CR de la visio du 8/1/21 d’une délégation IEF avec les rapporteurs de la Commission spéciale

Instruction en famille et liberté d’enseignement :

un régime d’autorisation est inacceptable  

Télécharger le PDF

               Vendredi 8 janvier 2021, nos associations et collectifs ont été auditionnés en visio-conférence par les rapporteurs de la Commission spéciale chargée d’examiner le projet de loi confortant le respect des principes de la République.

Continuer la lecture

les associations demandent un moratoire

Paris, le 5 janvier 2020

Communiqué de presse commun

Télécharger le PDF

Projet de loi « respect des principes de la République » et restrictions à la liberté d’instruction en famille : les associations demandent un moratoire

            En France, comme dans de très nombreuses démocraties, c’est l’instruction qui est obligatoire, pas la scolarisation[1]

            Examiné à partir du 18 janvier 2021 en commission spéciale de l’Assemblée nationale, le  projet de loi « confortant le respect des principes de la République » retient, à l’article 21, le principe de la scolarisation obligatoire pour tous les enfants de 3 à 16 ans, subordonnant l’exercice de la liberté d’enseignement au sein de la famille à une autorisation administrative préalable[2].

Continuer la lecture

Project of Law to “Respect the Principals of the Republic” and restrict the freedom of home education: the home education associations demand a moratorium

Published on the 5th Januar 2021

Download pdf

In France, as in numerous other democracies, education is compulsory, not schooling1. Beginning the 18 January 2021 in a special commission of the National Assembly, the bill to “Reinforce the Respect of the Principals of the Republic” retains, in Article 21, the principle of compulsory schooling for all children from 3 to 16 years old, making the free practice of home education conditional to prior administrative authorisation2.

Parental authority questioned by the French State

Despite the unfavourable opinion of the Council of State, Article 21 of the bill still translates a desire for the general abolition of the freedom of choice of home education, which is nonetheless a form of freedom of education which has been recognised in France since the Jules Ferry Laws (1881-1882). Disregarding any respect for parental authority and individual freedoms, the state aims to impose its own vision of the best interests of the child, even if this means going against the will of the parents, under threat of heavy penalty (six months imprisonment and a 7500 euro fine)2.

According to the government impact study, currently approx. 30,000 home educated children, may no longer be able to benefit from this type of education. In addition, parents and children wishing to home educate in the future would be prevented from doing so.

This project is all the more shocking as it is not based on any objective data: home educated children are neither radicalised, nor asocial, quite the contrary2.

For rational decision-making respectful of the democratic process

On the 30 December 2020 we submitted a request to the President of the Republic that a moratorium be decided on the restrictive provisions on the freedom of home education for the following reasons3:

  • the lack of relevant study to evaluate such reform which was highlighted by the Council of State in their recommendation4

  • the inadequacy of the parliamentary procedure implemented (emergency procedure) considering the multiple legal and social implications that the adoption of this text would imply

  • the constitutional obstacles that this reform faces, in particular:

    1. A fundamental freedom can not be subject to prior administrative authorisation, in which case it is no longer a freedom

    2. When guaranteeing individual freedoms, only the judicial authority is competent, to the exclusion of the administration, to decide against the will of the parents and in the best interests of the child.

In requesting a moratorium, our aim is to enable parliamentarians to act in full possession of the facts, on a base of rationality, once the nature and the impact of such a reform on home educating families has been properly clarified by the Economic, Social and Environmental Council (CESE)5 and where appropriate, by additional studies.

There is no reason to require parliamentarians to validate such sensitive provisions to restrict the freedom of education with such urgency, without first gathering the necessary impact study elements for informed decision-making and particularly since the law on the “School of Trust already drastically strengthened the supervision of home education in 20196.

L’association LED’A L’association UNIE Le collectif EELM

L’association LAIA Le collectif FELICIA Enfance Libre

L’association CISE

Presentation of the Signatory Organisations and Contacts

The Association LEDA (Les enfants dabord – Children First), created in 1988, regroups more than 1300 member families who home educate their children. The association exists to provide information on home education, to defend this right and to enable meetings to facilitate the sharing of experiences and information. www.lesenfantsdabord.org/ Contact: libertedelinstruction@lesenfantsdabord.org / 0689987526 ou 0670100140 ou 0608950100

The Association LAIA (Libres d’Apprendre et d’Instruire Autrement – Free to Learn and Educate Otherwise) represents approx 450 member families throughout France. The association has existed for 14 years and publishes the only magazine dedicated to home education in France, the quarterly “Les Plumes”. Contact: contact@laia-asso.fr /0699338996 ou 0671938772 ou 0695955526.

The Association CISE (Choisir d’instruire son enfant – Chose to Educate Your Child) is an association in support and defence of home education, encouraging parental education which is diverse, progressive and responds to the needs of the child to enable them to become an enlightened and responsible citizen. www.cise.fr Contact: therese.pour.cise@gmail.com / 06 84 94 66 28.

The Association UNIE (Union Nationale pour l’Instruction et lEpanouissement – The National Union for Education and Fulfilment) in invested in mutual aid and cooperation between families. Open to all for whom education is done with respect for the development of the child. UNIE provides advice and assistance to 5300 member familles and to 12,000 Facebook group members. association-unie.fr. Contact: Armelle – unie.association@gmail.com / 07 68 47 76 40.

The Federation FELICIA represents local associations and more than 4400 member families of the group https:// www.facebook.com/groups/fedefelicia/, to defend the freedom of choice of education and learning. https://www.federation-felicia.org / contact@federation-felicia.org / 06 19 10 37 88.

The Collective l’Ecole est la Maison (EELM – School is at Home) represents and defends formal home education. Source of proposals for a proper supervision of family education. www.lecoleestlamaison.blogspot.com. Contact: Laurence Fournier – lecoleestlamaison@gmail.com / 06 62 92 84 70.

Enfance Libre – Free Childhood a movement in defence of the autonomy of families with regard to education. Prioritises facilitating children’s access to public and political speech. www.enfance-libre.fr. Contact : mouvement.en- fance.libre@gmail.com

1« Compulsory education may be provided in either public or private, establishments or schools, or within the family (…) » (article L 131-2 of the Education Code).

2Reread our common stance: « Il faut sauver linstruction en famille » (14 décembre 2020) https://droit-instruction.org/wp-content/uploads/2020/12/20201214_PositionCommuneArticle21_vf.pdf

3Letter to the President of the Republic (30 décembre 2020) : https://droit-instruction.org/demande-de-moratoire/

4« This suppression in not supported by reliable elements and documented by reasons, conditions and results of the practice of home education: the elements we have, show that this reality is very diverse. However the government plan could, according to the indicators of the impact study, lead to the compulsory schooling of three quarters of currently home educated children » (CE, Avis from the 9 December 2020)

5On the 22 December 2020, we also asked the Economic, Social and Environmental Council (CESE) to make a decision on this sensitive issue in order to enlighten decision-makers before any infringement of this fundamental freedom occurs (https://droit-instruction.org/saisine-du-cese/)

6 Before the Senate on the 18 June 2020 the Education Minister himself recognised: «This freedom of home education […] really has a powerful constitutional basis which one can only recognise and which I think is positive […] There was a need for more supervision, and that is what we did [with the law on the School of Trust in 2019] [] In terms of legal principles, it seems that we have reached a certain stage which is the right one.»

Download pdf

Instruction en famille : une Étude d’impact insuffisante, inconséquente et insultante

« Insuffisante » a averti le Conseil d’État. L’étude d’impact, sur le projet de loi interdisant l’instruction en famille, se paie de mots creux, de concepts ringards tout en se drapant de l’intérêt supérieur de l’enfant…
pour mieux pouvoir l’enfermer.

