Billet d’humeur

Blanquer joue “Pinocchio au Sénat”

Une mascarade au Sénat ce mardi, “Pinocchio al senato”, seule activité culturelle autorisée dont le niveau a dû faire hurler les intermittents. Entre incohérences et mensonges, les Sages et le gouvernement au long nez à court d’arguments tiraient sur la corde sensible des enfants en négligeant l’essentiel : les jeunes, sujets de droit à part entière, ne sont pas des pantins !

Continuer la lecture

Loi sur les séparatismes : Quand le gouvernement ment au Sénat ou au Peuple

Dans son discours du 02 octobre sur les séparatismes, le chef de l’État a fait le lien direct entre séparatisme et instruction en famille. Sans avancer le début d’un commencement de raisonnement, il a déduit que pour lutter contre toute forme de dérive radicale il fallait interdire la liberté d’enseignement. Un diagnostic pour le moins étonnant lorsque l’on se réfère aux propos de son ministre de l’Éducation auditionné le 18 juin 2020 devant la commission du Sénat sur la radicalisation islamiste.

https://www.facebook.com/senat.fr/videos/628118038053279/
À la minute 58, Jean-Michel Blanquer y déclare notamment que l’instruction en famille repose sur « un fondement constitutionnel puissant qu’on ne peut que reconnaître et qui est, je pense, positif». Parole d’expert puisque J-M Blanquer est docteur en droit. Il s’agit en effet d’une liberté qui repose sur un fondement constitutionnel, soit tout en haut de la hiérarchie des normes. C’est le sommet d’une pyramide dont la pointe est notre Constitution : la coiffe du fameux vivre ensemble de notre République.
Et paradoxalement, son socle. Comment imaginer qu’une loi ordinaire puisse mettre fin à un principe constitutionnel qui la dépasse sans qu’elle se fasse racler par le contrôle du Conseil Constitutionnel.
À moins qu’il ne s’agisse d’une loi épouvantail. D’un coup de COM.

Blanquer : « Nous sommes parvenus à un bon équilibre »

Dans son audition, on sent bien que ce grand principe s’impose au ministre Blanquer comme il s’impose à nous tous, la loi n’arrivant qu’après en termes de hiérarchie. Comme « des freins constitutionnels aux politiques publiques »*, titre de la thèse d’un certain B. Jean-Michel (ministre de l’ Éducation) qui préviendraient toute dérive de l’exécutif… Aussi, poursuit-il son audition en admettant que son ministère « doit bien appliquer les règles de la loi de 2019. Et on est au début de cette mise en œuvre ». Il parle de la loi dite « Pour l’école de la confiance », une loi de défiance qui a rendu l’instruction obligatoire dès 3 ans tout en durcissant le cadre des contrôles de l’instruction en famille. Pourquoi, quatre mois après ces déclarations, tant d’urgence à légiférer à nouveau alors que la loi de 2019 n’est même pas en musique ? Et que Blanquer, répondant à la question du sénateur Jean-Marie Bockel qui lui demandait s’il fallait interdire ou conditionner davantage l’enseignement à domicile, répondait : « sur le plan des principes juridiques, nous sommes parvenus à un bon équilibre ».

Alors, de deux choses l’une : ou Blanquer a menti aux sénateurs au sujet de l’instruction en famille et de son lien avec la radicalisation islamiste ou c’est Emmanuel Macron qui s’est rendu coupable de diffusion de fausses nouvelles devant les français en stigmatisant l’instruction en famille comme cause de séparatisme.

Dans tous les cas, et devant tant de mépris pour la vérité, l’association LED’A, dans un front commun pour le maintien de ce droit reposant sur « un fondement constitutionnel puissant », s’est associée à LAIA (Libres d’apprendre et d’instruire autrement), le collectif l’école est la maison, le collectif Felicia, CISE (Choisir d’instruire son enfant), UNIE (Union nationale pour l’instruction et l’épanouissement), Libralouest, pour déposer un mémoire devant le Conseil d’État afin de stopper la marche forcée de cette loi liberticide.

Et puisque l’Éxécutif a décidé de bâillonner la pluralité, c’est masqués que nous ferons valoir notre opposition à cette loi rétrograde.

 *Thèse de Jean-Michel Blanquer : « les freins constitutionnels aux politiques publiques : les politiques publiques d’éducation ».

Équipe médias : media@lesenfantsdabord.org 06.84.62.57.68 ou 06.70.10.01.40 ou 06.89.98.75.26

Communiqué de presse action Conseil d’État 3 novembre 2020

Rémy et Cécile

De nombreuses personnes nous ont alerté à propos des vidéos de « Rémy et Cécile Daillet-Wiedemann» redoutant que nous soyons associés à ce discours délirant.

LED’A ne s’associe pas à ces revendications, elle ne partage pas du tout leurs analyses juridiques, fantaisistes, voire dangereuses, et encourage les familles à vérifier les informations données.

Actions vers les députés et sénateurs

Pour que les députés et sénateurs prennent conscience de l’ampleur de notre mobilisation, nous demandons à toutes les familles IEF et à tous les sympathisants (famille, amis…) d’appeler leurs députés et leurs sénateurs pour faire part de leur indignation et pour demander un rendez-vous.

Vous trouverez un argumentaire dans le lien ci-dessous pour vous soutenir dans la construction de votre discours auprès de vos élus. Cet argumentaire a été l’objet de beaucoup d’échanges et a occupé le temps de très nombreuses personnes ces derniers jours. Il peut toujours être amélioré par vos soins.

Dossier documentaire à destination des parlementaires

LED’A aimerait aussi attirer votre attention sur le contexte. Merci de prendre connaissance du courrier dans le lien ci-dessous.

Pour trouver son député et son sénateur : 

https://contact-parlementaires.coopli.org

Non à la limitation de libre choix de l’instruction en famille !

LED’A

Janvier 2013 : Conférence et ateliers avec Jean Pierre LEPRI dans le Cher.

Les associations “Entrez dans la ronde” et “Les Enfants d’Abord” organisent une conférence et des ateliers de discussion les vendredi 11 et samedi 12 janvier 2013 avec Jean Pierre LEPRI qui parle de l’éducation authentique.

Une interview radiophonique de Jean-Pierre Lepri, 15 min. Continuer la lecture

Action de soutien à la famille Deveaux organisée par HORS DES MURS

La famille Deveaux est convoquée au tribunal pour enfants de Lyon le 14 novembre prochain à 11h00.

Des familles se mobilisent pour les soutenir et ont préparé une lettre type à envoyer à la Juge pour enfants d’ici l’audience. Vous trouverez ce modèle de courrier en cliquant sur le lien suivant :

http://horsdesmurs.com/images/stories/actu_familles_harcelees/2012_11_14-courrierjpe.doc

Plus d’infos sur Hors des Murs.