les associations demandent un moratoire

Paris, le 5 janvier 2020

Communiqué de presse commun

Télécharger le PDF

Projet de loi « respect des principes de la République » et restrictions à la liberté d’instruction en famille : les associations demandent un moratoire

            En France, comme dans de très nombreuses démocraties, c’est l’instruction qui est obligatoire, pas la scolarisation[1]

            Examiné à partir du 18 janvier 2021 en commission spéciale de l’Assemblée nationale, le  projet de loi « confortant le respect des principes de la République » retient, à l’article 21, le principe de la scolarisation obligatoire pour tous les enfants de 3 à 16 ans, subordonnant l’exercice de la liberté d’enseignement au sein de la famille à une autorisation administrative préalable[2].

Continuer la lecture

Project of Law to “Respect the Principals of the Republic” and restrict the freedom of home education: the home education associations demand a moratorium

Published on the 5th Januar 2021

Download pdf

In France, as in numerous other democracies, education is compulsory, not schooling1. Beginning the 18 January 2021 in a special commission of the National Assembly, the bill to “Reinforce the Respect of the Principals of the Republic” retains, in Article 21, the principle of compulsory schooling for all children from 3 to 16 years old, making the free practice of home education conditional to prior administrative authorisation2.

Parental authority questioned by the French State

Despite the unfavourable opinion of the Council of State, Article 21 of the bill still translates a desire for the general abolition of the freedom of choice of home education, which is nonetheless a form of freedom of education which has been recognised in France since the Jules Ferry Laws (1881-1882). Disregarding any respect for parental authority and individual freedoms, the state aims to impose its own vision of the best interests of the child, even if this means going against the will of the parents, under threat of heavy penalty (six months imprisonment and a 7500 euro fine)2.

According to the government impact study, currently approx. 30,000 home educated children, may no longer be able to benefit from this type of education. In addition, parents and children wishing to home educate in the future would be prevented from doing so.

This project is all the more shocking as it is not based on any objective data: home educated children are neither radicalised, nor asocial, quite the contrary2.

For rational decision-making respectful of the democratic process

On the 30 December 2020 we submitted a request to the President of the Republic that a moratorium be decided on the restrictive provisions on the freedom of home education for the following reasons3:

  • the lack of relevant study to evaluate such reform which was highlighted by the Council of State in their recommendation4

  • the inadequacy of the parliamentary procedure implemented (emergency procedure) considering the multiple legal and social implications that the adoption of this text would imply

  • the constitutional obstacles that this reform faces, in particular:

    1. A fundamental freedom can not be subject to prior administrative authorisation, in which case it is no longer a freedom

    2. When guaranteeing individual freedoms, only the judicial authority is competent, to the exclusion of the administration, to decide against the will of the parents and in the best interests of the child.

In requesting a moratorium, our aim is to enable parliamentarians to act in full possession of the facts, on a base of rationality, once the nature and the impact of such a reform on home educating families has been properly clarified by the Economic, Social and Environmental Council (CESE)5 and where appropriate, by additional studies.

There is no reason to require parliamentarians to validate such sensitive provisions to restrict the freedom of education with such urgency, without first gathering the necessary impact study elements for informed decision-making and particularly since the law on the “School of Trust already drastically strengthened the supervision of home education in 20196.

L’association LED’A L’association UNIE Le collectif EELM

L’association LAIA Le collectif FELICIA Enfance Libre

L’association CISE

Presentation of the Signatory Organisations and Contacts

The Association LEDA (Les enfants dabord – Children First), created in 1988, regroups more than 1300 member families who home educate their children. The association exists to provide information on home education, to defend this right and to enable meetings to facilitate the sharing of experiences and information. www.lesenfantsdabord.org/ Contact: libertedelinstruction@lesenfantsdabord.org / 0689987526 ou 0670100140 ou 0608950100

The Association LAIA (Libres d’Apprendre et d’Instruire Autrement – Free to Learn and Educate Otherwise) represents approx 450 member families throughout France. The association has existed for 14 years and publishes the only magazine dedicated to home education in France, the quarterly “Les Plumes”. Contact: contact@laia-asso.fr /0699338996 ou 0671938772 ou 0695955526.

The Association CISE (Choisir d’instruire son enfant – Chose to Educate Your Child) is an association in support and defence of home education, encouraging parental education which is diverse, progressive and responds to the needs of the child to enable them to become an enlightened and responsible citizen. www.cise.fr Contact: therese.pour.cise@gmail.com / 06 84 94 66 28.

The Association UNIE (Union Nationale pour l’Instruction et lEpanouissement – The National Union for Education and Fulfilment) in invested in mutual aid and cooperation between families. Open to all for whom education is done with respect for the development of the child. UNIE provides advice and assistance to 5300 member familles and to 12,000 Facebook group members. association-unie.fr. Contact: Armelle – unie.association@gmail.com / 07 68 47 76 40.

The Federation FELICIA represents local associations and more than 4400 member families of the group https:// www.facebook.com/groups/fedefelicia/, to defend the freedom of choice of education and learning. https://www.federation-felicia.org / contact@federation-felicia.org / 06 19 10 37 88.

The Collective l’Ecole est la Maison (EELM – School is at Home) represents and defends formal home education. Source of proposals for a proper supervision of family education. www.lecoleestlamaison.blogspot.com. Contact: Laurence Fournier – lecoleestlamaison@gmail.com / 06 62 92 84 70.

Enfance Libre – Free Childhood a movement in defence of the autonomy of families with regard to education. Prioritises facilitating children’s access to public and political speech. www.enfance-libre.fr. Contact : mouvement.en- fance.libre@gmail.com

1« Compulsory education may be provided in either public or private, establishments or schools, or within the family (…) » (article L 131-2 of the Education Code).

2Reread our common stance: « Il faut sauver linstruction en famille » (14 décembre 2020) https://droit-instruction.org/wp-content/uploads/2020/12/20201214_PositionCommuneArticle21_vf.pdf

3Letter to the President of the Republic (30 décembre 2020) : https://droit-instruction.org/demande-de-moratoire/

4« This suppression in not supported by reliable elements and documented by reasons, conditions and results of the practice of home education: the elements we have, show that this reality is very diverse. However the government plan could, according to the indicators of the impact study, lead to the compulsory schooling of three quarters of currently home educated children » (CE, Avis from the 9 December 2020)

5On the 22 December 2020, we also asked the Economic, Social and Environmental Council (CESE) to make a decision on this sensitive issue in order to enlighten decision-makers before any infringement of this fundamental freedom occurs (https://droit-instruction.org/saisine-du-cese/)

6 Before the Senate on the 18 June 2020 the Education Minister himself recognised: «This freedom of home education […] really has a powerful constitutional basis which one can only recognise and which I think is positive […] There was a need for more supervision, and that is what we did [with the law on the School of Trust in 2019] [] In terms of legal principles, it seems that we have reached a certain stage which is the right one.»