À L’ASSOCIATION LED’A, ce n’est pas l’opposition à l’école de la République qui nous fédère. Nous n’y sommes pas opposés, d’ailleurs. Nous avons juste décidé de faire sans. Et comme n’importe quel service public, nous souhaitons pouvoir y avoir recours si nous en avons besoin ou envie. Et seulement si. Comme l’indique notre déclaration de philosophie et notre patronyme « Les Enfants D’Abord », ce sont les intérêts des enfants et le respect de ces individus dans tout ce qui les concerne qui motive notre action. Dans nos rangs, il n’y a pas de président et nous nous en trouvons très bien. Le fonctionnement n’est pas Jupitérien, il est horizontal, pour de vrai. Les enfants, dès qu’ils savent lever le bras, ont le droit de vote. Et leurs voix valent celles des adultes, qu’ils comprennent ou non la question à laquelle ils donnent leur suffrage. Évidemment, un tel fonctionnement, ça défrise.

C’est qu’à LED’A, l’enfant n’est pas qu’un enfant, il est avant tout un individu. Une personne qui doit pouvoir décider pour elle-même et expérimenter la liberté pour goûter à l’autonomie. Alors, comment imaginer forcer nos enfants à venir grossir les rangs d’un système éducatif industriel quand nous sommes organisés et volontaires pour réaliser du « fait maison », du sur-mesure, pour ceux que nous considérons le plus ? Au nom de quoi ? Si nous ne sommes pas opposés à l’école, nous ne sommes pas aveugles. Nous voyons bien qu’il y a de plus en plus de profs qui pratiquent l’IEF pour que leurs enfants ne soient pas broyés par le système qu’ils connaissent de l’intérieur. 700.000 enfants harcelés chaque année. Ce devrait être cela, la grande cause nationale de ce gouvernement. Tout comme les enfants handicapés qui souhaitent être scolarisés dans le système classique mais qui, faute de moyens et de volonté de la puissance publique, sont en IEF par défaut.

Socialisation artificielle ou sociabilisation naturelle

À LED’A, l’école à la maison n’a jamais été synonyme d’enfermement contrairement à ce qu’affirme le gouvernement en multipliant les poncifs. Le même souhaite imposer à tous la liberté derrière les grilles des écoles, la relaxation de la sonnerie à chaque heure, les caméras à l’entrée, les bienfaits de la socialisation d’enfants du même âge, groupés par paquets de 30 dans un espace clos, avec en face un seul adulte. Un sachant qui distribue les notes. Cette artificialisation de la socialisation, si elle est devenue la norme, n’en est pas moins inepte. Nos enfants vivent leur vie aux côtés de leurs parents dans toutes les activités que la vie offre. Et rencontrent d’autres enfants, des adultes, sans jamais se poser la question de leur âge. Ce ne sont pour eux que des individus avec lesquels ils jouent, échangent, expérimentent et apprennent tout au long de leur existence… sans note. Parce que les spécialistes l’ont démontré et que nous ne sommes pas sourds, nous savons que les enfants ont soif de découverte et apprennent par nature. C’est irrépressible, intrinsèque.

Les priver de ce droit d’apprendre à leur rythme, la fin de l’instruction en famille sous sa forme déclarative, serait en contravention avec la Convention Européenne de Sauvegarde des Droits de l’Homme dont la France est signataire. Les normes internationales ne souffrent pas, en matière de droits humains, de recul. C’est ce qu’on appelle l’effet cliquet. Pour tenter d’y répondre, le gouvernement parle de droit à l’instruction, d’intérêt supérieur de l’enfant. Et jette le discrédit sur la famille qui est, jusqu’à preuve du contraire, le premier espace de sociabilisation et de confrontation à l’altérité. Au delà des conventions et règlements supra nationaux qui s’imposent aux démocraties, il reste un principe inaltérable : le droit naturel ou droit inné. Celui des enfants qui n’appartiennent pas à leurs parents et encore moins à l’État. À LED’A, nous avons la faiblesse de croire que ceux qui peuvent au mieux les accompagner dans l’existence sont ceux qui les ont vus naître.

Quelques chiffres :

-0,4 % des enfants en âge d’être scolarisés le sont en famille

-700,000 enfants sont l’objet de harcèlement scolaire, soit 14 fois plus

-50,7 % des enfants instruits en famille sont des garçons pour 49,3 % de filles

-Il n’existe aucun chiffre d’enfants « hors radars » ou « fantômes de la République ».

-Il existerait, en 2019 selon le Gouvernement, 179 enfants déscolarisés ou instruits en famille pour des motifs de radicalisation. C’est 0,59 % des 30 486 enfants instruits en famille hors CNED réglementé. Soit, 0,00149 % des 12 millions d’enfants du système éducatif.

-En 2016/2017, 92,8 % des contrôles de l’IEF ont été jugés satisfaisants par l’Éducation nationale. Seuls un tiers des 7,2 % restants ont été suivis d’un second contrôle.

Citations :

Les cas d’enfants exposés à un risque de radicalisation et repérés à l’occasion du contrôle de l’instruction au domicile familial sont exceptionnels.

Extrait du Vademecum édité par le ministère de l’Éducation nationale p 38 :

“ sur le plan juridique, je crois que nous sommes parvenus à un bon équilibre.

J-M Blanquer, le 18 juin 2020, sous serment, devant la commission du Sénat « combattre la radicalisation islamiste »

L’équipe média de LED’A se tient à la disposition des rédactions pour répondre à des demandes d’argumentaire sur tel ou tel point de droit qui viserait à éclairer leurs lecteurs sur l’étude d’impact présentée par le gouvernement.

Contacts : 06 846 257 68 ou 06 89 98 75 26 ou  06 70 100 140

Communiqué de presse étude d’impact

Home Education: an Inadequate, Inconsistent and Insulting Impact Study

16.12.20 by LED’A

Download pdf

“Insufficient” warned the Conseil d’Etat. The Impact Study of the project of law to ban home education is filled with empty words and outdated concepts under the guise of being in the best interests of the child…to confine them up for their own good.

The association LED’A (Les Enfants d’Abord – Children First) is not in opposition to the school of the Republic which unites us. We do not oppose school. We just choose to do without school. Like any public service, we want to have open access to it if, and only if, we need it or want it. As the name of our association and as our philosophy statement suggests at “Les Enfants d’Abord” (Children First) our activity is motivated by the best interests of children and the respect of these individuals in every regard. There is no president in our ranks and we are better for it. We operate true horizontality. Children, as soon as they are able to raise their hand, are able to vote. Their voices have the same weight as those of adults, regardless of whether they understand the question they are voting on or not.

Obviously operating in this manner often raises a few eyebrows.

At LED’A, a child is not just a child, they are first and foremost an individual. Someone who is able to decide for themselves and experience freedom in order to reach autonomy. So how could we force our children to join the ranks of an industrial education system when we are specifically organised and volunteer to create “home made”, made to measure education for those we consider most. To what end? Although not opposed to school, we are not blind. We can see more and more teachers providing home education for their own children so that they not be beaten down by a system that they themselves have inside knowledge of. 700,000 children are bullied each year. This should be the great national concern of the government. Just as children with disabilities wishing to be educated within the classic system are home educated by default due to lack of resources and willingness of public authorities.

Artificial Socialisation or Natural Sociability.

Contrary to government claims packed full of cliché, at LED’A home education never rhymes with confinement. The government wish to impose freedom on everyone from behind the school gates, the relaxation of an hourly bell, surveillance cameras at the entrance, the benefits of socialisation of children all the same age, packed by groups of 30 into an enclosed space, with only one adult as person of reference. All to be graded. Such an artificial form of socialisation, which has become the norm, is equally inept. In contrast, our children live their lives alongside their parents in every activity that life has to offer. Meeting other children and adults alike without every asking their age. These are simply people with whom they can play, exchange, experiment and learn all throughout their life…without grades. Specialists have shown and we are also fully aware that our children are hungry for knowledge and learn naturally. It is irrepressible and intrinsic. To deny them the right to learn at their own pace, the end of home education in elective form, would be in breach of the European Convention on Human Rights of which France is a signatory. International standards in terms of human rights cannot be undone. This is called the ratchet effect. In an attempt to respond to this the government speaks of the right to an education being in the best interests of the child. And discredits the family who is, until proof of the contrary, the first social space and place of confrontation with the other. Above and beyond supra national conventions and regulations applied to democracies, one unalterable principle remains: natural rights or inalienable rights. The rights of a child who does not belong to their parents and even less to the state. At LED’A we believe that the people best placed to accompany a child in their existence are those who have know them from birth.

