senate committee on Islamist radicalisation.

https://www.facebook.com/senat.fr/videos/628118038053279/

At 58 mins, Jean-Michel Blanquer declares specifically that home education rests on “a powerful constitutional foundation which one can only acknowledge and which is, I think, positive”. An expert opinion, since J-M Blanquer has a doctorate in law. It is indeed a freedom that rests on a constitutional basis, that is, at the top of the hierarchy of norms. It is the top of a pyramid whose point is our Constitution: the peak of the famous living together of our Republic.

Paradoxically, it is also its base. How can we imagine that an ordinary law could put an end to a constitutional principle which exceeds it, without being examined by the control of the Constitutional Council.

Unless it is a law to instil fear. Or a publicity stunt.

Blanquer: “We have reached a good balance

In his speech, we feel that this great constitutional principle is as binding to Minister Blanquer as it is binding to us all, with the law coming after the principal in terms of hierarchy. Like “constitutional brakes on public policies” *, title of the thesis of a certain B. Jean-Michel (Minister of Education), who would prevent any drift by the executive … Also, he continues in his speech, admitting that his ministry “must properly apply the rules of the 2019 law. And we are at the start of this implementation”. He is talking about the law known as “For a School of Trust”, a law of mistrust which made education compulsory from the age of 3 years, while tightening the framework of home education controls. Why then, four months after these declarations, is it so urgent to legislate, yet again, when the law of 2019 is not even in fully in motion? That Blanquer, answering the question of Senator Jean-Marie Bockel, who asked him whether home education should be prohibited or further conditioned, replied: “in terms of legal principles, we have achieved a good balance”.

So, one of two things: either Blanquer lied to senators about home education and its link with Islamist radicalisation or it is Emmanuel Macron who was guilty of disseminating false news in front of the French people by stigmatising home education as a cause of separatism.

In any case, and in the face of so much contempt for the truth, the association LEDA (Les Enfants D’Abord – Children First), in a common front for the maintenance of this right based on “a powerful constitutional foundation”, has joined forces with LAIA (Libres dapprendre et dinstruire autrement – Free to Learn and Educate Otherwise), the collective l’école est la maison – School is Home, the Felicia Collective, CISE (Choisir dinstruire son enfant – Choose to Educate Your Child), UNIE (Union nationale pour linstruction et l’épanouissement – National Union for Education and Development), Libralouest, to submit a brief to the Council of State in order to stop the forced march of this anti freedom law.

Since the executive has decided to silence plurality, it is masked that we will argue our opposition to this retrograde law.

*Thesis by Jean-Michel Blanquer: “les freins constitutionnels aux politiques publiques : les politiques publiques d’éducation – the constitutional obstacles to public policies: public education policies.

 

International team : contact-international@lesenfantsdabord.org

Information et demande de soutien à l’international

Télécharger le pdf

FRANCE

Le 2 octobre 2020 le Président français, Emmanuel Macron, a annoncé son intention d’interdire l’instruction en famille en France dès septembre 2021.

Situation

Les familles françaises ont pleine autorité sur leurs enfants et leur instruction. La liberté de choix du mode d’instruction est inscrite dans la constitution, la loi Jules Ferry de 1882 et la Déclaration Universelle des droits de l’Homme de 1948.

Cadre législatif actuel de l’instruction en famille

Le contrôle de l’instruction en famille est actuellement réalisé par deux entités:

– une inspection annuelle pour chaque enfant, réalisée par l’Education Nationale

ET

– un contrôle biennal par le maire de la commune de résidence

Le but de ces deux contrôles est de garantir que chaque enfant évolue dans un environnement sain et reçoive une instruction de qualité. Si l’instruction donnée est jugée insuffisante par l’Education Nationale, une seconde inspection a lieu, pour permettre à la famille de rectifier la situation. Si à l’issue de cette seconde inspection il s’avère que l’instruction reste insuffisante, il y a une obligation de rescolarisation dans une école publique ou privée.

Droits parentaux

L’instruction en famille étant un droit parental, elle n’est pas soumise à autorisation. Une simple déclaration d’instruction en famille, devant être envoyée aux autorités citées ci-dessus, est suffisante.

Emmanuel Macron souhaite interdire ce droit parental sous couvert de protéger les enfants et l’Etat des groupes séparatistes, en particulier de l’intégrisme islamiste.

Récents changements dans les lois de l’éducation.

Suite à un changement de la loi ayant eu lieu en 2019, l’instruction est obligatoire en France de 3 à 16 ans au lieu de 6 à 16 ans précédemment. 

Statistiques

Les enfants instruits en famille représentent à peine 0.4% des enfants d’âge scolaire.

Tous personnes qui ont commis des attentats en France ont été instruits à l’école publique.

La scolarité obligatoire dès l’âge de 3 ans (depuis 2019) et les mesures sanitaires actuelles relatives au COVID 19 ont conduit à une augmentation du nombre d’enfants scolarisés à domicile en 2020.

Ce que cela signifie 

La France, la patrie de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (signée à Paris en 1948) a toujours projeté l’image d’un état démocratique, dans lequel la LIBERTE serait un principe central de la nation.

La loi proposée mettrait fin à la liberté de choix du mode d’instruction en France. Supprimer une liberté a des conséquences, non seulement pour la France, mais aussi pour la communauté internationale.