Download pdf

Revue de presse semaine du 21 déc.

SOMMAIRE DE LA REVUE DE PRESSE

1. REVUE DE PRESSE LEDA LISTE
1.1 IEF
1.2 Convergence des luttes: l’école

2. VEILLE PRESSE
2.1 Projet de loi renforçant la laïcité et les principes républicains
2.2 IEF/ scolarisation à domicile


1. REVUE DE PRESSE LEDALISTE
1.1 IEF
http://www.slate.fr/story/198409/ecole-maison-enseignement-domicile-adultes-grandir-confiance-connaitre-epanouissement
https://www.cairn.info/revue-francaise-de-pedagogie-2018-4-page-5.htm#

1.2 Convergence des luttes: l’école

La méthode de lecture de l’EN
https://www.questionsdeclasses.org/?Une-methode-de-lecture-ministerielle-pas-anodine
Blanquer teste un manuel de lecture officiel : vers une caporalisation des
enseignants ?
Texte complet ici:
https://mypads.framapad.org/mypads/index.html?/mypads/group/doc-a-partager-ww3mb7jl/pad/view/blan-fae157qt

Le lycée
https://www.marianne.net/agora/tribunes-libres/jean-michel-blanquer-finit-dachever-le-lycee

Les disciplines enseignées
https://www.questionsdeclasses.org/?Appel-a-contribution-disciplines-hors-socle-disciplines-non-essentielles

La liberté
https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/12/26/education-n-ayons-donc-pas-peur-d-exalter-conjointement-la-liberte-de-conscience-et-la-liberte-d-enseigner_6064542_3232.html
Pour préserver la liberté d’enseigner tout en apaisant certaines tensions, il convient de réaffirmer explicitement que l’école publique respecte la liberté de conscience des élèves, proposent, dans une tribune au « Monde », l’inspecteur général Eric Favey et le chercheur Philippe Lazar.
Tribune. L’école publique, gratuite et laïque, est une institution essentielle de la République, mise à la disposition des citoyens qui souhaitent lui confier l’enseignement à prodiguer à leurs enfants. Le code de l’éducation en précise les finalités (article L111-1) : « Outre la transmission des connaissances, la nation fixe comme mission première à l’école de faire partager aux élèves les valeurs de la République. Le service public de l’éducation fait acquérir à tous les élèves le respect de l’égale dignité des êtres humains, de la liberté de conscience et de la laïcité. Par son organisation et ses méthodes, comme par la formation des maîtres qui y enseignent, il favorise la coopération entre les élèves. »
Le premier rôle de l’école est de permettre aux enfants et aux adolescents, dans des langages appropriés, d’accéder aux connaissances de tous ordres que le genre humain a accumulées au fil de sa longue histoire. Elle prend fondamentalement appui sur l’intelligence pour bien faire comprendre des savoirs que la pensée rationnelle a permis d’acquérir. L’école n’a ainsi aucunement pour objet de transmettre « la » vérité, une vérité qui serait définitive et universelle.
Lire aussi: Aux racines de la laïcité, cette passion très française à l’histoire tourmentée
Outre cette éthique de la connaissance quil’anime, l’école a aussi la mission d’éveiller et d’entretenir la sensibilité des élèves à tout ce qui relève de l’art et de la littérature. Haut lieu de socialisation dès la prime enfance, l’école est aussi par nature l’institution privilégiée d’apprentissage de la relation aux autres et donc de la vie en société avec tout ce que cela représente en termes de mise en commun de valeurs et de comportements.
L’égalité des droits et la fraternité des relations
La liberté de conscience et la liberté d’expression en font partie mais ne suffisent pas : l’égalité des droits et la fraternité des relations en sont aussi parties prenantes. L’école ne peut limiter son ambition à l’autonomie du sujet : elle doit contribuer à construire une autonomie solidaire.
Certains de nos concitoyens, mus par des engagements religieux impérieux, s’estiment aujourd’hui en droit d’imposer leurs propres exigences sur la nature des enseignements délivrés, rendant difficile, voire impossible la tâche des enseignants concernés (ceux qui traitent de l’histoire et des sciences notamment) et pouvant conduire à des violences verbales ou physiques dont on a vu récemment le niveau d’horreur qu’elles pouvaient atteindre.
Lire aussi: Education prioritaire : une réforme discrète qui suscite des inquiétudes
Si aucun dialogue n’est évidemment possible avec ceux qui sont murés dans le radicalisme, ne peut-on tenter de réduire les tensions avec ceux qui n’en sont pas à ce niveau de fermeture ? C’est l’objet de la proposition qui suit. Pourquoi les promoteurs de la loi de 1905 de séparation des Eglises et de l’Etat ont-ils pris le soin d’en commencer la rédaction par un engagement sans rapport direct avec son contenu opératoire : « La République assure la liberté de conscience » ?
La République respecte la liberté de conscience
Parce que cette loi se voulait porteuse d’un apaisement des tensions et qu’il leur a dès lors paru indispensable de faire précéder l’énoncé des modalités de sécularisation de la société par cette affirmation solennelle : non seulement la République respecte la liberté de conscience mais elle l’assure, elle fait en sorte qu’elle soit partout et toujours respectée.
Lire aussi: « Le gouvernement affirme renforcer la laïcité, alors qu’il porte atteinte à la séparation des religions et de l’Etat »
C’était dire, d’une certaine façon, qu’il existe une valeur intangible, qu’aucune loi ne peut remettre en question : le droit de chaque être humain de penser ce qu’il lui plaît de penser en toute liberté. La question de l’enseignement de l’école publique est au fond de nature semblable. Cet enseignement est lui-même sécularisé, en particulier « séparé » de celui que les Eglises peuvent pour leur part prodiguer.
Pourquoi, dès lors, ne pas tenter d’apaiser les tensions qui rendent aujourd’hui leur tâche très difficile à certains enseignants en recourant explicitement à l’énoncé du même principe : « L’école contribue à assurer la liberté de conscience » ? En quoi un tel engagement, exprimé sous une forme appropriée, pourrait-il jouer un rôle important ?
La liberté d’enseigner de l’école et des enseignants
En indiquant explicitement que rien n’interdit à un élève, de son propre chef ou sous l’influence de son entourage, de réinterpréter chez lui et en lui-même ce que l’école cherche à lui apprendre, il préserverait fondamentalement la liberté d’enseigner de l’école et des enseignants.
Lire aussi: Islamisme, séparatisme : l’offensive payante des « laïcards »
Il affaiblirait aussi la tentation de certains parents d’intervenir dans les choix de l’institution scolaire pour les plier aux leurs. Leur rôle pourrait redevenir celui qui est légitime : aider leurs enfants à rendre compatibles l’enseignement de l’école et leurs propres engagements culturels ou cultuels.
Contribuer à rendre les élèves plus libres de penser ce qu’ils veulent penser, dans le respect du partage de ce droit par tous les êtres humains et de la liberté d’expression, ne peut en réalité que les rendre plus attentifs, fût-ce de façon critique en leur for intérieur, aux paroles de l’enseignant. N’ayons donc pas peur d’exalter conjointement la liberté de conscience et la liberté d’enseigner !
Eric Favey et Philippe Lazar sont tous deux animateurs de la revue Diasporiques/Cultures en mouvement.