Some Statistics:

  • 0.4% of school aged children are home educated.
  • 700,000 children are victims of school bullying each year (14 times more)
  • 50.7% of home educated children are male
  • 49.3% are female
  • No figures exist on children “under the radar” or “phantoms of the Republic”
  • In 2019, according to the government, 179 children were removed from school or home educated with a view to radicalisation. This is 0.59% of the 30,486 home educated children not in the CNED program. A mere 0.00149% of the 12 million children in the education system.
  • In 2016 to 2017, 92.8% of home education inspections were deemed satisfactory by the National Education Department. Only 7.2% of those remaining were followed by a second inspection.

Quotes:

“Cases of children exposed to a risk of radicalisation and identified during the inspection of education at the family home are exceptional.” Excerpt from the Vademecum written by the National Education Ministry p.38.

“On a legal level, I think we have reached a good balance” J-M Blanquer, 18 June 2020, under oath, before the Senate Commission “Combat Islamic Radicalisation”.

The LED’A Media Team is available to reply to requests for exchanges on particular points of law with the aim to enlighten their readers on the Impact Study presented by the government.

Les Enfants D’Abord,

www.lesenfantsdabord.org

équipe média media@lesenfantsdabord.org 

contact-international@lesenfantsdabord.org

https://www.facebook.com/LesEnfantsDAbordInstructionEnFamille

https://www.instagram.com/lesenfantsd_abord/

Download pdf

Progetto di legge confortante il rispetto dei principi repubblicani (articolo 21): bisogna salvare l’educazione parentale!

14th December 2020

Scarica il pdf

L’articolo 21 del progetto di legge confortante il rispetto dei principi repubblicani punta a sopprimere la libera scelta d’una delle modalità d’istruzione: quella familiare.

Questa restrizione della libertà senza fondamento oggettivo é contraria ai diritti fondamentali.

Riassunto (Punti chiave) della posizione comune

  1. In Francia l’istruzione é obbligatoria, non la scuola. I genitori hanno la possibilità di delegare l’istruzione dei loro figli a un’istituto scolastico, o d’istruirli in seno alla famiglia.
  2. L’educazione parentale é una libertà fondamentale ancorata nel diritto francese da un secolo e mezzo. In pratica essa concerne solo il 0,4 % dei bambini in età scolare, ma gioca un ruolo importante nella resilienza del sistema scolastico francese.
  3. Il 2 ottobre 2020, nel contesto dell’annuncio di un progetto di legge sui “separatismi”, il presidente della repubblica ha annunciato di volere vietare l’educazione parentale  e rendere la frequentazione scolastica obbligatoria per tutti i bambini tra i 3 ed i 16 anni a partire dal prossimo anno scolastico (2021/22).
  4. L’articolo 21  del progetto di legge confortante il rispetto dei principi repubblicani depositato all’ Assemblée nationale il 9 dicembre 2020 conferma questa volontà. In caso di mancato rispetto dell’obbligo scolare si incorre una pena di 6 mesi di prigione e 7 500 euro di ammenda. Si ricorda che, in Germania, la legge ha reso la scuola obbligatoria (a partire dai 6 anni e non dai 3) sotto pena d’imprigionamento nel 1938.
  5. La valutazione d’impatto della misura é deficitaria e piena di accuse che contraddicono l’insieme degli studi in scienze dell’educazione fatti sul soggetto dell’istruzione parentale.
  6. L’obiettivo del governo é di ridurre drasticamente il numero dei bambini istruiti in famiglia, sottomettendo l’esercizio di questa libertà ad una autorizzazione prealabile.
  7. Una   derogazione all’obbligo scolastico  sarà ottenibile unicamente su autorizzazione dell’autorità statale competente, per un solo anno, e sotto condizioni molto restrittive.
  8. Tra i motivi che possono essere invocati figura un doppio vincolo che stigmatizza certi bambini e lascia spazio all’arbitrarietà e alla discriminazione di certi genitori: “L’esistenza di una situazione particolare propria al bambino, sotto riserva che le persone che ne sono responsabili giustifichino la loro capacità a assumere l’istruzione parentale nel rispetto dell’interesse superiore del bambino”.
  9. Con questo progetto di legge lo Stato aumenta il suo dominio sulla sfera privata, sostituendosi ai genitori per imporre la sua visione dell'”interesse superiore” del bambino.
  10. Vietare l’educazione parentale non é la risposta all’esistenza di forme clandestine d’indottrinamento fuori dal controllo dello Stato: il governo prende di mira il bersaglio sbagliato. Questo attacco dispoporzionato alla libertà educativa é denuniciato unanimamente.
  11. Rivelatore dell’incoerenza delle giustificazioni avanzate dal governo per giustificare questa misura, un nuovo elemento linguistico, la paura di una “forma di separatismo sociale” ha fatto apparizione nella valutazione d’impatto del progetto di legge. Eppure i bambini istruiti in famiglia e i loro genitori sono perfettamente integrati alla società.
  12. Gli studi scientifici mostrano che i bambini istruiti in famiglia sono particolamente autonomi e capaci di addattarsi facilmente al sistema scolastico prima e al mondo del lavoro poi, quando scelgono di ritornare a scuola o di fare una formazione.
  13. Se queste restrizioni fossero adottate, circa   30 000 bambini  attualmente istruiti in famiglia non potranno più esserlo con certezza, ed é a volte la sola soluzione per dei bambini che soffrono a scuola a causa di un profilo atipico che non costituisce per forza un handicap riconosciuto, o in caso di disfunzionamento istituzionale.
  14. Vietare l’educazione parentale tranne su derogazione costituirebbe un attacco ad una libertà che non sarebbe né adeguato ne proporzionato, e che genererebbe molte sofferenze e una perdita di possibilità per il nostro paese.
  15. Difendere la libertà educativa e la diversità educativa , é anche difendere lo Stato di Diritto.
  16. Contiamo sui deputati e senatori per sopprimere l’articolo 21 dal progetto di legge punto e basta. E’ liberticida e innecessario.

Parigi, il 14 dicembre 2020

  • L’association LED’A
  • L’association LAIA
  • L’association CISE
  • L’association UNIE
  • Le Collectif EELM
  • Le  Collectif FELICIA
  • L’association PIEE
  • Le Collect’IEF
  • Enfance Libre
  • Autisme Espoir Vers L’Ecole
  • Cours PI
  • La Fondation pour l’école
  • Créer son école
  • Éduc France
  • Objectif Eurêka!
  • PEPsMagazine

Scarica il pdf

Bill to Uphold the Principals of the Republic (Article 21): Home Education Must be Saved.

14th December 2020

Download pdf

Article 21 of the bill to uphold the principals of the republic aims to eradicate the liberty to choose one of the modalities of educational freedom: Home Education.

This objectively unfounded restriction of freedom is contrary to fundamental rights.

Summary (Key Points) of the Shared Position.