L’association Les Enfants d’Abord (LED’A) s’oppose entièrement à la proposition d’interdiction de l’instruction en famille, et fait appel à votre soutien dans cette lutte.

Comment aider

Ecrivez une lettre ouverte au Consulat de France dans votre pays, exprimant votre soutien à la communauté de l’instruction en famille en France, et déclarant votre opposition à la proposition d’interdiction de la liberté de choix du mode d’instruction en France.

ou

Ecrivez un article/lettre ouverte dans votre journal local, exprimant votre soutien à la communauté de l’instruction en famille en France, et déclarant votre opposition à la proposition d’interdiction de la liberté de choix du mode d’instruction en France. Vous pouvez transmettre à votre journal local les communiqués de presse de led’a.

ou

Organisez une manifestation en soutien à la communauté de l’instruction en famille en France, et déclarant votre opposition à la proposition d’interdiction de la liberté de choix du mode d’instruction en France.

Télécharger le pdf

Informacje i wniosek o wsparcie

Pobierz plik pdf

FRANCJA- Propozycja zniesienia wolności wyboru w dziedzinie nauczania

2 października 2020 roku Prezydent Francji, Emmanuel Macron, ogłosił swój zamiar zakazania nauczania domowego we Francji począwszy od września 2021 roku.

Obecna sytuacja nauczania domowego

Francuskie rodziny posiadają pełne prawo decydowania o swoich dzieciach i ich nauczaniu. Wolność wyboru sposobu nauczania jest zagwarantowana przez Konstytucje, prawo Jules Ferry z 1882 roku i przez Deklarację Praw Człowieka z 1948 roku.

Ramy prawne nauczania domowego

Nauczanie domowe podlega obecnie kontroli dwóch instytucji:

– Inspekcja każdego dziecka przez Edukacje Narodową, co najmniej raz w roku.

Wizyta kontrolna, której dokonuje maire (odpowiednik burmistrza bądź wójta)

Te dwie kontrole mają na celu upewnienie sie, że każde dziecko rozwija sie w zdrowym otoczeniu i otrzymuje nauczanie dobrej jakości. Jeśli Edukacja Narodowa uzna to nauczanie za niewystarczające, przewiduje sie drugą inspekcje, żeby pozwolić rodzinie na poprawienie sytuacji. Jeżeli również ta druga inspekcja wykaże, że nauczanie jest niedostateczne, rodzice mają obowiązek zapisać dziecko do szkoły publicznej lub prywatnej.

Prawa rodziców

Obecnie rodzice maja prawo do nauczania domowego, korzystanie z tego prawa nie wymaga żadnego zezwolenia. Wystarczy wysłać oświadczenie o podjęciu nauczania domowego do wyżej wymienionych instytucji.

Emmanuel Macron chce odebrać rodzicom to prawo pod pretekstem ochrony dzieci i państwa przed separatystami, w szczególności przed skrajnymi islamistami. 

Zmiany w prawie w dziedzinie edukacji w ostatnich latach

W wyniku zmiany prawa w 2019 roku, obowiązkiem nauczania zostały objęte we Francji wszystkie dzieci w wieku od 3 do 16 lat. Wcześniej dotyczyło to dzieci w wieku od 6 do 16 lat. 

Statystyki

Dzieci objęte nauczaniem domowym stanowią niecałe 0,4% francuskich dzieci w wieku szkolnym. Wszystkie osoby, które dokonały zamachów terrorystycznych we Francji uczęszczały do szkoły publicznej.

Obowiązek nauczania dzieci od 3 lat (od 2019 roku) i względy sanitarne związane z COVID 19 doprowadziły do wzrostu liczby dzieci uczących sie w rodzinach w 2020 roku. 

Co to oznacza

Francja, ojczyzna Deklaracji Praw Człowieka (podpisanej w Paryżu w 1948 roku) dawała zawsze obraz kraju demokratycznego, w którym WOLNOŚĆ jest wartością nadrzędna.

Proponowane prawo położy kres wolności wyboru sposobu nauczania we Francji.

Zniesienie wolności ma swoje konsekwencje, nie tylko dla Francji, ale również dla społeczności międzynarodowej. 

Stowarzyszenie Les Enfants d’Abord (LED’A), w polskim tłumaczeniu “Przede wszystkim dzieci”, sprzeciwia sie całkowicie propozycji zakazania nauczania domowego, i apeluje do Państwa o wsparcie w tej walce. 

W jaki sposób pomóc

Pisząc otwarty list do Konsulatu Francji w Państwa kraju, wyrażający wsparcie wobec rodzin, które wybierają nauczanie domowe we Francji i zgłaszając sprzeciw wobec propozycji zakazania wolności wyboru sposobu nauczania we Francji. 

Albo

Publikując artykuł/list otwarty w lokalnej prasie, dając wyraz wsparcia wobec rodzin, której wybierają nauczanie domowe we Francji i zgłaszając sprzeciw wobec propozycji zakazania wolności wyboru sposobu nauczania we Francji. Mogą Państwo również przekazać prasie komunikat prasowy LED’y. 

Albo

Organizując manifestacje dla wsparcia rodzin, które wybierają nauczanie domowe we Francji i zgłaszając sprzeciw wobec propozycji zakazania wolności wyboru sposobu nauczania we Francji.

Pobierz plik pdf