2. VEILLE PRESSE
2.1 Projet de loi renforçant la laïcité et les principes républicains

https://lcp.fr/actualites/instruction-en-famille-l-ecole-c-est-bon-pour-les-enfants-affirme-jean-michel-blanquer

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2020/12/18122020Article637438723478743087.aspx

https://www.lefigaro.fr/actualite-france/separatisme-les-debats-sur-le-projet-de-loi-s-annoncent-tres-vifs-20201217

https://actu.fr/bretagne/quimper_29232/quimper-appel-a-manifester-pour-le-maintien-de-l-instruction-en-famille-samedi-19-decembre_38184451.html

https://www.ladepeche.fr/2020/12/19/tarn-et-garonne-atteinte-du-syndrome-de-digeorge-coralie-veut-continuer-a-etudier-a-domicile-9266581.php

https://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/finistere/quimper/quimper-parents-manifestent-defendre-ecole-maison-1907462.html
    
https://www.letelegramme.fr/finistere/quimper/ces-parents-veulent-garder-le-choix-de-l-education-de-leurs-enfants-19-12-2020-12677001.php

https://www.midilibre.fr/2020/12/20/lozere-buissonniere-mobilisee-pour-defendre-linstruction-en-famille-9268279.php
    
https://www.larep.fr/amilly-45200/actualites/dans-le-loiret-des-parents-toujours-mobilises-pour-defendre-la-liberte-d-instruire-leurs-enfants-a-la-maison_13891863/

https://rcf.fr/actualite/social/laetitia-plisson-les-personnes-qui-sont-en-instruction-en-famille-aujourd-hui-sont-
    
https://www.infochretienne.com/la-suppression-de-linstruction-a-domicile-une-regression-grave-de-la-liberte-dapres-le-centre-europeen-pour-le-droit-et-la-justice/

https://www.infochretienne.com/ledito-de-camille-du-22-decembre/

https://france3-regions.francetvinfo.fr/pays-de-la-loire/pays-loire-gouvernement-determine-mettre-fin-instruction-famille-1908390.html

https://www.lyonne.fr/sens-89100/actualites/projet-de-loi-contre-le-separatisme-trois-familles-senonaises-racontent-leur-choix-de-faire-l-ecole-a-la-maison_13890524/
    
https://actu.fr/societe/loi-contre-les-separatismes-cette-famille-de-l-eure-se-bat-pour-garder-le-droit-d-instruire-a-domicile_38322535.html

https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2020/12/24/de-confinement-s-vaccins-loi-sur-le-separatisme-violences-policieres-dix-debats-argumentes-pour-pimenter-votre-reveillon_6064391_4355770.html

2.2 IEF/ scolarisation à domicile
_                                                                                                           
https://www.lanouvellerepublique.fr/chinon/ces-familles-chinonaises-ont-fait-le-choix-de-l-instruction-en-famille-temoignages
    
https://www.lanouvellerepublique.fr/chinon/ca-dedramatise-l-importance-de-l-ecole
    
https://www.europe1.fr/societe/alexandra-fait-lecole-a-la-maison-a-ses-filles-ca-peut-sauver-des-enfants-4013144
    
https://www.ouest-france.fr/culture/sauve-du-harcelement-grace-a-l-ecole-a-la-maison-7093792
    
https://www.lyonne.fr/auxerre-89000/actualites/ce-midi-la-redaction-vous-propose-trois-gendarmes-tues-a-saint-just-les-reactions-apres-la-victoire-de-l-aja-et-des-temoignages-sur-l-instruction-en-famille_13895425/

Point info du 28 déc.

Ce point info vous parvient chaque lundi pour partager les actions de LED’A ainsi que des groupes de travail. LED’A appelle chacun-e à s’intéresser aux actions et projets et à y participer.

Voici le lien pour accéder au contenu de ce Point Info -> ICI

Faites suivre à vos réseaux locaux et aux réseaux sociaux les appels à action ci-dessous. C’est important !

L’équipe Coordination de LED’A (http://www.lesenfantsdabord.org/)

Bonne lecture !

— 
Coordination LED’A

 

Point info du 21 déc.


Ce point info vous parvient chaque lundi pour partager les actions de LED’A ainsi que des groupes de travail. LED’A appelle chacun-e à s’intéresser aux actions et projets et à y participer. 
Faites suivre à vos réseaux locaux et aux réseaux sociaux les appels à action ci-dessous. C’est important !

L’équipe Coordination de LED’A (http://www.lesenfantsdabord.org/)

—————————-
 Sommaire
1. Informations importantes
2. Appels à actions
2.1 Appels à actions LED’A
2.2 Propositions d’adhérents
3. Idées-initiatives-évènements
4. Revue de presse
—————————-

1. INFORMATIONS IMPORTANTES
1.1  Le projet de loi pour le respect des principes républicains à la commission des lois de l’assemblée nationale
https://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/textes/l15b3649_projet-loi
https://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/dossiers/respects_principes_republique
Audition du ministre de l’éducation et du ministre de l’intérieur par la commission en charge de la loi sur le respect des principes républicains :
http://videos.assemblee-nationale.fr/video.10090138_5fdb1aa4b7eef.respect-des-principes-republicains–m-gerald-darmanin-ministre-de-l-interieur–m-jean-michel-bl-17-decembre-2020?fbclid=IwAR2G5rXTFFU1VsWe8KzowG8RSsyijC-mAQaRMmnTWCQwftVy5hk8Lu7pwb8