  • In France education is compulsory, not schooling. Parents therefore have the possibility to choose to either delegate the education of their child to a school structure or to home educate.
  • Home education is a fundamental right anchored in French law for 150 years. In practice this concerns a mere 0.4% of the school aged population but greatly contributes to the resilience of the French school system.
  • On the 2 October, during an announcement on a bill on “separatism” the President of the Republic announced his desire to ban home education and make school attendance compulsory from the return to school in 2021, for all children aged 3 to 16 years.
  • Article 21 of the project of law upholding the principals of the republic presented to the National Assembly on the 9 December 2020, confirms this intention. In the event of non compliance with compulsory school attendance, a penalty of 6 months in prison and a fine of 7,500 euros is incurred. As a reminder, in Germany schooling became compulsory in 1938 under penalty of imprisonment, for children 6 years upwards not 3 year olds.
  • The Impact Study which carries the project is poor and full of allegations contradicting the body of research in Education Science on the subject of home education.
  • The aim of the government is to drastically reduce the number of home educated children by subjecting the use of this freedom to a pre-authorisation.
  • An exemption from compulsory school attendance would only be obtainable by authorisation from a recognised state authority, for one year only and under very restrictive conditions.
  • Invoking the reasons for exemption which could mean a doubly stigmatising constraint for certain children and leaves space for arbitrary decisions and discrimination against certain parents. “The existence of a particular situation specific to the child, provided that the persons responsible can demonstrate their ability to provide home education while respecting the best interests of the child.”
  • With this bill, the state increases its domination of the private sphere, replacing parents, to impose its vision of the “best interests” of the child.
  • Wanting to ban home education is not the answer to the existence of clandestine forms of indoctrination outside the control of the state: the government has the wrong target. This disproportionate interference with freedom of education is unanimously denounced.
  • Indicative of the inconsistency of the justifications put forward by the government to justify this measure, a new language element, the fear of a form of “social separatism” made an appearance in the Impact Study of the bill. Home educated children and their parents are however perfectly integrated into society.
  • Scientific studies show that home educated children are particularly independent and capable of easy adaptation to the school system and the working world if they choose to return to school or follow a path of training.
  • If the restrictions were adopted 30,000 children currently home educated could no longer be. Home education is often the only solution for children suffering at school due to an atypical profile which does not necessarily constitute a recognised handicap, or in the event of institutional dysfunction.
  • Banning home education with the exception of certain exemptions would constitute an infringement on public freedom, neither suitable or proportionate, generating much suffering and a loss of an asset to the country.
  • Defending freedom of education and educational diversity also means protecting the law of the land.
  • We are depending on the members of parliament and senators to entirely remove Clause 21 from the bill. There is no place for liberticide.
  • L’association LED’A
  • L’association LAIA
  • L’association CISE
  • L’association UNIE
  • Le Collectif EELM
  • Le  Collectif FELICIA
  • L’association PIEE
  • Le Collect’IEF
  • Enfance Libre
  • Autisme Espoir Vers L’Ecole
  • Cours PI
  • La Fondation pour l’école
  • Créer son école
  • Éduc France
  • Objectif Eurêka!
  • PEPsMagazine

Download pdf

Projet de loi confortant le respect des principes de la République (article 21) :il faut sauver l’instruction en famille !

 

L’article 21 du projet de loi confortant le respect des principes de la République vise à supprimer le libre choix d’une des modalités de la liberté de l’enseignement : l’instruction en famille.

Cette restriction de liberté, sans fondement objectif, est contraire aux droits fondamentaux.

 

Résumé (points clés) de la position commune

  • En France, c’est l’instruction qui est obligatoire, et non pas l’école. Les parents ont ainsi la possibilité de choisir soit de déléguer l’instruction de leur enfant à un établissement scolaire, soit de l’instruire en famille.
  • L’instruction en famille est une liberté fondamentale ancrée en droit français depuis un siècle et demi. En pratique, elle ne concerne que 0,4 % des enfants en âge d’instruction obligatoire, mais elle participe pour beaucoup à la résilience du système scolaire français.
  • Le 2 octobre 2020, dans le cadre de l’annonce d’un projet de loi sur les « séparatismes », le président de la République a annoncé vouloir interdire l’instruction en famille et rendre la présence à l’école obligatoire pour tous les enfants entre 3 ans et 16 ans dès la rentrée 2021.
  • L’article 21 du projet de loi confortant le respect des principes républicains déposé à l’Assemblée nationale le 9 décembre 2020 entérine cette volonté. En cas de non-respect de l’obligation scolaire, une peine de 6 mois de prison et de 7 500 euros d’amende est encourue. Pour mémoire, en Allemagne, c’est en 1938 que la loi a rendu l’école obligatoire – à partir de 6 ans et pas dès 3 ans – sous peine d’emprisonnement…
  • Quant à l’étude d’impact qui porte le projet, elle est indigente et truffée d’allégations contredisant l’ensemble des recherches en sciences de l’éducation sur le sujet de l’instruction en famille.
  • L’objectif du gouvernement est de réduire drastiquement le nombre d’enfants instruits en famille en soumettant désormais l’exercice de cette liberté à autorisation préalable.
  • Une dérogation à l’obligation scolaire ne pourrait en effet être obtenue que sur autorisation de l’autorité compétente de l’État, pour une année seulement, et sous conditions très restrictives.
  • Parmi les motifs pouvant être invoqués figure une double contrainte stigmatisant certains enfants et laissant place libre à l’arbitraire et à la discrimination de certains parents : « L’existence d’une situation particulière propre à l’enfant, sous réserve que les personnes qui en sont responsables justifient de leur capacité à assurer l’instruction en famille dans le respect de l’intérêt supérieur de l’enfant. »
  • Avec ce projet de loi, l’État accroît sa domination sur la sphère privée, se substituant aux parents pour imposer sa vision de « l’intérêt supérieur » de l’enfant.
  • Vouloir interdire l’instruction en famille n’est pas la réponse à l’existence de formes clandestines d’endoctrinement hors du contrôle de l’État : le gouvernement se trompe de cible. Cette atteinte disproportionnée à la liberté d’enseignement est unanimement dénoncée.
  • Révélateur de l’incohérence des justifications avancées par le gouvernement pour justifier cette mesure, un nouvel élément de langage, la crainte d’une « forme de séparatisme social», a fait son apparition dans l’étude d’impact du projet de loi. Les enfants instruits en famille et leurs parents sont pourtant parfaitement intégrés à la société.
  • Les études scientifiques montrent que les enfants instruits en famille sont particulièrement autonomes et capables de s’adapter facilement au système scolaire puis au monde du travail quand ils choisissent de retourner à l’école ou de poursuivre une formation.
  • Si les restrictions étaient adoptées, environ 30 000 enfants actuellement instruits en famille ne pourraient plus forcément l’ê Or, c’est parfois la seule solution pour des enfants en souffrance à l’école en raison d’un profil atypique qui ne constitue pas forcément un handicap reconnu, ou en cas de dysfonctionnement institutionnel.
  • Interdire l’instruction en famille sauf dérogation constituerait une atteinte à une liberté publique qui ne serait ni adaptée ni proportionnée, générant beaucoup de souffrances et une perte de chance pour notre pays.
  • Défendre la liberté d’enseignement et la diversité éducative, c’est aussi protéger l’État de droit.
  • Nous comptons sur les députés et sénateurs pour supprimer purement et simplement l’article 21 du projet de loi. Liberticide, il n’y a pas sa place.

Paris, le 14 décembre 2020

Position commune

 Projet de loi confortant le respect des principes de la République (article 21) :

il faut sauver l’instruction en famille !

L’article 21 du projet de loi confortant le respect des principes de la République vise à supprimer le libre choix d’une des modalités de la liberté de l’enseignement : l’instruction en famille.

Cette restriction de liberté, sans fondement objectif, est contraire aux droits fondamentaux.

Texte intégral de la position commune

(4 pages, 35 notes et références)

 

            Le 2 octobre 2020, dans le cadre d’un projet de loi sur les « séparatismes », le président de la République a annoncé : « Dès la rentrée 2021, l’instruction à l’école sera rendue obligatoire pour tous dès 3 ans. L’instruction à domicile sera strictement limitée, notamment aux impératifs de santé ».

            Dans l’avant-projet de loi confortant les principes républicains, les articles prévoyant la suppression de l’instruction en famille (articles 18 et 19) ont été considérés à la fois inconstitutionnels, disproportionnés et injustifiés par le Conseil d’État[i]. En effet, une loi ordinaire ne peut pas prétendre supprimer une liberté garantie par une norme supérieure[ii]. De plus, l’étude d’impact du projet de loi est indigente, ne permettant aucunement de justifier d’une quelconque utilité de la restriction de la liberté d’instruction pour combattre le radicalisme islamiste[iii][iv].

            Le Conseil d’État a d’abord logiquement préconisé d’écarter ces articles du projet de loi[v], avant de se résoudre à participer à une tentative de réécriture, sur laquelle il continue à néanmoins émettre les plus grandes réserves (article 21 du projet de loi)[vi].