Des résumés ici :
https://www.liberteeducation.com/lecole-a-la-maison-est-passee-en-commission-des-lois/?fbclid=IwAR25g0v5kO8pfipwsaJ8Qy3x-GEX0-UHT1SRGvUWXH1s19kIIvjpMikCDlA
https://lcp.fr/actualites/instruction-en-famille-l-ecole-c-est-bon-pour-les-enfants-affirme-jean-michel-blanquer
https://www.facebook.com/103325051545736/posts/158283536049887/

Un article ici :
https://www.breizh-info.com/2020/12/16/155690/bernard-rineau-hubert-veauvy-avocats-instruction-domicile-ecole-republique/?fbclid=IwAR2Fj5e6Q0C_2dqZKj03_H12FeQ6ccy-K-d0LBX8XSF1pEaFf8sQZtYiCRs

1.2 Communiqué de presse LED’A du 16/12
https://www.lesenfantsdabord.org/instruction-en-famille-une-etude-dimpactinsuffisante-inconsequente-et-insultante/
En PDF :
https://www.lesenfantsdabord.org/wp-content/uploads/2020/12/Communique-de-presse-etude-dimpact-1.pdf

1.3 Communiqué de presse interasso du 14/12
https://www.lesenfantsdabord.org/2294-2/
En PDF :
https://www.lesenfantsdabord.org/wp-content/uploads/2020/12/20201214_PositionCommuneArticle21_vf.pdf
Sur le site interasso :
https://instructionenfamille.org/wp-content/uploads/2020/12/Communique-presse-ief-interassos-2020-12-14.pdf

1.4 Marche pour la diversité éducative
Venez accueillir Ophélie et Victor qui ont marché pour la diversité éducative ! Pour l’occasion, une manifestation est organisée mercredi 23 décembre entre 14h30 et 18h Place du Châtelet (Paris 1er) !
Plus d’informations ici :
https://www.marche-diversite-educative.fr/arriv%C3%A9e-%C3%A0-paris-23-d%C3%A9cembre/
Retrouvez leurs aventures ici : https://www.marche-diversite-educative.fr/blog et dans la revue de presse : https://www.marche-diversite-educative.fr/infos-pratiques/revue-de-presse

Ophélie et Victor se chargent de remettre vos lettres pour la diversité éducative à qui de droit lors de leur arrivée.
https://www.marche-diversite-educative.fr/comment-participer/lettres-au-pr%C3%A9sident/
C’est aujourd’hui ou jamais ! envoyez-les à L’école Delavie, 28 rue du Temple, 75004 Paris

1.5 La nouvelle tribune d’Adeline et Romain
https://reporterre.net/Supprimer-l-instruction-en-famille-une-privation-de-liberte-sur-des-motifs-arbitraires?fbclid=IwAR2masJNsYO_G8gudDkkErXuxSNN0WY4BH-HF6dDad5gg7iHerCQVNdJT1U

1.6 Cette semaine, les équipes suivantes ont besoin d’aide :
– L’équipe Média (media AROBASE lesenfantsdabord.org)
Nous sommes actuellement 3 personnes, une 4ème viendra nous rejoindre prochainement. Ces 4 personnes font aussi partie d’autres équipes de LED’A.
Nous aimerions du renfort pour :

  • *construire une liste de familles par zone avec les relais pour répondre aux journalistes

  • *participer à l’archivage des articles et autres sur le wikileda ;

  • *aider pour l’interface téléphone et mail avec les journalistes.


– L’équipe Wiki (wiki AROBASE lists.internal.les-enfants-d-abord.org)
Nous aimerions du renfort pour :

  • *mettre sur le wiki les liens vers les nombreux articles de journaux, émissions de télévision et de radio qui ont lieu en ce moment. 

  • *organiser, ranger, mettre à jour le wiki


– L’équipe international lance un appel à toute personne qui souhaiterait faire partie de l’équipe, et qui aurait le temps de collaborer sur les projets en cours. Contactez : (contact-international AROBASE lesenfantsdabord.org)

– L’équipe led’acom 
Nous recherchons des personnes volontaires pour nous rejoindre, entre autres pour faire de la veille de réseaux sociaux et développer une FAQ sur l’IEF. 
Si vous avez l’envie et le temps de : 
– vous inscrire dans les groupes Facebook parlant d’IEF (au moins un adhérent par groupe) et à y écrire au nom de LED’A, en diffusant nos communiqués de presse, le point de vue et les communications de LED’A. En répondant au nom de l’association aux questions des gens, à l’aide de la FAQ. 
– faire remonter à LED’A les questions lues sur les réseaux sociaux qui n’ont pas encore de réponse dans la FAQ – la réponse à ces questions seront alors ajoutées à la FAQ –
– répondre aux questions après avoir reçu la réponse de LED’A
– informer LED’A de ce qui se dit sur les réseaux sociaux
– créer et enrichir la FAQ : synthèse des retours des personnes qui font ce travail de veille de réseaux sociaux et lien entre led’acom et Sherlock (pour répondre aux questions qui concernent la politique)
alors rejoignez-nous à led’acom en vous inscrivant ici : 
http://lists.internal.les-enfants-d-abord.org/listinfo.cgi/leda_communication-internal.les-enfants-d-abord.org

– Relais Rhône (Anne)
⚠ APPEL à soutien : Anne rencontre des difficultés pour animer au niveau de la région. Il semblerait qu’il y ait peu d’adhérents LED’A.
Elle a besoin d’aide, notamment pour décrocher les rendez-vous avec les parlementaires.

N’hésitez pas à solliciter les personnes que vous connaissez dans la région, qui sont en IEF et qui seraient intéressées pour soutenir Anne dans ses démarches !

Pour la contacter : nane.detremmerie AROBASE wanadoo.fr

2. APPELS À ACTIONS

2.1 APPELS À ACTIONS LED’A

2.1.1 Rencontrer les député-e-s avec l’aide des argumentaires et la lettre aux adhérent-e-s disponibles ci-dessous :
– Les argumentaires LED’A à destination des parlementaires :
http://www.lesenfantsdabord.org/actions-vers-les-deputes-et-senateurs/
https://www.lesenfantsdabord.org/wp-content/uploads/2020/10/Argumentaire-LEDA-pour-les-elus-Octobre-2020-V3.pdf
https://www.lesenfantsdabord.org/wp-content/uploads/2020/10/courrier-adhe%CC%81rents-argumentaire-e%CC%81lus-V1.pdf

– MCIEF (MIEUX CONNAÎTRE L’INSTRUCTION EN FAMILLE) : http://www.lesenfantsdabord.org/wp-content/uploads/2012/05/MCIEF_LEDA.pdf

– Les communiqués de presse LED’A
https://www.lesenfantsdabord.org/

Les personnes qui écrivent un petit résumé de leur rendez-vous peuvent l’envoyer à Priscilla : iefencreuse AROBASE gmail.com
 
2.1.2 Partagez dans vos groupes locaux et sur les réseaux sociaux les communiqués de presse et beaucoup d’autres infos disponibles ici :
http://www.lesenfantsdabord.org/
https://www.instagram.com/lesenfantsd_abord/
https://www.facebook.com/groups/53948352109
https://twitter.com/LED_A_

2.2 PROPOSITIONS D’ADHÉRENTS  

Ces propositions d’action n’émanent pas de LED’A ou d’une équipe LED’A.
Elles sont initiées ou relayées par des adhérents LED’A dans la liste de discussion libre.

2.2.1 Appel à soutien pour la réalisation d’un documentaire sur l’IEF
Appel à financement participatif lancé par Kevin Major (Vidéaste/ Monteur/Pilote de drone certifié) et Aidan Green. 
Pour plus d’informations, voir les liens correspondants :
Campagne financement participatif:
https://fr.ulule.com/documentaire-sur-lecole-a-la-maison/?utm_campaign=presale_119497&utm_source=shared-from-Ulule-project-page-on—http.referer–&utm_medium=uluid_1166514-post-202012141043
Présentation vidéo:
https://youtu.be/SKV9ifRTNhw
N’hésitez pas à partager !
Site web de Kevin
http://www.KMMprod.com

2.2.2 Appels à témoignages

– Une étudiante en licence de sociologie souhaite interroger des familles pour connaître leurs motivations de choix de l’IEF. Elle souhaite aussi s’entretenir avec des familles qui ont déscolarisé leur enfant du fait de la crise sanitaire.
Les entretiens peuvent se faire en présentiel ou en distanciel. 
Si vous souhaitez la contacter : julia.veyer AROBASE gmail.com

– Demande de Erin Tremblay Ponnou-Delaffon (eponnou AROBASE ilstu.edu), 
(Associate Professor of French and Francophone Studies – Languages, Literatures, and Cultures
Mère dans une famille franco-américaine bilingue et ayant de l’expérience personnelle avec l’instruction en famille)

Ce message est uniquement à l’attention d’adultes américains non-scolarisants et de leurs conjoints (quelle que soit la nationalité).

Objet : Recherche sur les Américains expatriés qui pratiquent l’IEF en France
Chers membres de LED’A, 
Je suis professeure et chercheuse à l’université d’État de l’Illinois aux États-Unis où j’organise un projet sur les profils, motivations et expériences des parents américains expatriés et de leurs conjoints qui vivent et pratiquent l’instruction en famille en France. Cette recherche s’intègre dans un projet plus vaste sur l’IEF en France, mené en partenariat avec l’Agence Nationale de la Recherche et le laboratoire ÉMA (École, Mutations, Apprentissages) de
CY Cergé Paris Université. 

Je cherche actuellement des participants désirant partager leurs expériences. 
Il s’agirait d’un questionnaire et d’une interview, tous deux confidentiels, brefs, en ligne, en anglais (sauf en cas de
préférence pour le français) et approuvés par le comité d’éthique de recherche de mon université.
Des adultes américains non-scolarisants sont éligibles pour le questionnaire, et leurs conjoints (quelle que soit la nationalité) peuvent les rejoindre pour l’interview. 

– Une adhérente nous transmet les témoignages reçus de familles ayant dû déscolariser en urgence. Le but de cette enquête est de montrer que les enfants ne peuvent pas faire les frais de longues démarches administratives quand ils sont en souffrance, ce qui serait le cas avec un régime d’autorisation.
N’hésitez pas à enrichir ce document avec vos expériences !
Ce document ne sera pas un document interne à LED’A, il sera mis à disposition des associations IEF.
https://mypads.framapad.org/p/descos-temoignages-242fm778z

2.2.3 Un concert IEF en réseau
Un adhérent propose d’utiliser le logiciel libre Jamulus pour créer un ensemble de musique en réseau “IEF”.
Il pourrait gérer l’aspect technique et une adhérente (master de musicologie, violoniste et pianiste, professeur de  musique) se propose de d’aider à mettre en place le programme pour le concert et de jouer.
Vous êtes chanteur ? musicien ? vous êtes intéressé par le projet ? vous pouvez contacter la coordo et nous transmettrons.
coordination AROBASE lesenfantsdabord.org

Un exemple de réalisation avec Jamulus :
https://www.youtube.com/watch?v=t8l2b_JXOh8&feature=youtu.be&list=
https://jamulus.io/

3. IDÉES – INITIATIVES – ÉVÈNEMENTS
3.1 VIDÉOS – TÉMOIGNAGES

– A voir ou à revoir: 
 http://uniques-le-film.fr/
Bande annonce https://vimeo.com/ondemand/uniques/234396768?autoplay=1


3.2 EXPLIQUER LE PROJET DE LOI AUX ENFANTS

Une adhérente transmet les liens suivants:
Le vote de la loi – Les animations des Fondamentaux – Réseau Canopé
https://lesfondamentaux.reseau-canope.fr/discipline/instruction-civique-histoire-geographie/construire-une-culture-civique/organisation-de-la-vie-publique/le-vote-de-la-loi.html
https://lesfondamentaux.reseau-canope.fr/discipline/instruction-civique-histoire-geographie/construire-une-culture-civique/organisation-de-la-vie-publique/la-separation-des-pouvoirs.html

Autres ressources:
https://monautrereflet.com/boutique/cycle3/lois-en-france/
Le jeu “Place de la loi” de chez Gallimard (indisponible neuf)
C’est pas sorcier “Jeu de loi”
https://www.youtube.com/watch?v=uOd-c8Z9RPQ&ab_channel=C%27estpassorcier


3.3 ÉCRIRE AU DASEN – MANIFESTATION PAR COURRIER
Une adhérente propose que les familles scos qui nous soutiennent, ou les familles dont les enfants 
ex-IEF ne sont plus en âge d’instruction obligatoire, envoient dès maintenant un courrier (voir ci-dessous) aux académies. 

Exemple:
Objet : Instruction dans la famille
Monsieur le Directeur académique,
Nous, soussignés PARENTS, avons l’honneur de vous informer que notre enfant ENFANT, né DATE et demeurant ADRESSE, n’est pas instruit dans notre famille, conformément à l’article ARTICLE mais que nous soutenons 
le droit à ce mode d’instruction.
Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Directeur académique, l’expression de nos sincères salutations.