            La scolarisation obligatoire remplace l’obligation d’instruction

             En France, depuis un siècle et demi (lois de Jules Ferry), c’est l’instruction qui est obligatoire, et non pas l’école. Les parents ont le choix de déléguer l’instruction de leurs enfants à un établissement scolaire, mais ils n’y sont pas contraints : « L’instruction obligatoire peut être donnée soit dans les établissements ou écoles publics ou privés, soit dans les familles par les parents, ou l’un d’entre eux, ou toute personne de leur choix. » (article L 131-2 du Code de l’Éducation). 

            Le projet de loi adopté en Conseil des ministres ce 9 décembre 2020 retient le principe de la scolarisation obligatoire pour tous les enfants de 3 à 16 ans : « L’instruction obligatoire est donnée dans les établissements ou écoles publics ou privés. Elle peut également, par dérogation, être dispensée dans la famille sur autorisation délivrée dans les conditions fixées à l’article L. 131-5. » (article 21 modifiant l’article L 131-2 du Code de l’Éducation)[vii].

 

            Une “liberté” soumise à autorisation signifie que l’interdiction est désormais la règle

 

                              Dans un état de droit, la liberté doit rester la règle et la restriction, l’exception. L’exercice d’une liberté fondamentale ne peut souffrir d’aucun régime d’autorisation préalable, auquel cas c’est l’interdiction qui devient la règle par défaut[viii].

            Si on transpose la « liberté d’instruction » à une autre liberté, celle de la presse par exemple, le projet du gouvernement équivaudrait à conditionner la liberté d’informer à l’obtention d’une autorisation préalable d’une autorité de l’État pour avoir le droit de réaliser tel ou tel reportage !

            Le projet de loi prévoit que les parents souhaitant simplement continuer à exercer cette liberté, comme ils l’ont fait parfois durant de longues années, soient désormais passibles d’une peine de 6 mois d’emprisonnement et d’une amende de 7500 euros s’ils n’y sont pas expressément autorisés par l’autorité de l’État compétente en matière d’éducation (article 21-I-4° du projet de loi modifiant l’article L131-11 du Code de l’Éducation)[ix]. Or, « les convictions politiques, philosophiques ou religieuses des personnes qui sont responsables de l’enfant » sont explicitement écartées des motifs pouvant permettre d’obtenir une telle autorisation, ce qui est contraire au droit international et notamment à la Convention européenne des droits de l’Homme[x].

 

            Des motifs de “dérogation” à l’obligation scolaire très restreints

 

            L’article 21 prévoit qu’une autorisation annuelle, devant être renouvelée, pourrait éventuellement être accordée par l’autorité de l’État compétente en matière d’éducation sur la base de motifs très restrictifs :

– état de santé de l’enfant ou handicap ;

– activités sportives ou artistiques intensives ;

– itinérance de la famille en France ou éloignement géographique d’un établissement scolaire.

Ces motifs permettent déjà actuellement de bénéficier gratuitement des cours réglementés à distance (CNED).

            Un autre « motif » flou, comportant une double contrainte, a été ajouté :

« L’existence d’une situation particulière propre à l’enfant, sous réserve que les personnes qui en sont responsables justifient de leur capacité à assurer l’instruction en famille dans le respect de l’intérêt supérieur de l’enfant. » (article 21 modifiant l’article L. 131-5 du Code de l’Éducation)

Avec ce « motif » censé permettre l’existence de « bonnes exceptions », les risques de stigmatisation des enfants reconnus comme « inaptes à l’école » sont réels[xi]. Ce « motif » aboutira à séparer des fratries et entraînera une inégalité de traitement des citoyens devant la loi, les décisions administratives laissant place libre à l’arbitraire et à la discrimination.                           

            Un tel système d’autorisation maintiendra les familles dans l’incertitude, ne leur permettant pas de s’organiser ni d’adapter leur carrière professionnelle. Rappelons que l’avant-projet de loi prévoyait : « Le silence gardé par l’autorité compétente de l’État en matière d’éducation sur la demande d’autorisation vaut rejet. »[xii]

            Ironiquement, les seuls enfants qui seront autorisés à ne pas aller à l’école en raison de leur « situation particulière » sont ceux qui, justement, aimeraient peut-être y aller et y être bien traités dans le cadre d’une école réellement inclusive ![xiii]

           

            La suppression du libre choix vise à réduire drastiquement le nombre d’enfants instruits en famille

 

                              Afin de minimiser le coup fatal porté à la liberté fondamentale qu’est le libre choix de l’instruction pour ses enfants, il a été annoncé, à la veille du Conseil des ministres, que la possibilité d’instruire les enfants en famille dans le respect des principes de la République serait préservée[xiv].

            Cependant, dès le 9 décembre, le ministre de l’Éducation nationale précisait l’objectif du gouvernement : « L’instruction à domicile doit être tout à fait exceptionnelle (…) : c’est pourquoi nous mettrons en place un régime d’autorisation de scolarisation à domicile, et non plus une simple déclaration. »[xv] Pourquoi un tel revirement alors qu’il affirmait encore en juin 2020 devant le Sénat : « La liberté d’instruction en famille a un fondement constitutionnel puissant et qu’on ne peut que reconnaître, et qui est, je pense, positif. »[xvi] ?

            Si ce libre choix n’est plus garanti, environ 30 000 enfants actuellement instruits en famille ne pourraient plus forcément l’être. Or, c’est parfois la seule solution pour des enfants en souffrance à l’école en raison d’un profil atypique qui ne constitue pas forcément un handicap reconnu comme tel (hauts potentiels, hypersensibles, troubles dys, autisme, etc.) ou en cas de dysfonctionnement  institutionnel (harcèlement, insécurité/violence).

 

            La sphère privée sous domination toujours plus accrue de l’État ?

 

            L’exercice d’une liberté fondamentale dans un État de droit n’est pas compatible avec un système d’autorisation administrative préalable. De quel droit l’État interdirait-il aux parents de faire valoir leurs « convictions politiques, philosophiques ou religieuses » et en jugerait-il ? Et de quel droit l’État pourrait-il décider unilatéralement de ce qui est dans « l’intérêt supérieur de l’enfant » ?

            Chaque enfant doit pouvoir s’instruire dans le cadre qui lui convient le mieux. C’est aux parents d’exercer l’autorité parentale, définie comme « un ensemble de droits et de devoirs ayant pour finalité l’intérêt de l’enfant », et l’enfant doit être associé aux décisions qui le concernent (article 371-1du Code civil). Ainsi, quand les parents ne sont pas maltraitants et assument leurs responsabilités, le rôle d’un État respectueux des libertés individuelles n’est pas d’imposer sa vision de « l’intérêt supérieur de l’enfant », de le séparer contre son gré de sa famille ou de le surveiller en permanence ![xvii] Toutes les dérives deviendraient dès lors possibles.

            Par exemple, les historiens expliquent que c’est la loi allemande du 6 juillet 1938 sur l’obligation scolaire qui a permis l’embrigadement de la jeunesse : « il s’agissait pour Hitler de soustraire les enfants à leurs parents {à partir de 6 ans et non dès 3 ans, ndlr} afin de leur inculquer (…) l’éducation et l’instruction conformes à son programme idéologique»[xviii] C’est d’ailleurs la raison pour laquelle la Déclaration universelle des droits de l’Homme, élaborée en réaction aux atrocités commises pendant la Seconde Guerre mondiale dès 1948, précise : « les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d’éducation à donner à leurs enfants. » Il s’agit d’un garde-fou démocratique inestimable[xix],[xx].

           

            Le gouvernement se trompe de cible

 

            Vouloir interdire l’instruction en famille (0,4 % des effectifs en âge d’instruction obligatoire) n’est pas la réponse à l’existence de formes clandestines d’endoctrinement hors du contrôle de l’État. Cela ne règlera aucunement le problème des enfants pris en charge dans des « structures de fait » non déclarées, y compris avant ou après le temps scolaire, ou des enfants « perdus de vue » ou en rupture sociale[xxi],[xxii].

            Les enfants instruits en famille sont suivis et déjà très contrôlés par l’État :

  • une enquête de la mairie a lieu tous les deux ans ;
  • et une inspection par l’Éducation nationale tous les ans, afin de vérifier les acquisitions des enfants, qui doivent être conformes au socle commun de connaissances et de compétences de l’Éducation nationale[xxiii].            

            Chercheurs, historiens, enseignants et inspecteurs se montrent eux aussi critiques vis-à-vis de cette atteinte à la liberté d’enseignement. Le Syndicat National des Écoles dénonce une solution de facilité : « Il ne se passe pas un mois sans que nos libertés individuelles soient foulées au pied. (…) il est tellement plus facile d’interdire, et par là de punir tout le monde, plutôt que de chercher et de sanctionner les coupables. »[xxiv] Le Café pédagogique déplore que le projet de loi « ne prévoie toujours rien pour la scolarisation effective des dizaines de milliers d’enfants très pauvres qui en sont exclus aujourd’hui »[xxv]. Les inspecteurs d’académie alertent aussi quant à « la tentation de la simplification et de l’amalgame entre instruction à domicile et radicalisation religieuse », estimant qu’« il est licite de se demander si l’interdiction de l’instruction à domicile est réellement pertinente (…) »[xxvi].

 

            Des parents ni “séparatistes” ni incompétents

 

            Un nouvel élément de langage, la crainte d’une forme de « séparatisme social », a fait son apparition dans l’étude d’impact du projet de loi3. C’est bien mal connaître la réalité de l’instruction en famille ! À l’opposé de préjugés tels que le “repli sur soi”, les familles se réunissent régulièrement pour pratiquer des activités sportives ou participer à des ateliers et sorties pédagogiques, favorisant dès lors la socialisation et une réelle mixité sociale[xxvii]. De plus, 94 % des enfants pratiquent souvent plusieurs activités par semaine avec des enfants de leur âge (musique, sports collectifs en clubs, etc.).[xxviii] De nombreux témoignages sont disponibles (voir par exemple sur https://temoignages-ief.fr/).

            Dans l’étude d’impact, l’école est présentée comme étant toujours dans l’« intérêt supérieur » de l’enfant, alors que l’instruction en famille s’avérerait quant à elle « naturellement préjudiciable aux enfants ». L’incompétence supposée des parents « à garantir le niveau des enseignements dispensés à l’enfant » est mise en avant, en dépit du fait que 93 % des contrôles assurés par les inspecteurs de l’Éducation nationale concluent au caractère satisfaisant de l’instruction à l’issue du premier contrôle. Et si, en grandissant, les enfants souhaitent intégrer l’école (13 % seulement des effectifs des enfants instruits en famille sont de niveau collège et 2 % de niveau lycée), ils s’adaptent en général très bien, avec des résultats scolaires largement au niveau des élèves scolarisés27.

            Au-delà de l’incohérence des motifs utilisés par le gouvernement pour tenter de justifier l’atteinte à la liberté d’instruction en famille, ce dénigrement de l’instruction en famille contredit non seulement l’ensemble des études menées sur le sujet, mais aussi les chiffres de l’Éducation nationale eux-mêmes. En effet, l’école peine à répondre aux besoins de certains enfants et à les protéger des violences physiques et morales : un enfant sur dix est victime de harcèlement (700 000 cas par an), environ 450 incidents graves ont lieu chaque jour dans les collèges et les lycées, 5 % des enfants souffrent de phobie scolaire, etc.[xxix],[xxx] Dans le même temps, l’instruction en famille permet justement à ces enfants de se reconstruire et de reprendre confiance en eux. Et les études sociologiques montrent en outre que les enfants instruits en famille sont particulièrement autonomes et capables de s’adapter facilement au système scolaire puis au monde du travail quand ils choisissent de retourner à l’école ou de poursuivre une formation27.

 

 

                              Défendre l’instruction en famille, c’est protéger l’État de droit

 

                              Un État de droit est un État dans lequel les normes juridiques sont hiérarchisées de telle sorte que sa puissance s’en trouve limitée[xxxi]. En France, l’articulation des différentes normes constituant le bloc de constitutionnalité a inclus le principe fondamental reconnu par les lois de la République de la liberté de l’enseignement et son implication nécessaire, l’instruction au sein de la famille[xxxii].

            Instruire ses enfants en famille est un choix exigeant qui demande un fort investissement des parents et qui restera minoritaire[xxxiii]. L’instruction en famille participe de manière cruciale à la résilience du système éducatif français et constitue un véritable vivier d’innovations pédagogiques. Aux côtés des écoles publiques et des écoles privées (sous ou hors contrat), elle contribue à la diversité éducative indispensable à notre État de droit.

            Interdire l’instruction en famille sauf dérogation constituerait une atteinte à une liberté publique qui ne serait ni adaptée ni proportionnée, générant beaucoup de souffrances et une perte de chance pour notre pays.

            Face à un système éducatif peinant à remplir pleinement sa mission conformément aux droits fondamentaux[xxxiv],[xxxv], restreindre l’exercice de la liberté d’enseignement serait en outre contre-productif, ouvrant la voie à de nombreux contentieux et à toutes sortes de dérives en termes de respect des droits fondamentaux.

            La présence de l’article 21 visant à restreindre la liberté d’instruire en famille dans le projet de loi est d’autant plus incongrue que ce projet de loi est censé conforter les principes républicains.                      

                             

            Nous comptons sur les députés et sénateurs pour supprimer purement et simplement cet article liberticide du projet de loi : il n’y a pas sa place.[xxxvi]

L’association LED’A

L’association LAIA

L’association CISE

L’association UNIE

Le Collectif EELM

Le Collectif FELICIA

L’association PIEE

Le Collect’IEF

Enfance Libre

Autisme Espoir Vers L’Ecole

Cours PI

La Fondation pour l’école

Créer son école

Éduc France

Objectif Eurêka!

PEPsMagazine

 

Notes et références :

 
   

[i]– Un glissement sémantique était en outre particulièrement choquant dans l’avant-projet de loi : l’effacement de la notion de « famille », systématiquement remplacée par le terme « domicile », annihilant la responsabilité des parents dans l’éducation de leurs enfants. (réf. https://www.dalloz-actualite.fr/sites/dalloz-actualite.fr/files/resources/2020/11/projet_de_loi_confortant_les_principes_republicains.pdf)

[ii]– Me Bernard Fau, avocat à la Cour de Paris et membre du Conseil de l’Ordre, « mémoire déposé au nom des associations LAIA, LED’A, CISE et UNIE » le 2 novembre 2020 : 14 pages. https://droit-instruction.org/2020/12/09/points-cles-du-memoire-depose-par-maitre-fau/

[iii]http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/textes/l15b3649_etude-impact.pdf

[iv]– Lelièvre C, historien de l’éducation « Y a-t-il lieu de s’obstiner à supprimer la liberté de l’instruction dans la famille ? » https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/12/12/instruction-a-domicile-emmanuel-macron-a-place-cette-decision-au-rang-des-changements-des-grandes-regles-ou-principes-regissant-l-ecole_6063135_3232.html

[v]–  https://www.leparisien.fr/politique/ecole-obligatoire-des-3-ans-macron-revoit-sa-copie-06-12-2020-8412761.php  

[vi]– Le Conseil d’État souligne dans son avis final : « La suppression du droit de choisir d’instruire un enfant au sein de la famille, qui restreint une liberté de longue date reconnue par la loi aux parents, même si elle n’a jamais été utilisée que par une petite minorité d’entre eux (environ 0,4 % des enfants d’âge scolaire en 2018-2019), doit être appréciée au regard de sa nécessité, de son adéquation et de sa proportionnalité au regard des difficultés rencontrées et de l’objectif poursuivi. » (https://www.conseil-etat.fr/ressources/avis-aux-pouvoirs-publics/derniers-avis-publies/avis-sur-un-projet-de-loi-confortant-le-respect-par-tous-des-principes-de-la-republique)

[vii]http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/textes/l15b3649_projet-loi#tocUniqueId23

[viii]– Regarder la vidéo de l’interview de Me Bernard Fau (à partir de la 2e minute) : https://youtu.be/H646P9L3mzg

Le Conseil constitutionnel a déjà jugé que : « L’exercice d’une liberté fondamentale ne peut pas être soumis pour sa validité à l’intervention préalable de l’autorité administrative » (Conseil constitutionnel, 16 juillet 1971, décision n°71-44 DC).