3.4 DES IDÉES DE RECOURS
Une adhérente, militante à Amnesty International rappelle que les interventions par ce biais ne sont pas vaines.
https://www.amnesty.fr/inscription/actions-urgentes-sms
https://www.amnesty.fr/inscription/actions-urgentes-email

4. REVUE DE PRESSE

A consulter ici: https://mypads.framapad.org/mypads/?/mypads/group/coordination-led-a-h1dw27vn/pad/view/point-presse-point-info-21-decembre-2020-oxja775q

—————————————————-

N’hésitez pas à adhérer pour être tenus au courant des actions, participer à la mobilisation et donner du poids aux associations : https://www.lesenfantsdabord.org/association/adhesion/
Il y a peut-être un relais LED’A près de chez vous : https://www.lesenfantsdabord.org/contacts/nos-relais/
 
Non à l’interdiction de l’instruction en famille !

— Coordination LED’A

Instruction en famille : une Étude d’impact insuffisante, inconséquente et insultante

« Insuffisante » a averti le Conseil d’État. L’étude d’impact, sur le projet de loi interdisant l’instruction en famille, se paie de mots creux, de concepts ringards tout en se drapant de l’intérêt supérieur de l’enfant…
pour mieux pouvoir l’enfermer.

À L’ASSOCIATION LED’A, ce n’est pas l’opposition à l’école de la République qui nous fédère. Nous n’y sommes pas opposés, d’ailleurs. Nous avons juste décidé de faire sans. Et comme n’importe quel service public, nous souhaitons pouvoir y avoir recours si nous en avons besoin ou envie. Et seulement si. Comme l’indique notre déclaration de philosophie et notre patronyme « Les Enfants D’Abord », ce sont les intérêts des enfants et le respect de ces individus dans tout ce qui les concerne qui motive notre action. Dans nos rangs, il n’y a pas de président et nous nous en trouvons très bien. Le fonctionnement n’est pas Jupitérien, il est horizontal, pour de vrai. Les enfants, dès qu’ils savent lever le bras, ont le droit de vote. Et leurs voix valent celles des adultes, qu’ils comprennent ou non la question à laquelle ils donnent leur suffrage. Évidemment, un tel fonctionnement, ça défrise.

C’est qu’à LED’A, l’enfant n’est pas qu’un enfant, il est avant tout un individu. Une personne qui doit pouvoir décider pour elle-même et expérimenter la liberté pour goûter à l’autonomie. Alors, comment imaginer forcer nos enfants à venir grossir les rangs d’un système éducatif industriel quand nous sommes organisés et volontaires pour réaliser du « fait maison », du sur-mesure, pour ceux que nous considérons le plus ? Au nom de quoi ? Si nous ne sommes pas opposés à l’école, nous ne sommes pas aveugles. Nous voyons bien qu’il y a de plus en plus de profs qui pratiquent l’IEF pour que leurs enfants ne soient pas broyés par le système qu’ils connaissent de l’intérieur. 700.000 enfants harcelés chaque année. Ce devrait être cela, la grande cause nationale de ce gouvernement. Tout comme les enfants handicapés qui souhaitent être scolarisés dans le système classique mais qui, faute de moyens et de volonté de la puissance publique, sont en IEF par défaut.

Socialisation artificielle ou sociabilisation naturelle

À LED’A, l’école à la maison n’a jamais été synonyme d’enfermement contrairement à ce qu’affirme le gouvernement en multipliant les poncifs. Le même souhaite imposer à tous la liberté derrière les grilles des écoles, la relaxation de la sonnerie à chaque heure, les caméras à l’entrée, les bienfaits de la socialisation d’enfants du même âge, groupés par paquets de 30 dans un espace clos, avec en face un seul adulte. Un sachant qui distribue les notes. Cette artificialisation de la socialisation, si elle est devenue la norme, n’en est pas moins inepte. Nos enfants vivent leur vie aux côtés de leurs parents dans toutes les activités que la vie offre. Et rencontrent d’autres enfants, des adultes, sans jamais se poser la question de leur âge. Ce ne sont pour eux que des individus avec lesquels ils jouent, échangent, expérimentent et apprennent tout au long de leur existence… sans note. Parce que les spécialistes l’ont démontré et que nous ne sommes pas sourds, nous savons que les enfants ont soif de découverte et apprennent par nature. C’est irrépressible, intrinsèque.

Les priver de ce droit d’apprendre à leur rythme, la fin de l’instruction en famille sous sa forme déclarative, serait en contravention avec la Convention Européenne de Sauvegarde des Droits de l’Homme dont la France est signataire. Les normes internationales ne souffrent pas, en matière de droits humains, de recul. C’est ce qu’on appelle l’effet cliquet. Pour tenter d’y répondre, le gouvernement parle de droit à l’instruction, d’intérêt supérieur de l’enfant. Et jette le discrédit sur la famille qui est, jusqu’à preuve du contraire, le premier espace de sociabilisation et de confrontation à l’altérité. Au delà des conventions et règlements supra nationaux qui s’imposent aux démocraties, il reste un principe inaltérable : le droit naturel ou droit inné. Celui des enfants qui n’appartiennent pas à leurs parents et encore moins à l’État. À LED’A, nous avons la faiblesse de croire que ceux qui peuvent au mieux les accompagner dans l’existence sont ceux qui les ont vus naître.

Quelques chiffres :

-0,4 % des enfants en âge d’être scolarisés le sont en famille

-700,000 enfants sont l’objet de harcèlement scolaire, soit 14 fois plus

-50,7 % des enfants instruits en famille sont des garçons pour 49,3 % de filles

-Il n’existe aucun chiffre d’enfants « hors radars » ou « fantômes de la République ».

-Il existerait, en 2019 selon le Gouvernement, 179 enfants déscolarisés ou instruits en famille pour des motifs de radicalisation. C’est 0,59 % des 30 486 enfants instruits en famille hors CNED réglementé. Soit, 0,00149 % des 12 millions d’enfants du système éducatif.

-En 2016/2017, 92,8 % des contrôles de l’IEF ont été jugés satisfaisants par l’Éducation nationale. Seuls un tiers des 7,2 % restants ont été suivis d’un second contrôle.

Citations :

Les cas d’enfants exposés à un risque de radicalisation et repérés à l’occasion du contrôle de l’instruction au domicile familial sont exceptionnels.

Extrait du Vademecum édité par le ministère de l’Éducation nationale p 38 :

“ sur le plan juridique, je crois que nous sommes parvenus à un bon équilibre.

J-M Blanquer, le 18 juin 2020, sous serment, devant la commission du Sénat « combattre la radicalisation islamiste »

L’équipe média de LED’A se tient à la disposition des rédactions pour répondre à des demandes d’argumentaire sur tel ou tel point de droit qui viserait à éclairer leurs lecteurs sur l’étude d’impact présentée par le gouvernement.