[ix]– Auparavant, cette peine était prévue pour les refus de scolariser un enfant suite à un deuxième contrôle s’avérant insuffisant pour démontrer le respect du droit à l’instruction de l’enfant. Désormais, ces sanctions pourraient être appliquées même si le droit de l’enfant à l’instruction est respecté, dès que « les parents d’un enfant (…)  {choisiront} de façon continue, de ne pas l’inscrire dans un établissement d’enseignement, sans excuse valable, en dépit d’une mise en demeure de l’autorité de l’État compétente en matière d’éducation », suite à un refus d’autorisation par exemple (article 227-17-1 du Code pénal).

[x]– « L’État, dans l’exercice des fonctions qu’il assumera dans le domaine de l’éducation et de l’enseignement, respectera le droit des parents d’assurer cette éducation et cet enseignement conformément à leurs convictions religieuses et philosophiques. » Article 2 du Protocole n° 1 à la Convention européenne des Droits de l’Homme.

[xi]– Des informations sensibles concernant la personnalité et la santé de ces enfants, inscrites dans leur dossier, pourraient les suivre pendant tout leur parcours, les empêchant d’accéder à certaines études ou professions. Les autres enfants n’auraient quant à eux peut-être pas la possibilité de continuer à être instruits en famille, même si c’est leur choix, ce qui est contraire au respect de leurs droits.

[xii]https://www.dalloz-actualite.fr/sites/dalloz-actualite.fr/files/resources/2020/11/projet_de_loi_confortant_les_principes_republicains.pdf

[xiii]https://www.faire-face.fr/2020/12/11/eleves-handicapes-pour-avoir-droit-ecole-domicile-faudra-lever-doigt/  

[xiv]– «  Il faut que les bonnes exceptions qui correspondent aux situations que les gens vivent et qui correspondent à une liberté légitime, conformes aux valeurs de la République, puissent continuer à se faire. » (Retranscription de l’interview d’Emmanuel MACRON par Rémy BUISINE, Yagmur CENGIZ et Thomas SNEGAROFF  le 4 décembre 2020 sur BRUT). Cependant, les familles instruisant leurs enfants dans les valeurs de la république sont la norme ! Ce sont les cas de radicalisation d’enfants instruits en famille qui sont tout à fait exceptionnels (réf. https://eduscol.education.fr/2212/l-instruction-dans-la-famille page 38).

[xv]https://www.francetvinfo.fr/societe/religion/religion-laicite/video-separatismes-handicap-sport-arts-jean-michel-blanquer-devoile-les-exceptions-qui-permettront-l-ecole-a-la-maison_4213059.html

[xvi]https://blogs.mediapart.fr/coordination-inter-asso-ief/blog/261120/lnstruction-en-famille-encore-une-liberte-qu-laisse-sacrifier 

[xvii]– Mi-juin 2020, le Ministre de l’Éducation nationale exprimait vouloir davantage contrôler les familles : « l’emploi du temps de l’enfant serait vu non seulement sur les heures de cours mais un petit peu sur ce qui se passe dans sa vie le mercredi et le week-end, sans arriver à un big brother éducatif » (https://www.senat.fr/compte-rendu-commissions/20200615/ce_radicalisation.html)

[xviii]– Ludovic Laloux, professeur des universités en histoire “L’obligation scolaire dès 3 ans prônée par Emmanuel Macron : pire que la Schulpflicht ?” https://www.revuepolitique.fr/lobligation-scolaire-des-3-ans-pronee-par-emmanuel-macron-pire-que-la-schulpflicht/.

[xix]https://blogs.mediapart.fr/les-invites-de-mediapart/blog/221120/monsieur-le-president-nous-n-avons-pas-vote-pour-ca

[xx]– Émission « Le droit en débat » avec l’European Center for Law and Justice

https://fidepost.com/2020/12/11/possible-interdiction-de-lecole-a-la-maison-comment-reagir/

[xxi]– Le Monde diplomatique « En finir avec quelques idées reçues sur la radicalisation » de Laurent Bonelli et Fabien Carrié ; septembre 2018.

[xxii]– Mazoue A.  “L’école obligatoire dès trois ans scandalise les familles qui pratiquent l’instruction à domicile” 3 octobre 2020. www.france24.com

[xxiii]– Livret de l’association LED’A : « Mieux connaître l’instruction en famille » http://www.lesenfantsdabord.org/wp-content/uploads/2012/05/MCIEF_LEDA.pdf

[xxiv]https://www.sne-csen.net/actu-2020-10-10

[xxv]http://www.cafepedagogique.net/LEXPRESSO/Pages/2020/12/09122020Article637430942648098670.aspx

[xxvi]https://www.syndicat-ia.fr/wp-content/uploads/2020/10/SIA-Revue-37_novembre_20.pdf?fbclid=IwAR3MPJQPjU7V-xOO7-mefn5Uuu5H2Yyt38ogutXtZtcQiXgl4ow7mozkKeQ,

[xxvii]– Bongrand P, Glasman D “Instruction(s) en famille. Explorations sociologiques d’un phénomène émergent” Revue française de pédagogie 2018/4 (n° 205) https://www.cairn.info/revue-francaise-de-pedagogie-2018-4-page-5.htm

[xxviii]https://instructionenfamille.org/wp-content/uploads/2020/12/Communique_de_presse_-_Sondage_2020_instruction_en_famille_-_Felicia.pdf  

[xxix]https://www.education.gouv.fr/non-au-harcelement-campagne-2017-le-harcelement-pour-l-arreter-il-faut-en-parler-5084

[xxx]https://www.leparisien.fr/societe/violences-scolaires-442-incidents-recenses-chaque-jour-20-09-2017-7273113.php  

[xxxi]https://www.vie-publique.fr/parole-dexpert/270286-quest-ce-que-letat-de-droit 

[xxxii]– Me Bernard Fau, avocat à la Cour de Paris et membre du Conseil de l’Ordre, « mémoire déposé au nom des associations LAIA, LED’A, CISE et UNIE » le 2 novembre 2020 : 14 pages. https://droit-instruction.org/2020/12/09/points-cles-du-memoire-depose-par-maitre-fau/

[xxxiii]– Les chiffres sont relativement stables d’année en année. En 2019, les statistiques ont été biaisées par l’ajout des enfants âgés de 3 à 6 ans qui ont du être déclarés comme étant instruits en famille suite à l’adoption de la loi pour l’école de la confiance. Et en 2020, l’augmentation des effectifs s’explique par le contexte sanitaire (Covid 19).

[xxxiv]https://www.cairn.info/revue-adolescence-2011-3-page-637.htm

[xxxv]https://www.defenseurdesdroits.fr/sites/default/files/atoms/files/rae-2019-num-22.10.19-2_1.pdf  

Présentation des organisations signataires et contacts

 

L’association LED’A (Les enfants d’abord), créée en 1988, regroupe 1200 familles adhérentes instruisant leurs enfants. Elle se mobilise de façon collégiale pour informer sur l’instruction en famille, pour défendre ce droit et pour permettre les rencontres facilitant les partages d’expériences et d’informations. www.lesenfantsdabord.org/ Contact : media@lesenfantsdabord.org / 0689987526 ou 0670100140 ou 0608950100

 

L’association LAIA (Libres d’Apprendre et d’Instruire Autrement) représente environ 450 familles adhérentes réparties sur toute la France. Elle existe depuis 14 ans et édite le seul magazine dédié à l’instruction en famille, le trimestriel “Les Plumes”. laia-asso.fr. Contact : contact@laia-asso.fr / 06 99 33 89 96 ou 06 71 93 87 72 ou 06 95 95 55 26.

 

Lassociation CISE (Choisir d’instruire son enfant) est une association de soutien et de défense de l’IEF encourageant une instruction parentale diversifiée, progressive et qui réponde aux besoins de l’enfant pour lui permettre de devenir un citoyen éclairé et responsable. www.cise.fr Contact : therese.pour.cise@gmail.com / 06 84 94 66 28.

 

L’association UNIE (Union Nationale pour l’Instruction et l’Epanouissement) est investie dans l’entraide et la coopération entre familles. Elle est ouverte à tous ceux pour qui l’instruction doit se faire dans le respect de l’épanouissement de l’enfant. UNIE apporte conseils et aide aux 5 300 familles adhérentes et aux 12 000 personnes du groupe Facebook. association-unie.fr. Contact : Armelle – unie.association@gmail.com / 07 68 47 76 40.

 

La Fédération FELICIA représente des associations locales et plus de 4400 familles membres du groupe https://www.facebook.com/groups/fedefelicia/, pour défendre la liberté du choix de l’instruction et des apprentissages. https://www.federation-felicia.org / contact@federation-felicia.org / 06 19 10 37 88.

 

Le Collectif l’Ecole est la Maison (EELM) représente et défend l’instruction formelle en famille. Il est force de propositions pour un juste encadrement de l’instruction en famille. www.lecoleestlamaison.blogspot.com. Contact : Laurence Fournier – lecoleestlamaison@gmail.com / 06 62 92 84 70.

 

L’association PIEE (Parents Instructeurs Enfants Epanouis) Métropole et Île de La Réunion est une association d’information, d’accompagnement, et de défense des droits des familles instruisant leurs enfants en famille. Site : http://piee.wifeo.com Contact : association.piee@protonmail.ch / 06 21 07 69 83

 

Le Collect’IEF est un collectif de veille et d’actions pour la liberté d’instruction.

https://www.collectief.fr/. Contact : contact@collectief.fr

 

Enfance Libre est un mouvement de défense de l’indépendance des familles en matière éducative. Sa priorité est de faciliter l’accès des enfants à la parole publique et politique. www.enfance-libre.fr. Contact : mouvement.enfance.libre@gmail.com

 

L’association AEVE (Autisme Espoir Vers L’École) a pour but d’amener par le jeu interactif, individuel et intensif (méthode des 3i) les enfants TSA à une intégration scolaire ordinaire. Cette méthode innovante permet une reprise du développement et une normalisation sensorielle. www.autisme-espoir.org. contact@autisme-espoir.org

 

Cours PI est un établissement d’enseignement à distance déclaré auprès du rectorat de Paris depuis 1993, accompagnant 3 400 élèves de la maternelle à la terminale en France et dans le monde. Les pédagogies qui placent l’enfant au cœur de ses apprentissages tout en respectant son rythme sont une source de réussite et d’épanouissement. https://www.cours-pi.com/ Contact : Cyril 06 13 83 35 38 communication@cours-pi.com

 

La Fondation pour l’école, reconnue d’utilité publique, a pour mission de soutenir et de promouvoir la liberté et la diversité scolaires. Depuis 12 ans, elle s’engage pour que tous les enfants trouvent une école, un mode d’instruction qui leur réussisse. Elle soutient toute initiative venant enrichir l’offre éducative en France, comme c’est le cas de l’instruction en famille. www.fondationpourlecole.org Contact : diane.roy@fondationpourlecole.org / 06 62 45 06 32

 

Créer son école, premier opérateur d’accompagnement et de formation des créateurs d’écoles libres, est une association de loi 1901. Depuis 2005, Créer son école interpelle les pouvoirs publics sur la liberté d’enseignement et la défend efficacement dans le processus de décision des acteurs publics. anne.coffinier@creer-son-ecole.com / 06 34 38 90 30

 

Educ’France, le site d’info-action qui défend la liberté d’enseignement et la met en avant !

Educ’France- liberte@educfrance.org / 07 63 62 73 92.

Voir la version anglaise en ligne ou au format pdf

Instruction en famille et chiffres sortis du chapeau : Le Loto Bingo du séparatiste

 

Peu importe le choix de vie des enfants instruits en famille, il faut plus que jamais sauver
le soldat Macron de tout revers politique. Diffamez, diffamez, il en restera toujours quelque chose.

Hier, Castex disait dans Le Monde : « Dans la loi française, le principe est l’école obligatoire, un principe assorti d’exceptions ». Le Premier ministre ment. Recadrage : dans la loi française, l’instruction est obligatoire, pas l’école.

Un mensonge martelé par des ministres finit toujours par laisser des traces. Lorsqu’au fil des législatures, les visions partielles et partiales s’accumulent, on finit par créer un climat de suspicions. Cela s’appelle des a priori. L’instruction en famille n’échappe pas à ce mécanisme. Depuis 1998 et Ségolène Royal au ministère de l’Éducation, la rhétorique employée pour stigmatiser l’IEF n’a pas varié. À l’époque, elle disait : « Chaque année, plusieurs milliers d’enfants échappent à l’école de la République ». Comme s’ils s’évadaient, comme s’ils étaient coupables de quelque chose. Si la liberté dont ils jouissaient n’était pas une justice qu’on leur devait. Le champ lexical renvoie au milieu carcéral, c’est l’étape d’après. À cette époque, elle agite le chiffon rouge de l’emprise sectaire qui concernerait 6.000 enfants. Rien que ça. La Miviludes (Mission Interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires) ne trouvera trace de rien. Mais le ver est dans le fruits, comme on dit.

En 2007, dans une loi sur la « prévention de la délinquance », proposée par un Président pour lequel le parquet a requis 4 ans de prison dont 2 avec sursit le 8 décembre 2020,  l’enquête administrative dite « de la mairie » est étendue aux enfants inscrits aux cours par correspondance. Le parallèle entre inscription à des cours par correspondance et délinquance est insultant. Mais ça passe. Cela ne représente qu’une minorité dans la minorité.

2011, toujours dans ses œuvres, le gouvernement du Président Sarkozy provoque un tollé. Et propose un fichage généralisé dès la maternelle. On s’emploierait à repérer les enfants présentant des risques lors des apprentissages. Devant l’émoi suscité, le texte est abandonné. Un certain J-M Blanquer en était l’inspirateur.

De l’exception à 5.000 enfants près…

Aujourd’hui donc, après le raccourci insultant du discours des Mureaux qui passe du séparatisme à l’interdiction de l’instruction en famille, comme une conséquence logique pour éradiquer un mal,  un nouveau chiffre fleurit, désormais que le texte est proposé en Conseil des Ministres. Il y aurait 5.000 enfants concernés par des cas de radicalisation islamiste. Le chiffre est tombé du ciel depuis que le Conseil d’État a averti le gouvernement de la disproportion de sa proposition de loi, de la faiblesse de son étude d’impact et surtout de l’inconstitutionnalité d’une telle mesure liberticide. Alors les éléments de langage proposent 5.000 enfants. Mais 5.000 enfants scolarisés, en IEF ? C’est beaucoup, ça fait de la mousse, et puis ça fait précis quand on change le nombre d’enfants déclarés en IEF qui passe de 50.000 en octobre à 62.000 en décembre.

Ce qu’il y a d’étonnant, c’est qu’en juin 2020 devant la commission d’enquête du Sénat, J-M Blanquer disait sous serment que les dérives radicales concernant l’IEF étaient « exceptionnelles ».   Pas une étourderie, il dit la même chose dans son Vademecum sur le sujet. Qui croire ? Le ministre qui est sous le coup d’un scandale parce que son ministère aurait créé un faux syndicat et utilisé l’appareil d’État à des fins partisanes. L’avenir judiciaire nous le dira. Mais pour nos enfants, il nous importe peu d’avoir raison au regard de l’Histoire, nous réclamons la liberté comme règle immédiate. Et comme Clémenceau, un des plus ardents défenseurs du capitaine Alfred Dreyfus, qui combattit l’injustice drapée dans la raison d’État, nous affirmons : « s’il pouvait y avoir un conflit entre la République et la liberté, c’est la République qui aurait tort ». Le Tigre était-il pour autant séparatiste ?

Les Enfants D’Abord, équipe média media@lesenfantsdabord.org  Tel : 06 70 100 140 ou 06 84 625 768   www.lesenfantsdabord.org

Voir la version anglaise en ligne ou en format pdf