Contacts : 06 846 257 68 ou 06 89 98 75 26 ou  06 70 100 140

Communiqué de presse étude d’impact

Home Education: an Inadequate, Inconsistent and Insulting Impact Study

16.12.20 by LED’A

Download pdf

“Insufficient” warned the Conseil d’Etat. The Impact Study of the project of law to ban home education is filled with empty words and outdated concepts under the guise of being in the best interests of the child…to confine them up for their own good.

The association LED’A (Les Enfants d’Abord – Children First) is not in opposition to the school of the Republic which unites us. We do not oppose school. We just choose to do without school. Like any public service, we want to have open access to it if, and only if, we need it or want it. As the name of our association and as our philosophy statement suggests at “Les Enfants d’Abord” (Children First) our activity is motivated by the best interests of children and the respect of these individuals in every regard. There is no president in our ranks and we are better for it. We operate true horizontality. Children, as soon as they are able to raise their hand, are able to vote. Their voices have the same weight as those of adults, regardless of whether they understand the question they are voting on or not.

Obviously operating in this manner often raises a few eyebrows.

At LED’A, a child is not just a child, they are first and foremost an individual. Someone who is able to decide for themselves and experience freedom in order to reach autonomy. So how could we force our children to join the ranks of an industrial education system when we are specifically organised and volunteer to create “home made”, made to measure education for those we consider most. To what end? Although not opposed to school, we are not blind. We can see more and more teachers providing home education for their own children so that they not be beaten down by a system that they themselves have inside knowledge of. 700,000 children are bullied each year. This should be the great national concern of the government. Just as children with disabilities wishing to be educated within the classic system are home educated by default due to lack of resources and willingness of public authorities.

Artificial Socialisation or Natural Sociability.

Contrary to government claims packed full of cliché, at LED’A home education never rhymes with confinement. The government wish to impose freedom on everyone from behind the school gates, the relaxation of an hourly bell, surveillance cameras at the entrance, the benefits of socialisation of children all the same age, packed by groups of 30 into an enclosed space, with only one adult as person of reference. All to be graded. Such an artificial form of socialisation, which has become the norm, is equally inept. In contrast, our children live their lives alongside their parents in every activity that life has to offer. Meeting other children and adults alike without every asking their age. These are simply people with whom they can play, exchange, experiment and learn all throughout their life…without grades. Specialists have shown and we are also fully aware that our children are hungry for knowledge and learn naturally. It is irrepressible and intrinsic. To deny them the right to learn at their own pace, the end of home education in elective form, would be in breach of the European Convention on Human Rights of which France is a signatory. International standards in terms of human rights cannot be undone. This is called the ratchet effect. In an attempt to respond to this the government speaks of the right to an education being in the best interests of the child. And discredits the family who is, until proof of the contrary, the first social space and place of confrontation with the other. Above and beyond supra national conventions and regulations applied to democracies, one unalterable principle remains: natural rights or inalienable rights. The rights of a child who does not belong to their parents and even less to the state. At LED’A we believe that the people best placed to accompany a child in their existence are those who have know them from birth.

Some Statistics:

  • 0.4% of school aged children are home educated.
  • 700,000 children are victims of school bullying each year (14 times more)
  • 50.7% of home educated children are male
  • 49.3% are female
  • No figures exist on children “under the radar” or “phantoms of the Republic”
  • In 2019, according to the government, 179 children were removed from school or home educated with a view to radicalisation. This is 0.59% of the 30,486 home educated children not in the CNED program. A mere 0.00149% of the 12 million children in the education system.
  • In 2016 to 2017, 92.8% of home education inspections were deemed satisfactory by the National Education Department. Only 7.2% of those remaining were followed by a second inspection.

Quotes:

“Cases of children exposed to a risk of radicalisation and identified during the inspection of education at the family home are exceptional.” Excerpt from the Vademecum written by the National Education Ministry p.38.

“On a legal level, I think we have reached a good balance” J-M Blanquer, 18 June 2020, under oath, before the Senate Commission “Combat Islamic Radicalisation”.

The LED’A Media Team is available to reply to requests for exchanges on particular points of law with the aim to enlighten their readers on the Impact Study presented by the government.

Les Enfants D’Abord,

www.lesenfantsdabord.org

équipe média media@lesenfantsdabord.org 

contact-international@lesenfantsdabord.org

https://www.facebook.com/LesEnfantsDAbordInstructionEnFamille

https://www.instagram.com/lesenfantsd_abord/

Download pdf

Progetto di legge confortante il rispetto dei principi repubblicani (articolo 21): bisogna salvare l’educazione parentale!

14th December 2020

Scarica il pdf

L’articolo 21 del progetto di legge confortante il rispetto dei principi repubblicani punta a sopprimere la libera scelta d’una delle modalità d’istruzione: quella familiare.

Questa restrizione della libertà senza fondamento oggettivo é contraria ai diritti fondamentali.

Riassunto (Punti chiave) della posizione comune

  1. In Francia l’istruzione é obbligatoria, non la scuola. I genitori hanno la possibilità di delegare l’istruzione dei loro figli a un’istituto scolastico, o d’istruirli in seno alla famiglia.
  2. L’educazione parentale é una libertà fondamentale ancorata nel diritto francese da un secolo e mezzo. In pratica essa concerne solo il 0,4 % dei bambini in età scolare, ma gioca un ruolo importante nella resilienza del sistema scolastico francese.
  3. Il 2 ottobre 2020, nel contesto dell’annuncio di un progetto di legge sui “separatismi”, il presidente della repubblica ha annunciato di volere vietare l’educazione parentale  e rendere la frequentazione scolastica obbligatoria per tutti i bambini tra i 3 ed i 16 anni a partire dal prossimo anno scolastico (2021/22).
  4. L’articolo 21  del progetto di legge confortante il rispetto dei principi repubblicani depositato all’ Assemblée nationale il 9 dicembre 2020 conferma questa volontà. In caso di mancato rispetto dell’obbligo scolare si incorre una pena di 6 mesi di prigione e 7 500 euro di ammenda. Si ricorda che, in Germania, la legge ha reso la scuola obbligatoria (a partire dai 6 anni e non dai 3) sotto pena d’imprigionamento nel 1938.
  5. La valutazione d’impatto della misura é deficitaria e piena di accuse che contraddicono l’insieme degli studi in scienze dell’educazione fatti sul soggetto dell’istruzione parentale.
  6. L’obiettivo del governo é di ridurre drasticamente il numero dei bambini istruiti in famiglia, sottomettendo l’esercizio di questa libertà ad una autorizzazione prealabile.
  7. Una   derogazione all’obbligo scolastico  sarà ottenibile unicamente su autorizzazione dell’autorità statale competente, per un solo anno, e sotto condizioni molto restrittive.
  8. Tra i motivi che possono essere invocati figura un doppio vincolo che stigmatizza certi bambini e lascia spazio all’arbitrarietà e alla discriminazione di certi genitori: “L’esistenza di una situazione particolare propria al bambino, sotto riserva che le persone che ne sono responsabili giustifichino la loro capacità a assumere l’istruzione parentale nel rispetto dell’interesse superiore del bambino”.
  9. Con questo progetto di legge lo Stato aumenta il suo dominio sulla sfera privata, sostituendosi ai genitori per imporre la sua visione dell'”interesse superiore” del bambino.
  10. Vietare l’educazione parentale non é la risposta all’esistenza di forme clandestine d’indottrinamento fuori dal controllo dello Stato: il governo prende di mira il bersaglio sbagliato. Questo attacco dispoporzionato alla libertà educativa é denuniciato unanimamente.
  11. Rivelatore dell’incoerenza delle giustificazioni avanzate dal governo per giustificare questa misura, un nuovo elemento linguistico, la paura di una “forma di separatismo sociale” ha fatto apparizione nella valutazione d’impatto del progetto di legge. Eppure i bambini istruiti in famiglia e i loro genitori sono perfettamente integrati alla società.
  12. Gli studi scientifici mostrano che i bambini istruiti in famiglia sono particolamente autonomi e capaci di addattarsi facilmente al sistema scolastico prima e al mondo del lavoro poi, quando scelgono di ritornare a scuola o di fare una formazione.
  13. Se queste restrizioni fossero adottate, circa   30 000 bambini  attualmente istruiti in famiglia non potranno più esserlo con certezza, ed é a volte la sola soluzione per dei bambini che soffrono a scuola a causa di un profilo atipico che non costituisce per forza un handicap riconosciuto, o in caso di disfunzionamento istituzionale.
  14. Vietare l’educazione parentale tranne su derogazione costituirebbe un attacco ad una libertà che non sarebbe né adeguato ne proporzionato, e che genererebbe molte sofferenze e una perdita di possibilità per il nostro paese.
  15. Difendere la libertà educativa e la diversità educativa , é anche difendere lo Stato di Diritto.
  16. Contiamo sui deputati e senatori per sopprimere l’articolo 21 dal progetto di legge punto e basta. E’ liberticida e innecessario.

Parigi, il 14 dicembre 2020

  • L’association LED’A
  • L’association LAIA
  • L’association CISE
  • L’association UNIE
  • Le Collectif EELM
  • Le  Collectif FELICIA
  • L’association PIEE
  • Le Collect’IEF
  • Enfance Libre
  • Autisme Espoir Vers L’Ecole
  • Cours PI
  • La Fondation pour l’école
  • Créer son école
  • Éduc France
  • Objectif Eurêka!
  • PEPsMagazine

Scarica il pdf

Bill to Uphold the Principals of the Republic (Article 21): Home Education Must be Saved.

14th December 2020

Download pdf

Article 21 of the bill to uphold the principals of the republic aims to eradicate the liberty to choose one of the modalities of educational freedom: Home Education.

This objectively unfounded restriction of freedom is contrary to fundamental rights.

Summary (Key Points) of the Shared Position.

  • In France education is compulsory, not schooling. Parents therefore have the possibility to choose to either delegate the education of their child to a school structure or to home educate.
  • Home education is a fundamental right anchored in French law for 150 years. In practice this concerns a mere 0.4% of the school aged population but greatly contributes to the resilience of the French school system.
  • On the 2 October, during an announcement on a bill on “separatism” the President of the Republic announced his desire to ban home education and make school attendance compulsory from the return to school in 2021, for all children aged 3 to 16 years.
  • Article 21 of the project of law upholding the principals of the republic presented to the National Assembly on the 9 December 2020, confirms this intention. In the event of non compliance with compulsory school attendance, a penalty of 6 months in prison and a fine of 7,500 euros is incurred. As a reminder, in Germany schooling became compulsory in 1938 under penalty of imprisonment, for children 6 years upwards not 3 year olds.
  • The Impact Study which carries the project is poor and full of allegations contradicting the body of research in Education Science on the subject of home education.
  • The aim of the government is to drastically reduce the number of home educated children by subjecting the use of this freedom to a pre-authorisation.
  • An exemption from compulsory school attendance would only be obtainable by authorisation from a recognised state authority, for one year only and under very restrictive conditions.
  • Invoking the reasons for exemption which could mean a doubly stigmatising constraint for certain children and leaves space for arbitrary decisions and discrimination against certain parents. “The existence of a particular situation specific to the child, provided that the persons responsible can demonstrate their ability to provide home education while respecting the best interests of the child.”
  • With this bill, the state increases its domination of the private sphere, replacing parents, to impose its vision of the “best interests” of the child.
  • Wanting to ban home education is not the answer to the existence of clandestine forms of indoctrination outside the control of the state: the government has the wrong target. This disproportionate interference with freedom of education is unanimously denounced.
  • Indicative of the inconsistency of the justifications put forward by the government to justify this measure, a new language element, the fear of a form of “social separatism” made an appearance in the Impact Study of the bill. Home educated children and their parents are however perfectly integrated into society.
  • Scientific studies show that home educated children are particularly independent and capable of easy adaptation to the school system and the working world if they choose to return to school or follow a path of training.
  • If the restrictions were adopted 30,000 children currently home educated could no longer be. Home education is often the only solution for children suffering at school due to an atypical profile which does not necessarily constitute a recognised handicap, or in the event of institutional dysfunction.
  • Banning home education with the exception of certain exemptions would constitute an infringement on public freedom, neither suitable or proportionate, generating much suffering and a loss of an asset to the country.
  • Defending freedom of education and educational diversity also means protecting the law of the land.
  • We are depending on the members of parliament and senators to entirely remove Clause 21 from the bill. There is no place for liberticide.
  • L’association LED’A
  • L’association LAIA
  • L’association CISE
  • L’association UNIE
  • Le Collectif EELM
  • Le  Collectif FELICIA
  • L’association PIEE
  • Le Collect’IEF
  • Enfance Libre
  • Autisme Espoir Vers L’Ecole
  • Cours PI
  • La Fondation pour l’école
  • Créer son école
  • Éduc France
  • Objectif Eurêka!
  • PEPsMagazine

Download pdf